Udo Voigt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Voigt.
Udo Voigt
Image illustrative de l'article Udo Voigt
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le
Élection 25 mai 2014
Législature 8e
Groupe politique NI
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Viersen
Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest
Nationalité Allemande
Parti politique NPD
Udo Voigt et David Duke.

Udo Voigt, né le à Viersen, est un homme politique allemand d'extrême droite et un politologue allemand. Il est député européen depuis 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et études[modifier | modifier le code]

Fils d'un ancien de la Sturmabteilung (SA)[1], Udo Voigt, après son service militaire comme ingénieur dans l'aviation, étudie de 1982 à 1987 et sort diplômé en science politique de l'université Louis-et-Maximilien de Munich.

Leader de l'extrême droite[modifier | modifier le code]

En 1968, il adhère au Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD), parti d'extrême droite allemand, puis devient membre de la présidence de la section bavaroise du parti en 1984. Continuant son ascension au sein du parti, il en devient le chef en 1996.

C'est à ce titre qu'Udo Voigt s'efforce d'extirper son parti du marasme dans lequel il se trouve depuis les années 1970-1980, jouant avec les menaces de dissolution dont a fait plusieurs fois l'objet le NPD.

Après les attentats du 11 septembre 2001, à New York, Voigt organise une table ronde avec les membres du Hizb ut-Tahrir en vue d'une alliance nationale-islamiste, avec le NPD[2],[3].

En 2004, après voir apporté la première victoire électorale de son parti depuis les années 1960, Udo Voigt provoque un scandale en Allemagne lorsqu'il qualifie, dans un journal allemand d'extrême-droite (Junge Freiheit), « Hitler de grand homme d'État » et la République fédérale allemande de « système illégitime ». Le 17 novembre, il rend visite à Alessandra Mussolini au parlement européen de Strasbourg.

En 2006, il est interviewé par le responsable du Ku Klux Klan, David Duke[4],[5].

Dans une interview diffusée le sur la chaîne allemande ARD, Udo Voigt relativise la Shoah et déclare : « Six millions de morts, cela ne peut pas être exact. Au maximum, 340 000 personnes sont mortes à Auschwitz. Ce que disent toujours les juifs, c'est « même si un seul juif était mort parce qu'il est juif, ce serait un crime ». Mais il y a une différence entre payer pour 6 millions [de morts] et pour 340 000 ». Par ailleurs, le chef du NPD exige la « restitution de la Poméranie, la Prusse occidentale, la Prusse orientale et la Silésie. Car toutes ces villes sont selon nous allemandes, et nous réclamons d'exercer sur elles notre droit[6] ». Dans un enregistrement, il avait proposé de présenter la candidature de Rudolf Hess pour le prix Nobel de la paix.

Parlement européen[modifier | modifier le code]

En 2014, le NPD récolte 1 % des voix aux élections européennes, ce qui permet à Voigt d'obtenir un siège au Parlement européen[7]. Siégeant parmi les non-inscrits, il est membre de la commission des Libertés[8].

Le 24 juin 2015, la commission des affaires juridiques du Parlement européen a voté à l'unanimité la levée de l'immunité parlementaire d'Udo Voigt[9], demandée à la suite de sa condamnation à un an de prison avec sursis pour « incitation à la violence et insultes en réunion ». En 2006, dans le cadre de la coupe du monde de football de 2006, le NPD, dont Udo Voigt était alors le président, avait fait publier des affiches jugées « racistes » au sujet l'équipe allemande. L'assistant parlementaire local d'Udo Voigt, Karl Richter, a réagi au vote de la commission des affaires juridiques du Parlement en déplorant notamment les votes favorables de Joëlle Bergeron (indépendante, ancienne membre du Front national) et Gilles Lebreton (membre du Rassemblement bleu Marine)[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Qui est Udo Voigt, le probable député européen du parti néonazi allemand? », sur Slate,‎ (consulté le 9 mai 2015)
  2. « Hizb ut-Tahrir (HuT) », sur Global Terror Watch,‎ (consulté le 9 mai 2015)
  3. (de) « Rechtsextremisten unterhalten weiterhin Kontakte zu Mitgliedern von « Hizb ut-Tahrir » », sur Hamburg.de,‎ (consulté le 9 mai 2015)
  4. [1], Davidduke.com
  5. [2], Davidduke.com
  6. Nouvel Obs.com 11 décembre 2007
  7. Un néonazi allemand va faire son entrée au Parlement européen, Le Figaro, 26 mai 2014.
  8. « Udo Voigt, un néonazi à la commission des Libertés du Parlement européen », lepoint.fr, 9 juillet 2015.
  9. « Rapport sur la demande de levée de l'immunité d'Udo Voigt », sur Europarl (consulté le 31 juillet 2015)
  10. (de) « Enttäuschter EU-Parlamentarier Voigt », sur Blick nach rechs,‎ (consulté le 31 juillet)

Liens externes[modifier | modifier le code]