Tuskegee Airmen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tuskegee Airmen
Création 1941
Dissolution 1948
Pays États-Unis
Branche United States Army Air Corps

United States Army Air Forces United States Air Force

Type Fighter Group (99th Fighter Squadron,

100th Fighter Squadron, 301st Fighter Squadron, 302d Fighter Squadron), 477th Medium Bombardment Group (616th Bombardment Squadron, 617th Bombardment Squadron, 618th Bombardment Squadron, 619th Bombardment Squadron)

Rôle Missions de reconnaissance

Bombardements Soutien aérien aux bombardiers

Surnom Red Tails

Red Tails Angels

Équipement Spitfire

Curtiss P-40 Warhawk, Bell P-39 Airacobra, Republic P-47 Thunderbolt North American P-51 Mustang

Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles Campagne d'Afrique du Nord (Seconde Guerre mondiale),

Campagne d'Italie (Seconde Guerre mondiale) Campagne du Rhin

Décorations Médaille d'or du Congrès
Commandant historique Colonel Noel F. Parrish (en),

Colonel Benjamin Oliver Davis, Jr.,

Les Tuskegee Airmen est le nom d'un groupe d'aviateurs afro-américains formé à la base de Moton Field à Tuskegee et au Tuskegee Institute dans Alabama, sous la direction de l'Army Air Corps, qui se distingua durant la Seconde Guerre mondiale.

Histoire[modifier | modifier le code]

8 Tuskegee Airmen posent devant un chasseur Curtiss P-40. Afrique du nord 1943

La National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), des églises, diverses associations, des journaux des leaders syndicaux comme Asa Philip Randolph, Bayard Rustin, Abraham Johannes Muste et même l'agence gouvernementale, la National Youth Administration font pression sur le gouvernement pour qu'il accepte l'intégration d'Afro-Américains au sein de l'Army Air Corps, prenant en exemple la participation du pilote pionnier Eugene Bullard dans les forces aériennes françaises durant la Première guerre mondiale[1].

Le 1940, le président Franklin D. Roosevelt promulgue le Selective Training and Service Act of 1940 (en) qui ouvre la formation et l'intégration de pilotes et de techniciens (radio, mécanicien, etc.) afro-américains au sein de l'Army Air Corps[2],[3]. La proposition fut adoptée en 1941 par le Congrès[4]. Cette nouvelle unité est créée le [5] sous le nom du 99e Escadron de chasse, sa base d'entrainement de Tuskegee est ségréguée contre l'avis de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP)[6]. Cette création est décrétée comme expérimentale, en effet de nombreux rapports pseudo-scientifiques affirmaient que les Afro-Américains étaient incapables, du fait d'une infériorité intellectuelle supposée, de mener des vols de combats complexes[7].

L'un des pilotes des Tuskegee Airmen, Charles W.Dryden, expose dans une conférence donnée en 2008, à la base navale de Yokosuka que les Tuskegee Airmen ont conduit deux combats, l'un extérieur contre le nazisme et l'autre intérieur contre le racisme[8].

En 1941, la Première dame des États-Unis, Eleanor Roosevelt, visite la base de Tuskegee et pour contrer des avis racistes disant que les Afro-Américains étaient incapables de piloter des avions[9], elle demande à l'instructeur noir C. Alfred "Chief" Anderson (en) de l'emmener faire un vol[10].

En , le magazine Time consacre un article sur l'innovation que représente la formation de pilotes afro-américains[11].

Près de 1000 pilotes de chasse et pilotes de bombardier seront formés entre 1941 et 1946[12],[13]. Ils combattent en Afrique du Nord, en mer Méditerranée et en Europe, ils mènent plus de 1500 missions[14], 66 pilotes perdront la vie au combat et 32 seront abattus en vol et faits prisonniers de guerre[15].

Intégré dans le 332d Fighter Group composé de 4 escadrons de chasse équipés initialement de Curtiss P-40 Warhawk, de Bell P-39 Airacobra, de Republic P-47 Thunderbolt puis de North American P-51 Mustang (1944) reconnaissables grâce à leur empennage rouge caractéristique (d’où leur surnom de Red tails, littéralement : les « queues rouges ») et le 477th Bombardment Group de l'US Army Air Corps équipé de bombardiers North American B-25 Mitchell.

Ils étaient commandés par le colonel Benjamin Oliver Davis, Jr., diplômé de l'académie militaire de West Point[16], qui deviendra plus tard le premier général noir de l'US Air Force[17].

En 1948, le président Harry Truman promulgue l'Executive order 9981 qui met fin à la ségrégation au sein des Forces armées des États-Unis et entraîne la dissolution de la base ségréguée des Tuskegee Airmen à Moton Field et de toutes les unités militaires ségréguées[18],[19].

Prix, distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

Le , le Président Bill Clinton promulgue la Public Law 105-355, qui dans son titre III[20] autorise la construction d'un musée dédié à la mémoire des Tuskegee Airmen sur le site de sa base de Moton Field et d'inscrire également le site au Registre national des lieux historiques / National Register of Historic Places[21].

Le , les Tuskegee Airmen reçoivent la Médaille d'or du Congrès, plus haute distinction civile américaine[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Pilotes formés à la base de Tuskegee[modifier | modifier le code]

Une liste de pilotes brevetés est disponible sur le site de l'université Tuskegee[22].

Quelques pilotes ont connu une notoriété, parmi ceux-ci, on peut distinguer :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) William Percy, « Jim Crow, Uncle Sam, and the Formation of the Tuskegee Flying Units », sur www.socialstudies.org (consulté le 28 décembre 2019)
  2. a et b (en-US) History com Editors, « Tuskegee Airmen », sur HISTORY (consulté le 30 août 2019)
  3. (en-US) Denice Rackley, « How the Tuskegee Airmen Rose Above Racism and Helped win WWII », sur KCET, (consulté le 28 décembre 2019)
  4. (en-US) « Tuskegee Airmen », sur National Museum of African American History and Culture, (consulté le 30 août 2019)
  5. (en-US) « History of the Tuskegee Airmen », sur www.army.mil (consulté le 28 décembre 2019)
  6. (en) « Tuskegee Airmen | History, Accomplishments, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 28 décembre 2019)
  7. (en-US) Dolores Cox, « Tuskegee Airmen fought racism in the U.S. military », sur Workers World, (consulté le 28 décembre 2019)
  8. (en-US) Chris Fowler, « Tuskegee airmen fought enemy abroad, racism at home », sur Stars and Stripes, (consulté le 28 décembre 2019)
  9. (en-US) « Tuskegee Airmen », sur Air Force Magazine (consulté le 28 décembre 2019)
  10. (en-US) « The Tuskegee Airmen », sur Franklin D. Roosevelt Library.
  11. (en-US) « The Controversial First Flights of the Tuskegee Airmen », sur Time (consulté le 28 décembre 2019)
  12. (en-US) « Tuskegee Airmen National Historic Site Virtual Museum Exhibit », sur www.nps.gov (consulté le 30 août 2019)
  13. a b et c (en-US) « Encyclopedia of Arkansas », sur Encyclopedia of Arkansas (consulté le 28 décembre 2019)
  14. (en-US) Owen Edwards, « The Tuskegee Airmen Plane's Last Flight », sur Smithsonian Magazine (consulté le 28 décembre 2019)
  15. (en-US) Melissa T. Miller, « The Tuskegee Airmen », sur Military.com (consulté le 30 août 2019)
  16. (en-US) « Tuskegee Airmen », sur Encyclopedia of Alabama (consulté le 28 décembre 2019)
  17. (en-US) « Tuskegee Airman goes on to become first Air Force African-American gen », sur U.S. Air Force (consulté le 28 décembre 2019)
  18. (en-US) « Ending military segregation took an executive order from President Har », sur National Guard (consulté le 28 décembre 2019)
  19. John R. AllenFriday,, « Like Truman’s military desegregation order, leadership against racism starts at the top », sur Brookings,
  20. « PUBLIC LAW 105–355—NOV. 6, 1998 », sur Congrès des Etats-Unis
  21. (en) « Tuskegee Airmen National Historic Site », sur Encyclopedia of Alabama (consulté le 28 décembre 2019)
  22. (en-US) « Tuskegee Airmen Pilot Listing | Tuskegee University », sur www.tuskegee.edu (consulté le 28 décembre 2019)
  23. (en-US) Brigit Katz, « Granville Coggs Fought Racism in the Military as a Tuskegee Airman », sur Smithsonian Magazine (consulté le 28 décembre 2019)
  24. (en-US) Megan McDonough, « Decorated Tuskegee Airman and retired Air Force Lt. Col. Woodrow W. Crockett dies », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  25. (en-US) Sam Roberts, « Robert J. Friend, Tuskegee Pilot Who Led U.F.O. Project, Is Dead at 99 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 28 décembre 2019)

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie (sélective)[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Lawrence P. Scott & William M. Womack, Double V: The Civil Rights Struggle of the Tuskegee Airmen, Michigan State University Press, , 322 p. (ISBN 978-0870135026)
  • (en-US) Lynn M. Homan & Thomas Reilly, Black Knights: The Story of the Tuskegee Airmen, Pelican Publishing Company, , 336 p. (ISBN 9781565548282)
  • (en-US) Judy L. Hasday, Tuskegee Airmen, Chelsea House Publications, , 108 p. (ISBN 9780791072677)
  • (en-US) Barry M. Stentiford, Tuskegee Airmen, Greenwood, , 223 p. (ISBN 9780313386848)
  • (en-US) Julia Garstecki, Tuskegee Airmen, Black Rabbit Books/Bolt, , 32 p. (ISBN 9781680720044)

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]