Tunnel d'Ézéchias

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tunnel d'Ézéchias
Image illustrative de l’article Tunnel d'Ézéchias
Le tunnel d'Ézéchias

Type Tunnel hydraulique
Géographie
Pays Israël
Localité Jérusalem
Coordonnées 31° 46′ 20″ nord, 35° 14′ 08″ est
Caractéristiques techniques
Longueur du tunnel 533 mètres
Construction
Fin des travaux 701 av. J.-C.

Le tunnel d'Ézéchias, ou tunnel de Siloé, a été construit à Jérusalem avant 701 av. J.-C. sous le règne d'Ézéchias, roi de Juda, pour ravitailler la ville en eau en cas de siège (il est mentionné dans 2Rois 20:20 et dans 2Chron 32:30).

C'est un site d'un grand intérêt archéologique : avec celui d'Eupalinos, situé dans l'île de Samos en Grèce et datant du VIe siècle, ce tunnel est considéré comme une des plus grandes œuvres en matière d'ingénierie hydraulique de la période préclassique. Le tunnel a été découvert en 1838 par le théologien américain Edward Robinson.

Description[modifier | modifier le code]

Le tunnel a une longueur de 533 mètres avec une galerie de 1,63 mètre de hauteur ; il relie la source de Gihon au bassin de Siloé sur un dénivelé de 2,27 mètres. D'après l'inscription de Silwan, il aurait été creusé sous la cité de David, au sud-est de la Vieille ville, par deux équipes travaillant à chacune des extrémités et se rejoignant en son milieu. Le tunnel a une curieuse forme en « S ». Selon l'architecte Henry Sulley (en), cette forme s'expliquerait par le fait qu'il suit une fissure naturelle dans le rocher. Pour le géologue israélien Dan Gill, les deux équipes de creusement auraient plutôt suivi une dissolution de tunnel karstique et naturelle.

Fait étonnant, le dénivelé d'un bout à l'autre du tunnel n'est que de 32 centimètres[1].

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Selon le Deuxième livre des Rois, un tunnel est construit avant 701 av. J.-C. (daté au radiocarbone en 2003[2]) sur ordre d'Ézéchias, roi de Juda de 721 à 698 av. J.-C. Le roi de Juda a dû faire face à l’afflux considérable de réfugiés qui, durant la deuxième moitié du VIIIe siècle, fuyaient l'avancée des armées assyriennes ; celles-ci avançaient, à travers la Syrie et la Palestine en direction de l’Égypte. Cet afflux était particulièrement important après la chute de Samarie, capitale du Royaume d'Israël en 722 av. J.-C.. Ézéchias fait entourer Jérusalem, qui s'était étendue vers l'est et le sud, de murailles, et assurait l'approvisionnement en eau de la ville par un tunnel. Le royaume de Juda est largement dévasté par l'armée du roi assyrien Sennacherib mais Jérusalem, qui n'a visiblement pas été assiégée, est épargnée. Ézéchias envoie une ambassade à Ninive pour se soumettre et paie un lourd tribut de 30 talents d’or et 800 talents d’argent.

Le tunnel est généralement considéré comme un des préparatifs d'Ézéchias face à la menace assyrienne. Certains chercheurs estiment cependant que le tunnel n'est pas une œuvre militaire et que son percement s'inscrit mieux dans le contexte du développement de Jérusalem sous le règne de Manassé, le fils d'Ézéchias[3].

L'inscription[modifier | modifier le code]

Une inscription en hébreu ancien, dite inscription de Silwan, fut découverte par hasard en juin 1880 par un jeune baigneur allemand, Jacob Eliahu, à 2 mètres de hauteur et à 6 mètres de la sortie de Siloé. Un particulier tente de l'extraire, ce qui la brise en plusieurs fragments. Le gouvernement turc en est informé et récupère les fragments[1]. Elle est la plus ancienne inscription connue en hébreu classique.

L'inscription relate la fin des travaux. Bien que le texte soit en partie endommagé, la reconstitution en est possible. Le voici[1] :

« ...Le creusement. Voici l’histoire du creusement. Pendant que les tailleurs de la roche brandissaient leurs outils chacun en face de ses compagnons, un moment où manquaient trois coudées (1,50 m) pour la perforation, la voix d’un homme fut entendue, demandant à son compagnon pourquoi il y avait une crevasse. À la droite… Le jour de la perforation, les mineurs frappèrent chacun pour rencontrer son compagnon… et les eaux s’écoulèrent de la source jusqu’à la piscine, environ 1200 coudées (533 m). La roche était à 100 coudées (50 m) au-dessus de la tête des tailleurs de la roche. »

La pierre se trouve désormais au Musée des Œuvres de l'Orient Ancien à Istanbul. Vu que la pierre ne mentionne pas le roi Ézéchias, une polémique a émergé sur la véracité des faits avancés dans la Bible, malgré une datation au carbone 14 en 2003. En 1995, des paléographes américains affirment que l'inscription date du XXe siècle avant J.C.[2].

Un tunnel plus ancien[modifier | modifier le code]

Un tunnel plus ancien, plus profond mais de moindres dimensions, fut découvert en 1889. Il relie également la source de Gihon au bassin de Silwan, mais par un tracé plus direct. Ce tunnel est connu sous le nom de « canal de l'âge de bronze moyen », à cause de sa datation. L’archéologue israélien Ronny Reich, spécialiste de l'ancienne Jérusalem, a calculé qu'il a été construit vers 1800 av. J. C. (donc durant l'âge du bronze), et donc que l'eau de la source a été déviée des siècles avant le règne d'Ézéchias. La construction originale se comprend comme un fossé profond d'environ six mètres, couvert par de large plaques de roche cachées ensuite par la végétation. Ce canal est plus étroit que le tunnel, mais on peut y marcher dans la plus grande partie. En plus de sa sortie près du bassin de Siloé, le canal a plusieurs ouvertures qui permettent d'irriguer les jardins face à la vallée du Cédron.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Sylvain Campeau, « L’inscription du tunnel de Siloé », sur Interbible.org,
  2. a et b Sylvie Briet, « Un tunnel biblique sous Jérusalem », sur Liberation.fr,
  3. (en) Ernst Axel Knauf, « Hezekiah or Manasseh? A Reconsideration of the Siloam Tunnel and Inscription », Tel Aviv, vol. 28, no 2,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fernand Crouzel, « L'aqueduc souterrain d'Ézéchias, roi de Jérusalem », dans Mémoires de l'Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, 1996, volume 158, p. 79-90 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]