Classe Ultime

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ultime)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le personnage de fiction, voir Ultime (Anneau-Monde).

La classe Ultim 32/23, plus connue sous le nom d'Ultime voire d'Ultim, est une classe hétérogène de trimarans de course au large, apparue à l'occasion de la Route du Rhum 2010 et regroupant les plus grands multicoques.

IDEC Sport de Francis Joyon, Détenteur du trophée Jules-Verne depuis 2017, après l'avoir conquis en 2011 sous le nom de Groupama 3 aux mains de Franck Cammas.
Macif quitte le port du Havre pour prendre le départ de la Transat Jacques Vabre 2015.
Vue arrière du Banque Populaire IX au ponton Route du Rhum 2018.

Historique[modifier | modifier le code]

À l'occasion de la Route du Rhum 2010, l'organisation de la course décide de regrouper dans une nouvelle catégorie tous les multicoques de 60 pieds et plus, sans limite maximale de dimension[1]. Il s'agit alors de succéder à la classe ORMA des trimarans de 60 pieds, d'attendre la construction des MOD 70 pour l'année 2011 et d'ouvrir la course aux grands multicoques comme Groupama 3 ou Idec.

Création de la classe Ultime[modifier | modifier le code]

En juin 2015, un Collectif Ultim formé autour des équipes Team Banque populaire, Macif et Sodebo, décide que la longueur hors-tout devra être comprise entre 23 mètres (minimum) et 32 mètres (maximum), ce qui exclut les MOD 70 et Spindrift 2, proche des 40 mètres[1].

La jauge Classe Ultim 32/23 (longueur maximale 32 mètres) / largeur maximale 23 mètres)[2] est entérinée par la Fédération française de voile le 29 janvier 2018[3].

2018 : bilan de la première année de la classe Ultime[modifier | modifier le code]

La classe Ultime compte six concurrents en 2017, qui se présentent tous sur la ligne de départ de la Route du Rhum 2018. Les conditions météo difficiles des premiers jours éprouvent une flotte en cours de mise au point et de fiabilisation. Le bilan est lourd avec un chavirage pour Armel Le Cléac'h sur Banque populaire IX ainsi que des avaries plus ou moins importantes sur les ultimes de Sébastien Josse (abandon), Thomas Coville et François Gabart. Ce dernier se fait devancer à l’arrivée de 7 minutes par l'expérimenté Francis Joyon à la barre de IDEC sport, adapté et préparé au solo, amélioré et fiabilisé pendant douze ans.

Les incidents durant la Route du Rhum contraignent Brest Ultim Sailing à interroger toutes les parties prenantes sur la date du départ de Brest Oceans[4], initialement prévue au départ de Brest fin 2019, les différents acteurs envisagent un départ pour la fin 2021.

Cadre de la classe Ultime[modifier | modifier le code]

Les principales caractéristiques de la classe Ultime sont :

  • des règles inamovibles (longueur, largeur, garde à la mer, tirant d’air…) ;
  • des règles modifiables tous les 4 ans (comité de surveillance, groupe d’experts, puissance du moteur, mouillages, réglage des appendices mobiles de coque, mode de qualification du skipper…) ;
  • des règles modifiables chaque année, c’est-à-dire toutes celles qui ne font pas partie des règles inamovibles ou modifiables tous les 4 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Magnus Henderson, « Ultime… dérapage ? », sur Voiles et Voiliers, (consulté le 11 mai 2016)
  2. adonnante.com, « La Classe Ultime 32/23 entérinée par la FFVoile », sur adonnante.com, .
  3. Chloé Lauttret, « La Classe Ultim 32/23, le bilan de l'année 2018 », sur bateaux.com, .
  4. brest-ultim.fr, « BREST OCEANS : REPORT ET NOUVELLE DATE DE DÉPART À L’ÉTUDE », sur brest-ultim.fr, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]