Turritopsis nutricula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les cnidaires
Cet article est une ébauche concernant les cnidaires.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet Zoologie.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (mars 2016).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

Turritopsis nutricula
Description de cette image, également commentée ci-après

Illustration de 1901 (Freshwater and Marine Image Bank).

Classification
Règne Animalia
Embranchement Cnidaria
Classe Hydrozoa
Ordre Hydroida
Famille Oceaniidae
Genre Turritopsis

Nom binominal

Turritopsis nutricula
?McCrady, 1857[1]

Turritopsis nutricula est une méduse de la classe des hydrozoaires. Elle mesure 4 à 5 mm et est originaire de la mer des Caraïbes. Elle a la particularité de pouvoir revenir du stade de méduse au stade de polype, ce qui la rend « potentiellement immortelle ».

C'est le premier cas de métazoaire connu dans tout le règne animal ayant la capacité de se transformer à rebours en forme « colonie juvénile », après avoir atteint la maturité sexuelle qui correspond à une forme « solitaire ».

Turritopsis nutricula de profil, d'après une illustration de 1905.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Turritopsis nutricula mesure moins de 5 mm. Elle possède un nombre de tentacules variant de huit pour les immatures, à 80 à 90 pour les adultes.

Cycle de vie et immortalité biologique[modifier | modifier le code]

La vie de Turritopsis nutricula se décompose en deux stades, communs à la plupart des hydrozoaires : le stade de polype et celui de méduse. Elle se reproduit à la fois de manière asexuée, en tant que polype grâce au bourgeonnement médusaire, et de manière sexuée, en tant que méduse en produisant des gamètes.

Comme d'autres méduses, elle est capable de renouveler ses cellules, cependant, elle est également capable de retourner au stade de polype, et ce même après avoir atteint sa maturité sexuelle, ce qui est unique[2]. Chez la plupart des hydrozoaires, cette transformation est impossible une fois la maturité atteinte, qui mène fatalement à la mort. Turritopsis nutricula peut ainsi « rajeunir » pour retrouver une forme juvénile et reformer une colonie de polypes, et donner de nouveau plusieurs méduses. C'est le premier cas de métazoaire connu dans tout le règne animal ayant la capacité de se transformer à rebours en forme « colonie juvénile », après avoir atteint la maturité sexuelle qui correspond à une forme « solitaire »[3].

Des expériences notamment réalisées par Piraino et al en 1996[3] ont montré que ce retour à un stade antérieur a lieu lorsque des conditions défavorables sont rencontrées par la méduse : stress, manque de nourriture, mais aussi sénescence, la méduse ne connaissant alors pas de mort naturelle. Cela constitue donc une immortalité biologique. Cette immortalité concerne seulement son développement, qui aboutit, chez la plupart des êtres vivants, à la vieillesse et à la mort. Elle n'est en effet pas immortelle au sens strict : elle n'est ni indestructible, ni exempte de maladies, de prédations ou d'accidents.

Cette méduse est capable d’inverser son processus de vieillissement a priori indéfiniment, grâce au processus de transdifférenciation.

Du fait de ses caractéristiques exceptionnelles, elle fait l’objet d'études par les biologistes et les généticiens. Le chercheur japonais Shin Kubota a d'ailleurs observé en 2011 ce rajeunissement à une dizaine de reprises[2],[4].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Turritopsis nutricula est originaire de la mer des Caraïbes. Cependant son aire de répartition s'étend un peu plus chaque année, ce qui conduit les chercheurs à s'interroger sur les causes de cette expansion. Pour certains, son immortalité potentielle serait responsable. Mais selon V. Battaglia, ce ne serait pas la vraie raison de sa prolifération. On sait que de nombreuses autres espèces de méduses se multiplient un peu partout dans le monde à cause du réchauffement du climat et de l’activité humaine. La surpêche des principaux prédateurs des méduses est une possibilité, une autre hypothèse est que les navires et sous-marins ramènent involontairement dans tous les ports ces minuscules méduses qui se répandent quand on vide l’eau des ballasts[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. World Register of Marine Species, consulté le 2 décembre 2012
  2. a et b Elodie Guéguen-teil, « Une méduse détiendrait le secret de l'immortalité », sur notre-planete.info,‎ (consulté le 2 juin 2016).
  3. a et b Piraino et al, 1996.
  4. Shin Kubota, 2011.
  5. V. Battaglia, « Invasion d’une méduse immortelle », sur www.dinosauria.com,‎ .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications scientifiques

  • (en) Giorgio Bavestrello, Christian Sommer et Michele Sarà, « Bi-directional conversion in Turritopsis nutricula (Hydrozoa) », Scientia Marina,‎ , p. 137-140 (lire en ligne).
  • (en) Stefano Piraino, Fernandino Boero, Brigitte Aeschbach et Volker Schmid, « Reversing the Life Cycle: Medusae Transforming into Polyps and Cell Transdifferentiation in Turritopsis nutricula (Cnidaria, Hydrozoa) », The Biological Bulletin, no 190,‎ , p. 302-312 (lire en ligne).
  • (en) Maria Pia Miglietta et Harilaos A. Lessios, « A silent invasion », Biological invasions, vol. 11,‎ , p. 825-834 (lire en ligne).
  • (en) Shin Kubota, « Repeating rejuvenation in Turritopsis, an immortal hydrozoan (Cnidaria, Hydrozoa) », Biogeography, no 13,‎ , p. 101-103 (lire en ligne).
  • Pagliara, P., Piraino, S., Boero, F., & Dini, L. (2003). Morphological and ultrastructural analysis of Turritopsis nutricula during life cycle reversal. Tissue and Cell, 35(3), 213-222.