Un, deux, trois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la chanson française de l'Eurovision 1976, interprétée par Catherine Ferry, voir Un, deux, trois (chanson).
Un, deux, trois
Description de l'image One two three43.jpg.
Titre original One, Two, Three
Réalisation Billy Wilder
Scénario Billy Wilder
I.A.L. Diamond
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie satirique
Durée 115 minutes (h 55)
Sortie 1961

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Un, deux, trois (One, Two, Three) est une comédie américaine réalisée par Billy Wilder en 1961. Le film est connu pour son rythme rapide prenant en toile de fond le conflit Est-Ouest pendant la guerre froide.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1961, pendant la guerre froide, C. R. MacNamara, représentant à Berlin-Ouest de la société Coca-Cola, ambitionne d'en devenir le directeur en Europe, et d'introduire la boisson derrière le rideau de fer. Son patron, Wendell Hazeltine, lui demande de s'occuper de sa fille, Scarlet, qui fait un séjour en Europe. Mais la jeune femme disparaît, puis revient accompagnée d'un militant communiste, Otto Ludwig Piffl, qu'elle présente comme son mari. Ils se rendent également compte qu'elle est enceinte.

MacNamara, qui souhaite ardemment sa promotion, transforme alors le jeune homme en quelques heures en un gendre idéal pour Hazeltine. Il le fait adopter en payant un comte désargenté pour lui donner une situation sociale. Il l'engage comme chef d'une usine de production de Coca-Cola pour lui donner une situation professionnelle. Il lui constitue également une garde-robe en correspondance.

Lorsque Hazeltine rencontre son gendre, il est subjugué. MacNamara obtient alors une promotion.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le film est principalement situé dans Berlin-Ouest pendant la guerre froide, mais avant la construction du mur de Berlin, et la politique est prédominante dans ses prémisses.

Fait marquant, le mur de Berlin a été érigé pendant le tournage du film, effectué pour partie en extérieurs, dans la ville de Berlin obligeant l'équipe à se déplacer à Munich pour finir le film.

One, Two, Three a été interdit en Finlande jusqu'en 1986 pour des raisons politiques, les officiels finlandais craignant que le film pourrait nuire aux relations entre la Finlande et l'Union soviétique. United Photos Finlande a essayé de faire sortir le film en salles en 1962, 1966 et 1969 mais ce n'est qu'en 1986, que le système finlandais d’évaluation des films permit au film d'être distribué.

À sa sortie, le film est un échec commercial.

Musique[modifier | modifier le code]

La Danse du sabre d'Aram Khachaturian marque les moments où Mac Namara se déplace dans une action énergique.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Note et références[modifier | modifier le code]