Un Américain à Rome (film, 1964)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Un Américain à Rome
Titre original Panic Button
Réalisation George Sherman
Giuliano Carnimeo
Scénario Hal Biller
Morton Friedman
Ron Gorton
Stephen Longstreet
Acteurs principaux
Sociétés de production FICIT
Gorton Associates
Yankee Seven Arts
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie
Durée 90 minutes
Sortie 1964


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Un Américain à Rome (Panic Button) est une comédie américano-italienne réalisée par George Sherman et Giuliano Carnimeo, sorti en 1964.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un homme d'affaires décide de résoudre ses problèmes fiscaux en ne payant pas d'impôts, et il envisage les différentes possibilités qui s'offrent à lui pour échapper au fisc. Une des façons les plus évidentes est d'investir son argent quelque part. Lui et son frère décident de produire un long métrage de peu de valeurs sur le thème de Roméo et Juliette. Le film, pourtant, qui était censé lui faire perdre beaucoup d'argent, est bientôt présenté à la Mostra de Venise et récompensé d'un lion d'or. Ils encaissent alors des gains importants qui lui permettent de payer l'amende du fisc.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Après avoir échoué à poursuivre une carrière à Hollywood dans les années 1950 pour cause de maccarthysme[3], Maurice Chevalier a tourné de nombreuses coproductions américaines en Europe, dont Un Américain à Rome.

Le film est l'un des nombreux films étrangers dans lesquels joue Jayne Mansfield après avoir été radiée de la 20th Century Studios en 1962.

Tourné avec peu de moyens, le film n'a eu qu'une exploitation modeste. Il ne passait qu'en seconde séance aux États-Unis.

L'idée de faire un film pour échapper au fisc a été revisitée par Mel Brooks en 1968 dans son premier long-métrage Les Producteurs[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Un Américain à Rome », sur encyclocine.com (consulté le )
  2. a et b (it) « Panic Button... Operazione fisco! », sur cinematografo.it (consulté le )
  3. Maurice Chevalier, Dans la vie faut pas s'en faire : mémoires, Paris, Omnibus, , 975 p. (ISBN 978-2-258-09144-3), p. 659
  4. (en) Glory Miller, « The Films of Jayne Mansfield », sur reelrundown.com,

Liens externes[modifier | modifier le code]