Tyrannie des petites décisions

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La tyrannie des petites décisions est un phénomène exploré dans un essai du même nom, publié en 1966 par l'économiste Américain Alfred E. Kahn[1]. L'article décrit une situation où un certain nombre de décisions, individuellement de petite taille et de petite perspective temporelle, aboutit de façon cumulative à un résultat qui n'est ni optimal, ni désiré. C'est une situation où une série de petites décisions rationnelles peuvent avoir modifié le contexte de choix ultérieurs, au point même où les alternatives souhaitées sont irrémédiablement détruites. Kahn décrit le problème comme étant commun dans l'économie de marché et pouvant conduire à une défaillance de celui-ci[1]. Le concept a depuis été étendu à des domaines autres qu'économiques, tels que la dégradation de l'environnement[2], les élections politiques[3] et les résultats de santé[4].

Un exemple classique de la tyrannie des petites décisions est la tragédie des biens communs, décrite par Garrett Hardin en 1968[5] comme une situation où un certain nombre d'éleveurs font paître leurs vaches sur un terrain commun, chacun agissant de manière indépendante dans ce qu'il perçoit comme étant son propre intérêt rationnel, épuisant en fin de compte leur ressource limitée partagée, alors même qu'il est clair que ce n'est pas dans l'intérêt à long terme d'un éleveur que cela se produise[6].

Le chemin de fer d'Ithaque[modifier | modifier le code]

Pilier du pont de la Ligne Courte Ithaca-Auburn

L'événement ayant d'abord suggéré la tyrannie des petites décisions à Kahn a été le retrait des services ferroviaires de passagers à Ithaque, New York. Le chemin de fer était le seul moyen fiable d'entrer et de sortir d'Ithaque. Il a fourni des services quelles que soient les conditions, par beau et mauvais temps, pendant et en dehors des périodes de pointe des saisons. La compagnie aérienne locale et la compagnie d'autobus ont parcouru le trafic quand les conditions étaient favorables, laissant les trains seuls quand les conditions étaient difficiles. Le service de chemin de fer a finalement été retiré parce que le collectif de décisions individuelles prises par les voyageurs n'offraient pas au chemin de fer les recettes nécessaires pour couvrir ses coûts marginaux. Selon Kahn, cela suggère un test économique hypothétique pour savoir si le service aurait dû être retiré.

« Supposons que chaque personne dans les villes desservies se demande combien elle aurait été disposée à s'engager régulièrement sur une certaine période de temps, disons chaque année, par l'achat de billets prépayés, pour garder le service ferroviaire de voyageurs à la disposition de sa communauté. Tant que le montant qu'elle aurait déclarée (à elle-même) aurait dépassé ce qu'elle avait effectivement payé sur la période - et ma propre expérience introspective le montre - alors dans cette mesure la disparition du service passager était un incident de la défaillance du marché[7]. »

Le fait de ne pas refléter la pleine valeur pour les passagers de la disponibilité du service ferroviaire provient de l'écart entre la perception du temps dans laquelle les voyageurs fonctionnaient et la perception du temps dans laquelle le chemin de fer fonctionnait. Les voyageurs prenaient beaucoup de décisions à court terme, décidant pour chaque voyage particulier s'il devait être fait par voie ferrée, en voiture, en bus ou dans la compagnie locale. Compte tenu des effets cumulatifs de ces petites décisions, le chemin de fer prenait une décision majeure à long terme, « pratiquement tout ou rien et une fois pour toutes » ; à savoir la conservation ou l'abandon de son service de passagers. Chaque petite décision de voyage prise individuellement par les voyageurs ayant un impact négligeable sur la survie du chemin de fer, il n'aurait pas été rationnel - ou du moins évident - pour un voyageur de considérer la survie du chemin de fer menacée par l'une de ses propres décisions particulières[7].

« Il n'en demeure pas moins que chaque sélection de x sur y constitue également un vote pour éliminer la possibilité de choisir ensuite y. Si suffisamment de personnes votent pour x, chaque fois nécessairement en supposant que y continuera à être disponible, y peut en fait disparaître. Et sa disparition peut constituer une véritable privation, que les clients auraient volontiers payé quelque chose pour éviter. Le seul choix offert aux voyageurs pour influencer la décision à plus long terme du chemin de fer était donc plus court dans le temps et la somme de nos achats individuels de billets de chemin de fer s'ajoutait à un montant inférieur à notre intérêt réellement combiné de la disponibilité continue du service ferroviaire. Nous avons été victimes de la « tyrannie des petites décisions »[7]. »

Références antérieures à l'idée[modifier | modifier le code]

Thucydide (c. 460 – c. 395 AEC) a déclaré : « Ils consacrent une très petite fraction de temps à la considération de tout objet public, dont la plus grande partie est à la poursuite de leurs propres objets. Pendant ce temps, chacun croit qu'aucun mal ne viendra à sa négligence, qu'il appartient à quelqu'un d'autre de s'occuper de ceci ou cela pour lui ; et ainsi, par la même notion étant entretenue par chacun séparément, la cause commune imperceptiblement décroît[8]. »

Aristote (384 - 322 AEC) a fait de même valoir contre les biens communs de la polis d'Athènes : « Car ce qui est commun au plus grand nombre a le moindre soin accordé à lui. Chacun pense surtout à lui, à peine de l'intérêt commun ; et seulement quand il est lui-même concerné en tant qu'individu. Car d'ailleurs, tout le monde est plus enclin à négliger le devoir qu'il attend d'un autre ; comme dans les familles de nombreux préposés sont souvent moins utiles que quelques-uns[9]. »

Thomas Mun (1571-1641), un mercantiliste anglais, a commenté les décisions prises avec une perspective myope et temporellement courte en ces termes : « Ils ne cherchent pas plus loin que le commencement de l'œuvre, qui informe mal leurs jugements et les conduit à l'erreur. Car si nous ne voyons que les actions du laboureur dans la semence, quand il cueille beaucoup de bon maïs Mais plutôt quand nous considérons ses travaux dans la moisson qui est la fin de ses efforts, nous trouvons la valeur et l'augmentation abondante de ses actions[10]. »

Eugen von Böhm-Bawerk (1851-1914), un économiste autrichien, a observé que les décisions prises avec des perspectives temporellement courtes peuvent avoir une qualité séduisante : « Il se produit fréquemment, je crois, qu'une personne est confrontée à un choix entre un présent et un futur, une satisfaction ou un mécontentement, et qu'elle décide en faveur du moindre plaisir présent même si elle sait parfaitement bien, et est même explicitement consciente au moment où elle fait son choix, que le désavantage futur est le plus grand et que par conséquent son bien-être, dans l'ensemble, souffre en raison de son choix. Le "playboy" gaspille l'allocation de son mois entier dans les premiers jours pour la dissipation frivole. Il anticipe clairement son embarras postérieur et la privation, et pourtant il est incapable de résister aux tentations du moment[11]. »

Dégradation environnementale[modifier | modifier le code]

À la suite de nombreuses petites décisions, et sans que la question soit directement abordée, près de la moitié des marécages ont été détruits le long des côtes du Connecticut et du Massachusetts.

En 1982, William Odum, l'écologiste des estuaires, a publié un article où il a étendu la notion de la tyrannie des petites décisions aux questions environnementales.  Selon Odum, « une grande partie de la confusion actuelle et de la détresse entourant les questions environnementales peuvent être attribuées à des décisions qui n'ont jamais été prises consciemment, mais simplement résultant d'une série de petites décisions »[2].

Odum cite, par exemple, les marais le long des côtes du Connecticut et du Massachusetts. Entre 1950 et 1970, près de 50 pour cent de ces marais ont été détruits. Ce n'était pas intentionnellement prévu, et le public aurait bien pu soutenir la préservation si on leur avait demandé. Au lieu de cela, des centaines de petites étendues de marais ont été converties à d'autres fins à travers des centaines de petites décisions, ce qui a abouti à un résultat majeur sans que la question globale n'ait été directement traitée[2].

Les Everglades, en Floride, sont un autre exemple. Ceux-ci ont été menacés, non pas par une seule décision défavorable, mais par de nombreuses décisions indépendantes, comme les décisions d'ajouter ce puits, ce canal de drainage, un village de retraite de plus, une autre route... Aucune décision explicite n'a été prise pour restreindre le flux d'eau de surface dans les clairières, ou pour encourager les incendies chauds et destructeurs et intensifier les sécheresses, mais cela a été le résultat[2].

À quelques exceptions près, les espèces menacées ou en voie de disparition doivent leur sort à une série de petites décisions. Les ours polaires, les baleines à bosse et les pygargues à tête blanche ont souffert des effets cumulatifs des décisions uniques de surexploiter ou de convertir les habitats. L'élimination, une par une, des plages de nidification des tortues vertes pour d'autres utilisations est parallèle au déclin des populations de tortues vertes[2].

L'eutrophisation culturelle d'un lac est rarement le résultat d'une décision intentionnelle. Au lieu de cela, les lacs se dégradent peu à peu comme un effet cumulatif de petites décisions ; l'ajout de cet émissaire d'égout domestique, puis celui de l'émissaire industriel, avec un ruissellement qui augmente constamment au fur et à mesure que ce développement de logements est ajouté, puis cette route et quelques autres champs agricoles[2]. Les effets insidieux des petites décisions continuent ; les terres productives se tournent vers le désert, les ressources en eaux souterraines sont surexploitées au point où elles ne peuvent pas se rétablir, les pesticides persistants sont utilisés et les forêts tropicales sont défrichées sans tenir compte des conséquences cumulatives[2].

Obstacles[modifier | modifier le code]

Un obstacle évident à la tyrannie des petites décisions est le développement et la protection de niveaux supérieurs appropriés de la prise de décision. Selon la question, la prise de décision peut être appropriée au niveau local, national ou mondial. Toutefois, les organisations à ces niveaux peuvent s'emmêler dans leur propre bureaucratie et leur propre politique, réassignant par défaut les décisions aux niveaux inférieurs. Les systèmes politiques et scientifiques peuvent encourager de petites décisions en récompensant des problèmes et des solutions spécifiques. Il est généralement plus facile et plus politique de prendre des décisions sur des parcelles de terres individuelles ou des questions particulières plutôt que de mettre en œuvre des politiques à grande échelle. Le même schéma s'applique à la science universitaire. La plupart des scientifiques sont plus à l'aise pour travailler sur des problèmes spécifiques plutôt que sur des systèmes. Cette tendance réductionniste aux petits problèmes est renforcée dans la manière dont les subventions et la scolarité sont attribuées[2].

Odum préconise qu'au moins certains scientifiques devraient étudier les systèmes de sorte que les conséquences négatives qui résultent lorsque beaucoup de petites décisions sont prises à partir d'une perspective limitée peuvent être évités. Les politiciens et les planificateurs ont également besoin de comprendre les perspectives à grande échelle. Les professeurs de science de l'environnement devraient inclure des processus à grande échelle dans leurs cours, avec des exemples des problèmes que la prise de décision à des niveaux inappropriés peut introduire[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Kahn, Alfred E. (1966) "The tyranny of small decisions: market failures, imperfections, and the limits of economics" Kvklos, 19:23–47.
  2. a b c d e f g h et i Odum WE (1982) "Environmental degradation and the tyranny of small decisions" BioScience, 32(9):728–729.
  3. Burnell, P (2002) "Zambia's 2001 Elections: the Tyranny of Small Decisions, Non-decisions and 'Not Decisions'" Third World Quarterly, 23(3): 1103–1120.
  4. Bickel WK and Marsch LA (2000) "The Tyranny of Small Decisions: Origins, Outcomes, and Proposed Solutions" Chapter 13 in Bickel WK and Vuchinich RE (2000) Reframing health behavior change with behavioral economics, Routledge. (ISBN 978-0-8058-2733-0).
  5. Garrett Hardin, "The Tragedy of the Commons", Science, Vol. 162, No. 3859 (December 13, 1968), p. 1243–1248.
  6. Baylis J, Wirtz JJ, Cohen EA and Gray CS (2007) Strategy in the contemporary world: an introduction to strategic studies Page 368.
  7. a b et c Kahn AE (1988) The economics of regulation: principles and institutions Volume 1, pp 237–238.
  8. Thucydides (ca. 460 B.C.-ca. 395 B.C.), History of the Peloponnesian War, Book I, Sec. 141; translated by Richard Crawley (London: J. M. Dent & Sons; New York: E. P. Dutton & Co., 1910).
  9. Aristotle (350 B.C.E.), Politics, Book II, Chapter III, 1261b; translated by Benjamin Jowett as The Politics of Aristotle: Translated into English with Introduction, Marginal Analysis, Essays, Notes and Indices (Oxford: Clarendon Press, 1885), Vol. 1 of 2.
  10. Mun T (1664) On obtaining a positive balance of trade by importing raw materials Chapter in England's treasure by forraign trade.
  11. Capital and Interest by Eugen von Böhm-Bawerk London: Macmillan and Co. 1890, trans. William A. Smart, 1890. Library of Economics and Liberty (Econlib)