Umetsugu Inoue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Inoue.
Umetsugu Inoue
Description de cette image, également commentée ci-après
Umetsugu Inoue et sa femme Yumeji Tsukioka en 1959
Naissance
Japon
Nationalité Drapeau du Japon Japonais
Décès (à 86 ans)
Japon
Profession Réalisateur
Scénariste

Umetsugu Inoue (井上 梅次, Inoue Umetsugu?, son prénom est parfois transcrit en « Umeji », qui s'écrit de façon identique en japonais), né le et mort le , est un réalisateur et un scénariste japonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Umetsugu Inoue fait ses études à l'université Keiō.

Dans le contexte de l'accord des cinq compagnies (en) signé en 1953 entre les principaux studios japonais afin d'empêcher les acteurs et réalisateurs de changer de studios, Umetsugu Inoue mène une carrière en indépendant et réalise des films pour plusieurs compagnies, notamment la Nikkatsu[1].

En 1965 il est recommandé par l'influent directeur de la photographie Tadashi Nishimoto auprès du studio Shaw Brothers de Hong Kong, ainsi que quatre[2] autres réalisateurs japonais[3] ; au sein du groupe des réalisateurs japonais à la Shaw, il bénéficie d'un statut privilégié (il est ainsi le seul à ne pas devoir adopter de pseudonyme chinois[1]) et tourne la moitié des films réalisés par ces derniers pour la firme[4], qui appréciait notamment sa capacité à tourner de façon rapide des succès au box-office tout en respectant les délais et les budgets[1].

Umetsugu Inoue a réalisé plus de 115 films et écrit une centaine de scénarios entre 1952 et 1987[5].

Il s'est marié à l'actrice Yumeji Tsukioka.

Filmographie sélective[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

  • 1952 : Mōjū tsukai no shōjo (猛獣使いの少女?)
  • 1956 : Éclipse lunaire (月蝕, Gesshoku?)
  • 1956 : Hi no tori (火の鳥?)
  • 1956 : Niko-yon monogatari (ニコヨン物語?)
  • 1957 : Kiken na kankei (危険な関係?)
  • 1957 : Washi to taka (鷲と鷹?)
  • 1957 : Pigalle à Tokyo ou L'Homme de la tempête[6] (嵐を呼ぶ男, Arashi o yobu otoko?)
  • 1958 : Yoru no kiba (夜の牙?)
  • 1958 : Ashita wa ashita no kaze ga fuku (明日は明日の風が吹く?)
  • 1959 : Arashi o yobu yūjō (嵐を呼ぶ友情?)
  • 1959 : Tōkyō no kodoku (東京の孤独?)
  • 1959 : Gunshū no naka no taiyō (群集の中の太陽?)
  • 1961 : Onna wa yoru kesshō suru (女は夜化粧する?)
  • 1962 : Hoseki dorobo (宝石泥棒?)
  • 1963 : Daisan no kagemusha (第三の影武者?)
  • 1963 : Watashi o fukaku umete (わたしを深く埋めて?)
  • 1963 : Odoritai yoru (踊りたい夜?)
  • 1964 : Ankokugai odori (暗黒街大通り?)
  • 1967 : King Drummer, remake hongkongais de Pigalle à Tokyo
  • 1967 : Operation Lipstick
  • 1967 : Hong Kong Nocturne, remake hongkongais d'Odoritai yoru
  • 1968 : The Brain-Stealers
  • 1968 : Hong Kong Rhapsody
  • 1968 : Kushiro no yoru
  • 1969 : The Singing Escort
  • 1969 : The Millionaire Chase
  • 1970 : The 5 Billion Dollar Legacy
  • 1970 : Apartment for Ladies
  • 1970 : Young Lovers
  • 1970 : Whose Baby's in the Classroom?
  • 1971 : Sunset
  • 1971 : We Love Millionaires
  • 1971 : Long Road to Freedom
  • 1971 : The Man with Two Wives
  • 1971 : The Venus' Tear Diamond
  • 1972 : The Yellow Muffler
  • 1976 : Utareru mae-ni ute! (撃たれる前に撃て!?)

Scénariste[modifier | modifier le code]

  • 1950 : Seishun no Decameron (青春のデカメロン?)
  • 1950 : Wakasama samurai torimonochō: nazo no nōmen yashiki (若様侍捕物帖 謎の能面屋敷?)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Yau 2009, p. 103.
  2. Katsumi Nishikawa, Akinori Matsuo, Toshio Masuda et Kō Nakahira
  3. Yau 2009, p. 96.
  4. Yau 2009, p. 105.
  5. (ja) « Filmographie », sur JMDB (consulté le 19 juillet 2018)
  6. L'Homme de la tempête : titre français du film lors de la rétrospective "La Nikkatsu où la modernité toujours recommencée" du 2 octobre au 27 octobre 2007 à la MCJP

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) D. W. Davis et Emilie Yeh Yueh Yu, « Inoue at Shaws: The Wellspring of youth », dans A.-l. Wong, The Shaw Screen: A Preliminary Study, Hong Kong, Hong Kong Film Archive, , p. 255-272
  • (en) Kinnia Yau Shuk-ting, Japanese and Hong Kong Film Industries: Understanding the Origins of East Asian Film Networks, Routledge, , 288 p. (ISBN 9781135219475, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]