Ujamaa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ujamaa (signifiant famille, au sens large, en swahili) est un concept qui forme la base de la politique de développement social et économique de Julius Nyerere en Tanzanie. En 1967, peu après l'indépendance, obtenue du Royaume-Uni en 1961, le Président Nyerere publie son plan de développement, connu comme la Déclaration d'Arusha, dans lequel il souligne la nécessité d'un modèle africain de développement et qui constitue la base du socialisme africain tanzanien. Ce modèle est caractérisé par quelques éléments clés, tels que la nationalisation de l'économie, la création de communauté agricoles villageoises, ou l'insistance portée au développement de l’éducation[1].

Historique du concept[modifier | modifier le code]

Le terme apparait d'abord dans les écrits et les discours de Julius Nyerere à la fin des années 1950 et dans le courant des années 1960. À ce moment, l'Ujamaa est présentée comme un code moral et un ensemble de valeurs ; ce n'est qu'à partir de 1967 que le concept devient la base d'une politique concrète[2].

Linguistique[modifier | modifier le code]

« Ujamaa » est un mot swahili signifiant littéralement « familialisme ». Il associe en effet le préfixe nominal bantou de la classe 11 u-, qui sert parfois à forger des abstractions, au nominal de la paire de classes 9/10 -jamaa qui dénote la « famille élargie », la « société » ou la « communauté ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Christophe Servant, « Socialisme africain », (consulté le 26 mars 2019)
  2. Jennings 2017.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael Jennings, « Ujamaa », Oxford Research Encyclopedias, African History, Oxford Universisty Press, (DOI 10.1093/acrefore/9780190277734.013.172, consulté le 31 octobre 2018)
  • (en) Lawrence Cockcroft, Gerald Belkin et Ralph Ibbott, « Who conceived/led the way to Ujamaa? », Tanzanian Affairs, no 92,‎ (lire en ligne)
  • Kelly M. Askew, « Les villages tanzaniens ujamaa 40 ans plus tard. Moralisation et commémoration du collectivisme », Anthropologie et Sociétés, vol. 32, nos 1–2,‎ , p. 103–132 (DOI 10.7202/018885ar)
  • (en) P. Collier, S. Radwan, S. Wangwe et A. Wagner, Labour and poverty in rural Tanzania: Ujamaa and rural development in the United Republic of Tanzania, Clarendon Press,
  • Ergas Zecki, « La politique des villages Ujamaa en Tanzanie : la fin d'un mythe », Tiers-Monde, t. 20, no 77,‎ (DOI 10.3406/tiers.1979.2855)

Articles connexes[modifier | modifier le code]