Ulanara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ulanara
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait d'Ulanara par Jean-Denis Attiret.

Titre

Impératrice de Chine

1750 – 1766

Prédécesseur Xiaoyichun
Successeur Xiaoshurui
Biographie
Dynastie Qing
Naissance 11 mars 1718
Décès 14 juillet 1766
Sépulture Tombeaux Est des Qing
Conjoint Qianlong
Enfants Yongji
Yongjing
Une fille au nom inconnu
Résidence Cité interdite
Religion Bouddhisme
Ulanara

Nom chinois
Chinois traditionnel 繼皇后烏喇納喇氏
Chinois simplifié 继皇后乌喇纳喇氏

L'impératrice Ulanara, née le 11 mars 1718 et décédée le 14 juillet 1766, a été la seconde épouse de l'empereur Qianlong (dynastie Qing). Son véritable nom ne nous étant pas parvenu, on l'appelle "Dame Ulanara", du nom du clan auquel elle appartenait.

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Dame Ulanara est née en Mandchourie, le 11 mars 1718, au sein du clan Ula, lui-même appartenant au clan Nara qui était sous l'autorité des Huit Bannières. Son père, Narbu (那爾布), était un militaire avec le grade de zuoling (佐領; grade militaire). Un de ses ancêtres s'appelait Wangginu (王機褚/旺吉努) et fut premier beile (titre de noblesse proche de seigneur) de la région de Huifa.

Épouse puis Impératrice[modifier | modifier le code]

Pendant le règne de l'Empereur Yongzheng (1722-1735), Dame Ulanara devint la seconde épouse du quatrième fils de l'empereur : Hongli (Prince Bao). Lorsque l'empereur mourut en 1735, le Prince Bao lui succèda sous le nom d'Empereur Qianlong. Il lui accorda alors le rang d'épouse impériale sous le nom d'"Épouse Xian" (嫻妃). Elle sera appelée plus tard "Noble Épouse Xian" (嫻貴妃).

En 1748, Dame Fuca, la première épouse impériale, meurt. La mère de l'empereur, l'Impératrice Douairière Chongqing, nomme alors Dame Ulanara pour la remplacer. Elle ne devint cependant impératrice qu'après la fin de la période de deuil de Dame Fuca. Elle fut donc promue entre-temps « Noble Épouse Impériale Xian » (嫻皇貴妃) tout en exerçant les fonctions d'une impératrice avec, entre autre, la responsabilité du harem impérial.

En 1750, Dame Ulanara accompagna l'Empereur Qianlong dans ses tournées à destination des tombeaux de ses prédécesseurs (les Tombes Qing Orientales et les Tombes Qing Occidentales), du Mont Wutai, et de plusieurs villes du sud de la Chine. Environ deux semaines après ces visites, l'empereur intronisa officiellement Dame Ulanara comme nouvelle impératrice. En 1752, Dame Ulanara donna naissance au douzième fils de l'empereur : Yongqi. Un an plus tard, elle donna naissance à la cinquième fille de l'empereur.

Disgrâce[modifier | modifier le code]

En 1765, l'impératrice accompagna l'empereur pendant sa cinquième visite en Chine du sud.

Le début du voyage se passa bien avec, entre autre, la célébration de l'anniversaire de l'impératrice. Le 28 février, l'empereur ordonna à ses serviteurs d'apporter de la nourriture à l'impératrice. Cependant, dans la soirée, seulement trois épouses furent présentes au repas de l'empereur, Dame Ulanara n'ayant plus jamais été vue en public après cette date.

Il a été su plus tard que, ce jour là, Dame Ulanara fut renvoyée à Pékin via les voies navigables par l'empereur qui termina sa visite en Chine du sud. Après son retour à Pékin, il ordonna que les quatre monuments accordés à Dame Ulanara pour les cérémonies de ses quatre promotions soient enlevés. Il réduisit progressivement le nombre de serviteurs de Dame Ulanara, jusqu'à ce que l'impératrice n'ait plus que deux servantes en juillet 1765, ce qui correspondait au nombre de serviteurs des épouses de bas rang. 

On ignore encore pourquoi Dame Ulanara est tombée si brusquement et rapidement en disgrâce. Selon les archives pseudo-historiques de l'époque, Dame Ulanara serait tombée en disgrâce après s'être coupé les cheveux. Selon les coutumes mandchoues, l'impératrice n'était autorisée à se couper les cheveux qu'en cas de décès de l'empereur ou de l'impératrice douairière. L'empereur et sa mère étant vivants à ce moment-là, Dame Ulanara aurait commis un grave faux pas interprété comme une malédiction à l'encontre de l'empereur et de l'impératrice douairière.

Cependant, Dame Ulanara était mandchoue et vivait dans la Cité Interdite depuis des années, ce qui faisait qu'elle était surement familière de ces coutumes. Les historiens restent donc incertains sur le pourquoi de ce geste. Certains[Qui ?] supposent que ce geste aurait été effectué en protestation contre le voyage de l'empereur en Chine du sud qui aurait eu pour but de lui permettre de rechercher de nouvelles concubines.

Funérailles[modifier | modifier le code]

Dame Ulanara mourut à l'âge de 48 ans, le 14 juillet 1766. L'Empereur Qianlong fut mis au courant de sa mort alors qu'il était en train de chasser sur les terres de Mulan (木蘭圍場), près de Beijing. Sans interrompre l'excursion, il ordonna à son douzième fils, Yongqi, de retourner au palais. Il ne retourna à la Cité Interdite qu'à la fin de l'excursion.

Suite aux ordres de Qianlong, les funérailles de Dame Ulanara ont été ostensiblement rabaissées à celles d'une noble épouse impériale (un rang en-dessous du rang d'impératrice). Concrètement, la cérémonie ne correspondit pas à ce type de funérailles. Pour les funérailles d'une noble épouse impériale, les princesses, nobles et hauts fonctionnaires de la cour sont en effet tenus d'assister aux processions de deuil, ce qui n'a pas été le cas pour les funérailles de l'impératrice.

Comme les épouses et concubines de son rang, Dame Ulanara aurait dû avoir son propre mausolée ou pierre tombale. Au lieu de cela, elle fut inhumée dans le Mausolée Yuling à l'intérieur des Tombeaux Est des Qing à côté la Noble Épouse Impériale Chunhui d'une manière similaire à celle dont les serviteurs sont enterrés aux côtés de leurs maîtres. Sa mort ne fut également pas enregistrée dans l'histoire officielle.

Un historien supplia l'Empereur Qianlong de lui organiser un enterrement convenable pour une impératrice, l'empereur l'exila au nord-ouest de la Chine, près de la Rivière Ili. Des années plus tard, un lettré plaida auprès de l'empereur pour reconsidérer l'ensemble de l'affaire, mais l'empereur répondit avec colère et fit exécuter l'érudit.

Œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ulanara, the Step Empress » (voir la liste des auteurs).
  • Archives impériales du palais Qing
  • Généalogie impériale du clan impérial Qing
  • Ho, Chuimei et Bronson, Bennet, Splendors of China's Forbidden City: The Glorious Reign of Emperor Qianlong, Illustrated, (ISBN 1858942039)
  • Evelyn S. Rawski, The Last Emperors: A Social History of Qing Imperial Institutions, Reprint, (ISBN 052092679X)
  • Yi Wan, Wang Shuqing, Lu Yanzhen et Rosemary E. Scott, Daily Life in the Forbidden City: The Qing Dynasty, 1644-1912, Illustrated, (ISBN 0670811645)
  • Erxun Zhao, Draft History of Qing (Qing Shi Gao),