USS John F. Kennedy (CV-67)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir USS Kennedy.
image illustrant un bateau ou un navire image illustrant les forces armées des États-Unis
Cet article est une ébauche concernant un bateau ou un navire et les forces armées des États-Unis.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

USS John F. Kennedy (CV-67) à la base navale de Mayport le 11 novembre 2003.
Image illustrative de l'article USS John F. Kennedy (CV-67)
L'USS John F. Kennedy

Type Porte-avions
Histoire
A servi dans Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Chantier naval Newport News Shipbuilding
Commandé
Quille posée
Lancement
Mise en service
Statut retiré du service actif le
Caractéristiques techniques
Longueur total : 321 m
ligne de flottaison: 300 m
Maître-bau total : 77 m
ligne de flottaison: 40 m
Déplacement 82 655 tonnes à pleine charge
Propulsion 8 turbines, 4 hélices
Puissance 280 000 ch (210 MW)
Vitesse 34 nœuds (63 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 2 lanceurs 8 tubes RIM-7 Sparrow, 2 Phalanx CIWS de 20mm, 2 lanceurs RIM-16 Ram
Aéronefs 80

L’USS John F. Kennedy (CV-67) est un porte-avions de l'US Navy. Il devait être le quatrième porte-avions de la classe Kitty Hawk, mais il subit tellement de modification (propulsion nucléaire à l'origine, pont plus court, puis retour à la propulsion classique, changement de cheminée…) qu'il forme une classe à lui seul. Il fut le dernier porte-avions à propulsion classique à avoir été construit pour l'US Navy[1].

Historique[modifier | modifier le code]

À l'origine l'USS John F. Kennedy devait être propulsé par quatre réacteurs nucléaires Westinghouse A3W pour devenir le second porte-avions nucléaire au monde après le USS Enterprise (CVN-65), mais pour des questions de réduction de budget, une propulsion classique fut retenue, entrainant une profonde modification de la coque et le rajout d'une cheminée.

Il fut baptisé le par Jacqueline Kennedy et sa fille de neuf ans, Caroline à Newport News, Virginie et entra en service le rejoignant la Sixième flotte des États-Unis en mer Méditerranée en avril 1969.

Les armes nucléaires qu'emportait le navire pour son groupe aérien ont été débarquées en février 1993[2].

Il fut retiré du service le et stationne depuis le au Naval Inactive Ship Maintenance Facility (en) de Philadelphie.

Un second porte-avions portant ce nom, l’USS John F. Kennedy (CVN-79) est en construction depuis 2011.

L'accident du Kennedy[modifier | modifier le code]

Le 14 septembre 1976, un F-14 Tomcat, à la suite d’un problème de catapulte, tombe du pont du John F. Kennedy, avec ses missiles AIM-54 Phoenix dans les eaux internationales, au large de l’Écosse. Une course navale (surface et sous-marine) s’engage alors entre les marines soviétiques et américaines afin de récupérer non seulement l’avion (à cause de son système d’arme) mais aussi des missiles. Les deux membres d’équipages s’éjectèrent à la dernière seconde et atterrirent sur le pont d’envol, blessés mais vivants[3]. Plus tard le même jour, l’USS Bordelon (DD881), connaît des difficultés de navigation pendant le ravitaillement et rentre en collision avec le John F Kennedy. Six marins sont blessés, l’USS John F. Kennedy poursuit sa mission tandis que l’USS Bordelon doit rentrer à Plymouth, Grande-Bretagne pour réparation[4].

Opérations[modifier | modifier le code]

Le USS John F. Kennedy au cinéma[modifier | modifier le code]

Dans le film 2012, le porte-avions percute la Maison-Blanche et la détruit entièrement, pendant le tsunami qui atteint la côte Est des États-Unis.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.navysite.de/cvn/cv67.htm
  2. (en) Hans M. Kristensen (en), « Declassified: US Nuclear Weapons At Sea »,‎ (consulté le 7 février 2016).
  3. Populars Mechanics, June 1977, Volume 147, Numéro 6
  4. USS John F. Kennedy (CV-67), sur Navisite.de

Sur les autres projets Wikimedia :