Tunnel Aragnouet-Bielsa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tunnel routier d'Aragnouet-Bielsa
Entrée, côté France
Entrée, côté France

Type Tunnel routier
Nom officiel Côté France :
Tunnel d'Aragnouet-Bielsa
Côté Espagne :
Túnel Bielsa-Aragnouet
Géographie
Pays France / Espagne
Itinéraire France : RD173
Espagne : A138
Traversée Pyrénées
Altitude France : 1 821 m
Espagne : 1 664 m
Coordonnées 42° 43′ 55″ N 0° 11′ 43″ E / 42.731921, 0.19532242° 43′ 55″ Nord 0° 11′ 43″ Est / 42.731921, 0.195322
Exploitation
Exploitant Consortium Tunnel Bielsa-Aragnouet
Caractéristiques techniques
Gabarit 4,3 m max. autorisés
Diamètre 7,5
Longueur du tunnel 3 070 m
Nombre de tubes 1 tube bidirectionnel
Nombre de voies par tube 2 voies
Construction
Début des travaux 1967
Fin des travaux 1976
Ouverture à la circulation Octobre 1976
Fermeture Selon conditions météorologiques ou travaux. Passage interdit aux piétons et cyclistes.

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Tunnel routier d'Aragnouet-Bielsa

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Tunnel routier d'Aragnouet-Bielsa

Géolocalisation sur la carte : Province de Huesca

(Voir situation sur carte : Province de Huesca)
Tunnel routier d'Aragnouet-Bielsa

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
Tunnel routier d'Aragnouet-Bielsa
L'argument pays(valeur <nowiki>France / Espagne</nowiki>) n'existe pas dans le modèle appelé

Le tunnel d'Aragnouet-Bielsa est un tunnel routier transfrontalier des Pyrénées centrales qui relie la haute vallée d'Aure à la vallée de Bielsa.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'idée d'une route franchissant les Pyrénées au sud de Saint-Lary est ancienne. Dès 1811, la construction d'une route d'Auch en Espagne par Ancizan est planifiée par Napoléon Ier[1], jamais construite en intégralité, celle-ci devait passer par la vallée du Rioumajou et franchir la frontière par le Port d'Ourdissetou[2].

Relancé en 1934 par la commission hispano-française des routes, le projet devait passer légèrement plus à l'ouest par la vallée de la Géla et le Port Vieux de Barroude. Le projet actuel prend forme sous l'impulsion du maire de Saint-Lary, Vincent Mir. Il prévoit un franchissement de la frontière par un tunnel sous le Port de Bielsa. En 1958 le conseil général des Hautes-Pyrénées donne son accord de principe pour la construction de l'ouvrage. La construction du tunnel est actée par la signature le 30 mars 1962 à Madrid d'une convention entre la France et l'Espagne[3]. Celle-ci fixe les caractéristiques générales de l'ouvrage, avec une longueur d'environ 3 000 mètres située à 60% en France et 40% en Espagne, une chaussée en béton de 6 mètres de large, et un gabarit de 4,5 mètres de hauteur.

Promus comme un maillon d'une liaison internationale Hambourg - Madrid, ce tunnel a essentiellement une vocation locale et touristique[4].

La maîtrise d'œuvre est confiée au conseil général des Hautes-Pyrénées pour la partie Française, et à l'État espagnol pour la partie espagnole.

Les travaux préparatoires (route d'accès et galerie de service) commencent en 1967. Le percement de la galerie souterraine, effectué à partir du versant espagnol, est achevé en 1970, mais de nombreux déboires techniques dus à la friabilité du sous-sol, rendent nécessaire le bétonnage de la voûte sur la totalité de l'ouvrage. Les conflits judiciaires entre l'entreprise en charge des travaux et les maîtres d'œuvre retardent la mise en service qui n'a lieu qu'en [5],[6].

Le montant des travaux, dans la partie française, a coûté 10 000 000 francs de l'époque[4].

La circulation pendant l'hiver n'est envisagée qu'en 1984. Des infrastructures anti-avalanches sont installées à cet effet[7].

La partie française n'est éclairée que depuis 2000 alors que la partie espagnole l'était bien avant.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ouvert dans la vallée de la neste de Saux, le tunnel permet le franchissement de la crête frontière à l'altitude modérée de 1 820 m.

Le tunnel est traversé :

  • Côté français : par la route départementale RD173 ;
  • Côté espagnol : par la route A138.
Tunnel Aragnouet-Bielsa, panneau informatif.

Données techniques[modifier | modifier le code]

Tunnel à un tube, à circulation bidirectionnelle, d'une longueur totale de 3 070 m dont 1 772 en France. La chaussée est large de 6 m. La bouche nord, côté français, s'ouvre à 1 821 m d'altitude et la bouche sud, côté espagnol, à 1 664 m. La pente annoncée par les panneaux est de 5%.

La vitesse maximale est de 70 km/h. La distance minimale de sécurité a été portée à 100 m entre chaque véhicule et est balisée au sol. L'accès est déconseillé aux poids-lourds et interdit aux transports de marchandises dangereuses.

Depuis les travaux de 2010/2011, la circulation est alternée et régulée, à chaque entrée, par un feu tricolore. L'accès peut être interrompu par des barrières, selon les conditions météorologiques (verglas, en particulier).

Villes proches[modifier | modifier le code]

Travaux[modifier | modifier le code]

Le tunnel est fermé en 2010 (6 avril - 21 juin et 15 septembre - 1er décembre) et en 2011 (15 septembre - 30 novembre) pour rénovation et sécurisation[8],[9] : ventilation, alimentation électrique, système de vidéo-surveillance, détection automatique d'incidents, gestion technique centralisée, travaux de Génie civil, éclairage, détection et extinction d'incendie, signalisation et système de communications.

Trois déviations sont renseignées : par le tunnel de Vielha (N125/N-230), le col du Pourtalet (D934/A-136) ou le tunnel du Somport (N134/N-330).

Le coût est de 17 327 898 €, financé à hauteur de 65 % par l'Union européenne (10 747 732 €[10]), dans le cadre du programme Objectif 3 de coopération territoriale Espagne-France-Andorre 2007-2013. Le reste a été pris en charge, à parts égales, par le conseil général des Hautes-Pyrénées et le gouvernement d'Aragon[11].

De nombreux tests des installations effectuées durant les travaux précédents sont réalisés certaines nuits[12], entraînant des fermetures de 9 heures.

Incendie de septembre 2010[modifier | modifier le code]

Un incendie a eu lieu le , vers 2 h, dans une nacelle de chantier, lors des travaux. L'ensemble des ouvriers a été évacué (12 du côté français et 8 du côté espagnol). Il n'y eut aucun blessé[13],[14],[15]. Grâce au retour d'expérience de l'incendie du tunnel du Mont-Blanc en 1999, les services de secours français et espagnols ont géré la situation sans encombre.

Images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Vidéos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vidéo pour la visionner

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bulletin des lois de la République française, t. 16, Imprimerie nationale,‎ (lire en ligne)
  2. Jean Sermet, « L'itinéraire routier transpyrénéen ARAGNOUET-BIELSA enfin en service », Pyrénées : organe officiel du Musée pyrénéen du Château-fort de Lourdes, de la Fédération franco-espagnole des sociétés pyrénéistes, du G.P.H.M., Société des amis du Musée pyrénéen (Lourdes), no 109,‎ , p. 49-51 (lire en ligne)
  3. « Convention entre les gouvernements de la République française et de l'État espagnol concernant la construction du tunnel transpyrénéen d'Aragnouet à Bielsa et protocole annexe. », sur www.diplomatie.gouv.fr (consulté le 17 mai 2016)
  4. a et b « Vidéo INA - Tunnel Aragnouet-Bielsa (1969) », sur ina.fr (consulté le 11 août 2013)
  5. « Réalisation du Tunnel Bielsa-Aragnouet – 1ère phase 1967 à 1971 », sur aure-sobrarbe.net,‎ (consulté le 11 août 2013)
  6. Charles Vallée, « L'affaire d'Aragnouet — Bielsa, impasse pour un tunnel », Annuaire français de droit international, vol. 20,‎ , p. 354–374 (DOI 10.3406/afdi.1974.2277, lire en ligne)
  7. « Le Tunnel d’Aragnouet-Bielsa-1976 », sur aure-sobrarbe.net,‎ (consulté le 11 août 2013)
  8. « Prévision de fermetures à la circulation pour travaux », sur bielsa-aragnouet.org
  9. (es) [PDF] «  » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur transpirenaica.org
  10. « Amélioration du tunnel d'Aragnouet-Bielsa », sur bielsa-aragnouet.org (consulté le 12 août 2013)
  11. « Tunnel de Bielsa : l'étanchéité du tube routier refaite », sur ladepeche.fr,‎ (consulté le 11 mai 2011)
  12. « Actualités », sur bielsa-aragnouet.org (consulté le 11 août 2013)
  13. « Incendie au tunnel de Bielsa », sur ladepeche.fr,‎ (consulté le 16 septembre 2010)
  14. « Incendie dans le tunnel Aragnouet-Bielsa" », sur lourdes-actu.fr,‎ (consulté le 11 mai 2011)
  15. « Aragnouet : Incendie dans le tunnel », sur pyreneesinfo.fr,‎ (consulté le 11 mai 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :