USS Ticonderoga (CV-14)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

USS Ticonderoga (CV-14)
Image illustrative de l’article USS Ticonderoga (CV-14)
Le Ticonderoga ravitaillant en mer dans les années 1960.
Type Porte-avions
Classe Essex
Histoire
A servi dans Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Quille posée
Lancement
Commission
Statut  : retrait du service
 : réactivation
 : retrait définitif
 : retrait du NVR
 : vente pour démolition
Équipage
Équipage 3 448 officiers et membres d'équipage
Caractéristiques techniques
Longueur Initialement : 888 pieds (270,7 m)
Maître-bau Initialement : 93 pieds (28,3 m)
Tirant d'eau Initialement : 28,7 pieds (8,7 m)
Déplacement Initialement : 27 000 tonnes
Vitesse 33 nœuds (61,1 km/h)
Caractéristiques militaires
Aéronefs Initialement : 90-100 aéronefs
Pavillon États-Unis

L'USS Ticonderoga (CV-14) est un porte-avions de la classe Essex appartenant à l'United States Navy.

Récupération d'Apollo 17, le 19 décembre 1972 dans l'océan Pacifique.

Genèse et déploiements[modifier | modifier le code]

Il devait initialement s'appeler Hancock et sa construction débute en au chantier naval Newport News Shipbuilding, mais il reçoit le nom de Ticonderoga en l'honneur de la Prise du Fort Ticonderoga pendant la Révolution américaine. Il est le quatrième bâtiment de l'US Navy à porter ce nom. Il est mis à l'eau en et entre en service le .

Affecté en septembre dans le Pacifique, après sa période d’entraînement, il est à Palaos, Leyte, Luçon, etc. Une attaque de kamikaze (deux avions) lui cause de sévères dommages au large de Formose le . Le porte-avions compte cent quarante morts. En mai, il participe aux opérations de bombardement sur le Japon.

Retiré début 1947, il sera modernisé et, sous l’appellation CVA-14, reprend le service en 1954 dans l’Atlantique. Il regagne ensuite le Pacifique puis est déployé au Viêt Nam devenant CVS-14.

Accident grave[modifier | modifier le code]

Le , un avion d'attaque A-4E, transportant une arme atomique B43 de 70 kt à une mégatonne, glisse accidentellement du porte-avions, alors qu'il fait route de la base navale de Subic Bay aux Philippines à Yokohama. L'appareil, son pilote, le lieutenant « junior grade » Douglas M. Webster, et sa cargaison disparaissent par près de 5 000 mètres de fond. L'événement ne sera révélé par le Pentagone qu'en , précision faite alors qu'il a eu lieu à 130 kilomètres à l'est de Kikai-shima, province d'Okinawa (Japon)[1].

Fin de service[modifier | modifier le code]

Durant les quinze derniers mois de service, le porte-avions effectuera trois missions de récupération de capsules Apollo : tout d'abord celles des équipages des deux dernières expéditions lunaires, Apollo 16 (le ) et Apollo 17 (le )[2]. Puis celle de la première des trois missions du programme Skylab : Skylab 2 (le ).

Il est « mis en retraite » le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Japan Asks Details On Lost H-Bomb », The Washington Post, Washington, , p. A-35.
  2. « La mission Apollo 17 », sur capcomespace.net (consulté le 26 février 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]