Ultracrepidarianisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'ultracrepidarianisme ou ultracrépidarianisme selon les sources, est le comportement qui consiste à donner son avis sur des sujets sur lesquels on n’a pas de compétence crédible ou démontrée[1]. Le terme ultracrepidarian a été utilisé pour la première fois en 1819 par l'essayiste William Hazlitt dans une lettre ouverte à William Gifford.

Son étymologie est relative à la locution latine Sutor, ne supra crepidam signifiant littéralement « Cordonnier, pas plus haut que la chaussure ». En français, cette locution peut se traduire par « à chacun son métier, les vaches seront bien gardées ».

Combinaison avec l'argument d'autorité[modifier | modifier le code]

L’ultracrepidarianisme constitue dans certains cas un exemple d’utilisation d'un argument d’autorité. La maladie du Nobel est ainsi un cas d'ultracrepidarianisme.

Le philosophe des sciences Étienne Klein, à l'occasion de la crise sanitaire de 2020, emploie le terme pour qualifier les expressions assurées de certaines personnes à propos des choix thérapeutiques, au moment même où le consensus scientifique est qu'il n'y a pas de médicament dont l'efficacité est prouvée. Il relie cela à l'importance des réseaux sociaux, qui permettent à chacun d'exister par ce qu'il affirme, indépendamment de sa compétence attestée[2],[3].

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ultracrepidarianism » (voir la liste des auteurs).
  1. « Les ultracrépidariens : des personnes qui donnent leur avis sans avoir de connaissances sur le sujet », sur Nos Pensées, (consulté le 18 avril 2020)
  2. Étienne Klein, Et après ? #12 L'urgence du long terme, L'Observatoire, (ISBN 979-10-329-1584-4, lire en ligne).
  3. LCI, « Étienne Klein : "Pour savoir que l'on est incompétent, il faut être compétent !" », sur YouTube, (consulté le 6 juillet 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Stephen M. Perle, « Quomodocunquize, Ultracrepidarian, Boundary Violation », Dynamic Chiropractic, vol. 24, no 21,‎ (lire en ligne)
  • (en) David H. Kaye, « Ultracrepidarianism in Forensic Science: The Hair Evidence Debacle », Washington & Lee Law Review Online, vol. 72,‎ , p. 227-254 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Art Essay par Hazlitt à propos de William Gifford.