Ulrich von Eppenstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ulrich de Eppenstein (né vers 1055, décédé le ), parfois appelé Ulrich III de Eppenstein, fait partie de la Maison des Eppensteiner. Il fut abbé de Saint-Gall (à partir de 1077), et anti-abbé de Reichenau (1079) et tout comme Ulrich Ier patriarche d'Aquilée (à partir de 1086).

Vie[modifier | modifier le code]

Ulrich était le fils de Markwart IV de Eppenstein. Ses frères, Liutold, Heinrich et Hermann et lui-même furent de précieux soutiens à Henri IV lors de la querelle des Investitures. Notamment face aux familles de Rheinfelden et Zähringen. Jusqu'à sa mort, il est resté fidèle au parti de l'empereur.

Actes[modifier | modifier le code]

En 1077, la venue de Ulrich von Eppenstein a bien été perçue. Du fait de l’abbatiat de Ulrich von Eppenstein, l’abbaye de Saint-Gall s’est retrouvée dans le camp impérial lors de la querelle des Investitures. Cette affiliation les met directement en conflit avec l’abbé de Reichenau Gebhard III de Constance ainsi qu’avec le duc Welf IV de Bavière et le duc Berthold II de Zähringen. Dans l’optique de sécuriser les territoires de l’abbaye, Ulrich fit construire plusieurs châteaux. En 1079 il fut nommé anti-abbé de Reichenau par Henri IV. Il aurait aussi été nommé anti-abbé de Nellenburg mais Ekkehard II s’y est opposé. Au cours des affrontements violents qui ont suivi, l'abbaye de Saint-Gall a perdu ses possessions foncières de la rive droite. Durant cet épisode, l’abbé Ulrich fut forcé de céder des parties du trésor du monastère. En outre, Ekkehard II a tenté de faire nommer Luthold comme anti-abbé de Saint-Gall mais ces tentatives répétées ont échoué. Ce ne fut qu'en 1083 qu’il réussi finalement à remplacer l'abbé Ulrich de Eppenstein par le moine Reichenau Werinhar avec le soutien du roi Hermann de Salm. Après la démission de Werinhar en 1086, Ulrich von Eppenstein reprit l’abbatiat. En 1086 obtint le titre de patriarche d’Aquilée.

Liens[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]