Une femme jouant de la guitare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Une femme jouant de la guitare
Jan Vermeer van Delft 013.jpg
Une femme jouant de la guitare
Artiste
Date
vers 1672
Type
Dimensions (H × L)
53 × 46,3 cm
Mouvement
Collection
N° d’inventaire
88028841Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

Une femme jouant de la guitare est un tableau de Johannes Vermeer (huile sur toile, 53 × 46,3 cm) peint vers 1670-1672, et exposé à la Kenwood House de Londres.

Description[modifier | modifier le code]

Vermeer a représenté ses modèles féminins en général avec une émotion contenue, mais cette jeune fille, avec ses boucles, presque coquette, est joyeuse. Elle porte la veste en fourrure qui était à la mode pendant les froids rigoureux, elle se retrouve sur cinq autres tableaux (La Maîtresse et la Servante etc). La présence d'une personne à sa droite peut être devinée.

La lumière venant de la droite envahit le sujet ; ceci peut-être pour éviter l'ombre à la droite du sujet.

La veste de satin jaune, avec le dépôt de fourrure se retrouve sur cinq tableaux du peintre ; on la retrouve sur Jeune femme écrivant une lettre, La Dame au collier de perles, La Maîtresse et la Servante, et La Femme au luth. Le paysage mural est une œuvre de Pieter Jansz. van Asch (1603-1678) que Vermeer possédait ; les cheveux du personnage se mêlent au feuillage.

Il n'a pas été possible de déchiffrer le nom des livres sur la table.

Le modèle est peut-être Marie, fille du peintre, alors âgée de 17 ans.

Historique[modifier | modifier le code]

La peinture été mise aux enchères en 1696 à Amsterdam.

Guinness, un descendant de la célèbre famille de brasseurs en a fait don, après sa mort au musée Kenwood House à Hampstead Heath. En 1974, le tableau a été dérobé par des membres de l'IRA; ils ont demandé une rançon de 1 000 000 $ et ont menacé de le brûler le jour de la saint-Patrick. Quelques mois plus tard, un appel anonyme a conduit la police au cimetière de St-Barthélémy à Smithfield, Londres. La peinture enveloppée dans un journal du soir se trouvait contre une clôture. On ignore si une rançon a été payée. Il a légèrement souffert de problèmes d'humidité pendant son vol.

Le tableau a été en restauration du début 2012 jusqu'en automne 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]