Un Canadien errant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un Canadien errant est une chanson écrite en 1842 par Antoine Gérin-Lajoie après la Rébellion du Bas-Canada de 1837-1838, lors de laquelle certains des rebelles ont été condamnés à mort et d'autres ont été exilés aux États-Unis et en Australie.

Gérin-Lajoie a écrit la chanson sur le thème de la peine de l'exil en passant ses examens classiques au Séminaire de Nicolet.

Leonard Cohen chante "Un Canadien errant" ("The Lost Canadian") dans son album Recent Songs (1979).

Portée symbolique[modifier | modifier le code]

La chanson est devenue un hymne pour certains groupes de Canadiens qui ont à un certain point vécu la peine de l'exil. En plus des exilés après la Rébellion du Bas-Canada, la chanson tient une importance particulière pour les rebelles dans la Rébellion du Bas-Canada et pour les Acadiens déportés de leur foyer durant la déportation des Acadiens de 1755-1763. Il y a également une version acadienne de la chanson connue sous le titre Un Acadien errant.

Paroles originales[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Un Canadien errant
Musique d'Un Canadien errant
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Un Canadien errant,
Banni de ses foyers,
Parcourait en pleurant
Des pays étrangers.
Un jour, triste et pensif,
Assis au bord des flots,
Au courant fugitif
Il adressa ces mots:
"Si tu vois mon pays,
Mon pays malheureux,
Va, dis à mes amis
Que je me souviens d'eux.»
Plongé dans mes malheurs
Loin de mes chers parents
Je passe dans les pleurs
D'infortunés moments
Pour jamais séparé
Des amis de mon cœur
Hélas! Oui je mourrai
Je mourrai de douleur
«Non, mais en expirant,
Ô mon cher Canada!
Mon regard languissant
Vers toi se portera...»[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. «Un Canadien errant», L'Encyclopédie Canadienne / Encyclopédie de la musique au Canada