Tunnel sous le mont Royal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tunnel du mont Royal
Image illustrative de l’article Tunnel sous le mont Royal

Type Tunnel ferroviaire
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Traversée Mont Royal
Coordonnées 45° 30′ 41″ nord, 73° 37′ 12″ ouest
Caractéristiques techniques
Longueur du tunnel 5 km
Nombre de tubes 2 tubes
Nombre de voies par tube 1 voie
Construction
Début des travaux 1912
Fin des travaux 1918
Ouverture à la circulation 1918

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Tunnel du mont Royal

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Tunnel du mont Royal

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Tunnel du mont Royal

Le tunnel sous le mont Royal est un tunnel ferroviaire canadien qui traverse le mont Royal, du centre-ville de Montréal à la ville de Mont-Royal, au Québec. Ce tunnel double à voie normale et de 5 km de longueur a été construit de 1912 à 1918 mais son gabarit en hauteur n'est que de 4,42 m ce qui impose des contraintes importantes pour l'utilisation des voitures à deux niveaux[1]. Sa pente est de 0,6 % vers le nord-ouest.

Propriété du Canadien National, le tunnel sert à l'origine autant aux trains de passagers qu'aux trains de marchandise vers le nord de Montréal. Depuis 1995, le tunnel est utilisé exclusivement par des trains de banlieue de l'Agence métropolitaine de transport. Actuellement, la ligne Deux-Montagnes et la ligne Mascouche utilisent le tunnel pour accéder à la gare centrale de Montréal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

Plan de la « cité modèle » de Mont-Royal montrant le plan des rues proposé, le tunnel passant à travers Outremont, le mont Royal et aboutissant au centre-ville
Sortie sud du tunnel à Montréal, vers 1918

La conception du tunnel débuta en 1910. Le Canadian Northern Railway (CNoR), une des compagnies de chemin de fer transcontinentales du Canada au début du XXe siècle, devait atteindre le centre-ville de Montréal pour être rentable. Sa ligne arrivant par le nord de l'île de Montréal, il lui fallait contourner le Mont Royal mais la route par l'ouest était déjà prise par le Canadien Pacifique (CP) et celle de l'est était assez coûteuse à cause des expropriations nécessaires[2],[3].

En 1911, le CNoR fonda le Canadian Northern Montreal Tunnel and Terminal Company pour s'occuper du projet (renommé Mount Royal Tunnel and Terminal Company en 1914). La construction débuta en 1912 et le travail de creusage se termina décembre 1913 lorsque les équipes venant des deux directions se rejoignirent avec moins de 3 cm d’erreur d’alignement[2]. Cependant le travail de finition, dont le bétonnage fut retardé par la Première Guerre mondiale, fut terminé en décembre 1916[2]. Les voies et les caténaires de 2 400 volts DC ne furent posées qu'en septembre 1918.

Plusieurs fermes qui cultivaient le melon de Montréal ont été achetées par les constructeurs pour faire place aux voies ferrées après deux ans de négociation préliminaire. L'achat de leurs terres a coûté plus de 1 500 000 $CAN (de 1912) dans la précipitation de la spéculation immobilière qui a suivi l'annonce du plan. Par exemple, un agriculteur a été payé 117 000 $CAN et une autre ferme s'est vendue à 781 783 $CAN[4]. Le tunnel a coûté 5 millions $CAN de 1918 et la mauvaise ventilation du tunnel força l'utilisation de locomotives électriques. En 1914, le CNoR commanda 6 locomotives électriques à la compagnie General Electric. Elles furent livrées en 1916 et 1917. La compagnie espérait se financer par le développement d'une nouvelle banlieue, Ville Mont-Royal, du côté nord de l'ouvrage, par le trafic vers sa nouvelle gare au centre-ville de Montréal et par le développement immobilier autour de la gare. La guerre a empêché les promoteurs de bénéficier du développement immobilier attendu, ce qui entraîna de grands problèmes financiers au CNoR. Ces derniers se rajoutèrent à ses problèmes dans l'ouest du pays et le mena vers la banqueroute[2]. Le gouvernement canadien fusionna le CNoR dans le Canadian Government Railways pour former le Canadien National (CN) en 1919[2]. Ce dernier prendra sa forme définitive en janvier 1923 avec l'ajout du Grand Trunk Railway[5],[6]. La ligne qui utilisait le tunnel pour desservir la région de l'Outaouais, d'Ottawa et de Toronto devint moins avantageuse que celles apportées dans la fusion par le Grand Trunk et devint une voie secondaire.

Modernisation[modifier | modifier le code]

Ancienne locomotrice électrique du train de Deux-Montagnes entre 1918 et 1995.

Durant les années 1960, la baisse de la fréquentation des trains de passagers au Canada donna lieu à l'abandon par le CN de ce service, sauf pour le train de banlieue vers Deux-Montagnes. De plus, les trains de marchandises furent dirigés vers des gares de triage hors du centre-ville. Le , le CN signa un accord de 10 ans avec la Société de transport de Montréal pour l'opération du train de banlieue : le financement venant de la STCUM et les trains étant opérés par la filiale Montrain de CN. Le 12 février 1992, le gouvernement du Québec entreprit une modernisation de 289 millions $CAN sur la ligne Deux-Montagnes pour la rénovation des rails, des gares, du système électrique et de signalisation et de 58 nouvelles voitures. Cependant, aucuns travaux me furent effectués sur la structure proprement dite du tunnel.

Le 2 juin 1995, la dernière locomotive électrique de GE, livrée en 1916-17 et toujours en service, utilisa le tunnel pour la dernière fois après 80 ans de service. Les nouvelles voitures automotrices modernes de 25 kV AC de Bombardier Transport offrent maintenant le service.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Entrée ouest moderne du tunnel

Il n'y a qu'une seule cheminée de ventilation de faible dimension dans le tunnel ce qui ne permet pas aux locomotives diesel d'y passer[7]. Avant 1995, les trains de Via Rail Canada depuis et vers les régions de l'Abitibi, la Mauricie et la ville de Québec (terminé en 1990) utilisaient le tunnel. Ils étaient tirés par une locomotive électrique jusqu'à une jonction au nord du tunnel puis attelés à une locomotive diesel dans le cas des trains partant du centre-ville. Pour ceux s'y dirigeant, la locomotive diesel les amenait jusqu'à la jonction et ils descendaient dans le tunnel par gravité. Les trains de la ligne Deux-Montagnes ont cependant toujours utilisé les caténaires sur toute sa longueur.

Le train de l'Est[8] utilise en bonne partie les rails du Canadien National dans l'est de la ville et une portion de l'actuelle ligne Deux-Montagnes s'étalant sous le mont Royal pour se rendre jusqu'à la Gare centrale de Montréal. L'utilisation du tunnel sous montagne a posé des problèmes puisque le train de l'Est utilise des locomotives bimodes. Le fait d'y faire transiter du diesel posait un potentiel d'explosion ou d'incendie. Comme le tunnel de 5 km de longueur ne dispose d'aucune sortie de secours, et qu'il n'est équipé d'aucun équipement pour combattre un incendie, le gouvernement du Québec décida de commanditer une étude pour trouver les meilleurs moyens pour remédier à ce potentiel dangereux et l'AMT effectua des changements[9].

L'Agence métropolitaine de transport (AMT) a annoncé en 2009 que la ligne Saint-Jérôme pourrait être détournée pour utiliser le tunnel ce qui lui permettrait d'arriver plus rapidement au centre-ville[10]. Cependant, ce projet ne s'est jamais rendue plus loin.

L’AMT a annoncé le 28 février 2014 qu'elle s’était portée acquéreur des infrastructures, des voies et autres matériels ferroviaires de la ligne Montréal-Deux-Montagnes qui représente près de la moitié de l'achalandage total du réseau de trains de banlieue de la région de Montréal. Ceci comprend les terrains, les droits dans le tunnel Mont-Royal et les droits aériens. Le CN conservera des droits d'exploitation pour le transport marchandises sur un tronçon de la ligne, dans un secteur où sont établis des clients expéditeurs de marchandises[11],[12]. En tant que propriétaire, l’AMT aura désormais la pleine autonomie afin de pouvoir développer ses projets futurs. Ceci aidera entre autres à doubler la voie en les gares Bois-Franc et Roxboro-Pierrefonds, annoncé en 2010, et qui devrait augmenter l'achalandage dans le tunnel[13].

Le , le maire de Montréal, Denis Coderre, et le PDG de la CDPQ annoncèrent un méga-projet de système léger sur rail nommé Réseau électrique métropolitain (devenu Réseau express métropolitain en 2018). Résultat de la fusion de plusieurs projets antérieurs, le réseau présenté est doté de quatre antennes totalisant 67 kilomètres, dont la reconversion des infrastructure de la ligne Deux-Montagnes[14]. Le , le projet de loi permettant à la CDPQ de réaliser le projet est adoptée par l’assemblée nationale du Québec[15].

La ligne serait modifiée pour accommoder un matériel roulant totalement automatisé et passant dans le tunnel[16]. Une nouvelle station (Correspondance A40), à quais partagés avec la ligne Mascouche, serait ajoutée entre les gares actuelles Montpelier et Mont-Royal, portant leur nombre à 15 sur cette ligne[14]. Cette station aurait, en outre, pour particularité de permettre le stationnement de voitures du REM vides sur une troisième voie (voie auxiliaire) afin d'assurer un embarquement rapide facilitant le transfert des passagers depuis le train de banlieue[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Dufour, « CoupeTunnelDouble » [GIF], La ligne de banlieue Montréal - Deux-Montagnes & le réseau ferré de banlieue (consulté le 12 janvier 2012).
  2. a b c d et e Marc Dufour, « La ligne de Deux-Montagnes », Connaissance du Rail,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Anthony Clegg, The Mount Royal Tunnel, Montreal, Railfare Books, (1re éd. 1963) (ISBN 978 1 89719 041 8)
  4. (en) « City Fearfully Congested by Nature Punching a Hole Through a Mountain », The Tacoma Times, Tacoma, Washington, Lib. of Congress « Chronicling America: Historic American Newspapers »,‎ (lire en ligne)
  5. Bibliothèque et archives Canada, « Le Canada par le train », Gouvernement du Canada (consulté le 6 juillet 2007)
  6. (fr) « Canadian Government Railways », L'Encyclopédia canadienne Histor!ca (consulté le 6 juillet 2007)
  7. Marc Dufour, « Puits de ventilation du tunnel Mont-Royal » (consulté le 12 janvier 2012)
  8. Gouvernement du Québec, « Le gouvernement annonce le «train de l'Est» », CNW Telbec, (consulté le 12 juin 2007)
  9. Bruno Bisson, « Tunnel du mont Royal: Québec veut être rassuré », La Presse, Cyberpresse,‎ (lire en ligne)
  10. Bruno Bisson, « 19 millions pour le train de Blainville-Saint-Jérôme », La Presse, Cyberpresse,‎ (lire en ligne)
  11. « L'AMT acquiert la ligne de trains de Deux-Montagnes », Argent, sur Canoe.ca, (consulté le 19 avril 2014)
  12. « L’AMT fait l’acquisition de la ligne de trains de banlieue Deux-Montagnes », Communiqué de presse, sur AMT, (consulté le 19 avril 2014)
  13. AMT, Programme triennal d'immobilisations 2013-2014-2015, AMT, (www.amt.qc.ca/pti-2013-14-15.pdf [PDF]), p. 87
  14. a et b « Réseau électrique métropolitain », sur CDPQ Infra (consulté le 25 avril 2016).
  15. « L’Assemblée nationale adopte la loi sur le REM », TVA Nouvelles,‎ (lire en ligne, consulté le 28 septembre 2017).
  16. « Appel de qualification. Ingénierie, Approvisionnement et Construction [...] », sur cdpqinfra.com, (consulté le 5 juillet 2016).
  17. CDPQ Infra, REM - Fiches techniques (optimisations du tracé) sur l’Étude d’impact sur l’environnement, , 14 p. (lire en ligne)

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :