Unilever House

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Unilever House
Unilever House Mars 2014 01.jpg
Présentation
Type
Style
Construction
Propriétaire
Patrimonialité
Monument classé de Grade II (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Adresse
Coordonnées

Unilever House est un immeuble de bureaux classé Grade II dans le style néoclassique Art Déco, situé sur New Bridge Street, Victoria Embankment à Blackfriars, à Londres. Le bâtiment a une grande façade incurvée qui surplombe le pont Blackfriars sur la rive nord de la Tamise [1].

Description[modifier | modifier le code]

Le site d'Unilever House était auparavant occupé par Bridewell Palace, une résidence d'Henry VIII, qui devint plus tard une maison pauvre et une prison. Ces bâtiments ont été détruits en 1864, laissant la place à l'hôtel Royal De Keyser [2],[3]. En 1920, Lord Leverhulme loua le site pour construire le siège londonien de sa société de fabrication de savon Lever Brothers, devenue Unilever en 1930. La construction n'a commencé qu'en 1929.

Conception et construction[modifier | modifier le code]

La conception était une collaboration entre James Lomax-Simpson, l'architecte de la société Unilever, et John James Burnet et Thomas S. Tait, associés de la firme Sir John Burnet and Partners. Cependant, il y a eu beaucoup de confusion sur les contributions relatives de ces architectes. Une note de Simpson revendiquait un crédit exclusif, suggérant que Burnet et Tait se contentaient d'approuver le design final; mais Burnet et Tait ont exposé la conception comme un travail conjoint avec Simpson à la Royal Academy ; et les dessins conservés aux London Metropolitan Archives sont signés par Burnet et Tait seuls [4] . Burnet était sur le point de prendre sa retraite en raison d'une mauvaise santé; Tait était l'un des principaux promoteurs de l'architecture moderne, dont peu est évident dans la conception finale [5],[6] . La conclusion de Clive Aslet est que Lomax-Simpson était responsable du concept global (un premier dessin de lui daté d'octobre 1929 représente la façade à peu près telle que construite); tandis que Burnet et Tait ont été invités à s'impliquer en raison du prestige du nom de leur cabinet, mais n'ont fourni que des détails [7].

Le principal entrepreneur pour la construction était Holland, Hannen & Cubitts [8].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'aspect le plus frappant du bâtiment est son énorme façade courbe le long du quai Victoria, avec ses colonnes géantes ioniques entre les quatrième et sixième étages. Le rez-de-chaussée fortement rustiqué est sans fenêtre pour réduire le bruit de la circulation à l'intérieur du bâtiment. Les coins sont marqués par des entrées surmontées de larges plinthes sur lesquelles sont placées des sculptures de figures humaines retenant des chevaux (appelées Énergie Contrôlée [9]) par Sir William Reid Dick. Les figures de sirènes sont de Gilbert Ledward. Les ascenseurs d'origine étaient garnis de panneaux en étain art déco conçus par Eric Gill.

Rénovation[modifier | modifier le code]

Une rénovation de 1977–83 a vu l'ajout de figures de parapet par Nicholas Munro et un nouveau hall d'entrée nord dans un style néo Art déco, par Theo Crosby de Pentagram [10]. Le bâtiment a été agrandi le long de la rue Tudor [4].

En 2004, la firme Kohn Pedersen Fox Associates a commencé des travaux de rénovation en consultation avec English Heritage et la City de Londres pour apporter des modifications à l'espace de travail intérieur. Dans le cadre des rénovations, les raccords d'origine ont été conservés ou réutilisés, comme le parquet ou les panneaux de cabine de levage en étain d'Eric Gill, mais les ajouts distinctifs et historiquement importants de Crosby ont été supprimés [11] . Un jardin sur le toit a été créé au sommet du bâtiment [12].

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anthony Sutcliffe, London: An Architectural History, Yale University Press, (ISBN 978-0-300-11006-7, lire en ligne), « The Modern Breaks Through, 1914–1939 »
  2. James L. Howgego, The Victorian and Edwardian City of London from Old Photographs, Batsford, (ISBN 978-0-7134-0598-9, lire en ligne)
  3. De Keyser's Royal Hotel, Victoria Embankment, London
  4. a et b Nikolaus Pevsner et Simon Bradley, London 1: The City of London, Penguin, coll. « Buildings of England », , 567–68 p. (ISBN 978-0-300-09652-1)
  5. « Unilever Building », Dictionary of Scottish Architects (consulté le 16 novembre 2008)
  6. « Unilever House », Open Site 2005,‎ (lire en ligne, consulté le 17 novembre 2008)
  7. Aslet 1981.
  8. « London landmarks built by Cubitts » [archive du ], Thamesmead (consulté le 4 juin 2012)
  9. Philip Ward-Jackson: Public Sculpture of the City of London (Public Sculpture of Britain). Liverpool University Press, Liverpool 2003, (ISBN 978-0-85323-977-2), p. 278. Retrieved 2010-08-30
  10. Crosby was the Design Consultant on the job. The design team was headed by Frank Bex, working with Unilever's chief architect Roy Ashworth
  11. These additions are illustrated in No.9 Unilever House: Towards A New Ornament. In Pentagram Partners (Author), Delphine Hirasuna (Editor): Pentagram Papers. Chronicle Books, 2006, (ISBN 978-0-8118-5563-1). In this Paper, Crosby argues that his work on Unilever House was part of a necessary "change of emphasis" in building; to reduce the scale at which buildings are contemplated, and to "revive the responsible craftsman".
  12. « Unilever House, London, United Kingdom », Design Build Network (consulté le 16 novembre 2008)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aslet, « Unilever House, Blackfriars », The Thirties Society Journal, vol. 1,‎ , p. 18–21