Union de défense des commerçants et artisans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis UDCA)
Aller à : navigation, rechercher
Pin's de l'Union de Défense des Commerçants et des Artisans

L'Union de défense des commerçants et artisans (UDCA) est un syndicat professionnel français d'inspiration corporatiste fondé par Pierre Poujade en 1953 à Saint-Céré (Lot), dont le symbole est le coq gaulois.

Historique[modifier | modifier le code]

L'UDCA prend la tête d'une révolte de petits commerçants contre le fisc et ses agents, accusés de constituer une « Gestapo fiscale », s'opposant à la hausse de la fiscalité frappant les petits commerçants, à l'intensification des contrôles fiscaux décidée par Pierre Mendès France et surtout à la loi votée par le parlement à l'initiative du gouvernement qui autorisait l'emprisonnement de tout citoyen s'opposant à un contrôle. L'UDCA s'étend très rapidement dans une France rurale qui se désertifie et reste à l'écart de la croissance dans ce qui fut les « Trente Glorieuses ».

Elle connut son plus grand succès dans le contexte déprimé et déliquescent des dernières années de la IVe République, avec jusqu'à 450 000 cotisants dans les années 1955-1956 et près de 5 000 élus consulaires et sociaux. Dans sa version électorale, l'Union et fraternité française (UFF), elle réalise une stupéfiante percée électorale aux élections législatives françaises de 1956 où elle obtient 2,4 millions de suffrages (11,6 %) et 52 députés (dont 11 furent invalidés) à l'Assemblée nationale.

En mars 1956, une directive du ministère des Finances énonce : « La loi fiscale doit être appliquée. Nous ne pouvons envisager de mesure de clémence tant que se poursuivent les mouvements d'opposition fiscale » alors que les fonctionnaires s'attendent à une recrudescence des incidents lors des contrôles fiscaux ; les petits commerçants faisant la chasse aux polyvalents. Cependant, en ayant transformé son mouvement protestataire en parti politique, Pierre Poujade va peu à peu se couper de sa base populaire sans pour autant acquérir une stature nationale et le poujadisme sera finalement perçu par l'opinion publique comme une réaction épidermique des petits commerçants en lutte contre l'émergence envahissante des supermarchés.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Romain Souillac, Le mouvement Poujade. De la défense professionnelle au populisme nationaliste (1953-1962), Presses de Sciences Po, 2007 (ISBN 978-2-7246-1006-2)