Turbah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Un turbah (en arabe : تُرْبة, en persan : مهر, mohr) est un petit morceau de sol ou d'argile, souvent une tablette d'argile, utilisée lors des salat (prières quotidiennes islamiques) pour symboliser la terre (turbah signifie terre). L'utilisation de la turbah est obligatoire dans la plupart des écoles islamiques chiites. Lorsqu'il se prosterne à terre, le fidèle pose son front sur cette pierre qui se trouve devant lui, sur le tapis de prière. Dans l'idéal, le matériau dont est constituée la turban est de la terre de Karbala, en Irak, lieu de la mort de l'imam Hussein. Cependant, n'importe quelle terre peut être utilisée ; la turbah peut même être fabriquée à partir de plantes, ou encore de papier[1],[2].
Le mot turbah désigne aussi le matériau utilisé par Dieu pour créer la terre et l'humanité[3].

Turbahs dans la mosquée de Nishapur.
Modèle irakien de turbah.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ofpra, Pakistan: rituels et pratiques chiites, 26 février 2016, p. 23 (consulté le 26 août 2019).
  2. « Pourquoi les Chiites se prosternent sur la Turbah ? », sur alhassanain.org, (consulté le 26 août 2019)
  3. 23e sourate du Coran-"Nous créâmes l’homme du pur limon de la terre."