Tumeurs endocrines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tumeur endocrine)
Aller à : navigation, rechercher
Principales localisation des glande touchés par des tumeurs endocrines ; Homme à gauche, femme à droite)
1. Glande pinéale
2.
Glande pituitaire
3.
Glande thyroide
4.
Thymus
5.
Glandes surrénales
6.
Pancréas
7.
Ovaires
8.
Testicules
Le poumon et le système digestif sont également souvent touchés

Les Tumeurs endocrines sont des tumeurs touchant le système endocrinien.
Souvent classées parmi les tumeurs dites « neuroendocriniennes » (NET) et parfois considérées comme des maladies rares, elles sont souvent bénignes, mais pas toujours. Quand un tissu fonctionnel est touché, il y a production anormale d'une ou plusieurs hormones, avec alors des symptômes inhabituels par rapport aux autres tumeurs.

Certaines de ces tumeurs sont restées longtemps méconnues car difficiles à identifier en raison d'une large gamme de symptômes, non spécifiques de cette maladie, facilement confondus avec ceux d’affections bénignes [1].

Certaines de ces tumeurs sont en forte augmentation dans la population des pays riches depuis les années 1970[2] ; Incidence des « tumeurs endocrines pancréatiques métastasiques bien différentiées » multipliée par 5 de 1975 à 2004 ; Incidence multipliée par 7 dans le registre norvégien (Hepatoweb)[3].

Typologie des tumeurs, et symptômes[modifier | modifier le code]

On peut les classer en :

  1. « tumeur fonctionnelle » (associée à une hypersécrétion hormonale ; avec des symptômes de perturbation hormonale[4]) ou en
  2. « tumeurs non fonctionnelles » ( révélées par un syndrome tumoral généralement fortuitement découvert à la palpation ou suite à une compression d'un organe de voisinage[4]; ce sont largement les plus fréquentes des tumeurs neuro-endocrines) ;

Les tumeurs fonctionnelles sont :

Elles sont uniques, sporadiques ou multiples, et peuvent se présenter comme des tumeurs carcinoïdes atypiques.

Localisation[modifier | modifier le code]

Elles touchent certains organes du système nerveux et/ou du système endocrinien, et se forment dans divers organes[1]

Yao JC & al., dans une étude (2008)[2] ayant porté sur 35618 patients, notent que le site de la tumeur primaire varie selon l'origine ethnique ou géographique ; le poumon est plus touché chez les patients américains blancs alors que le rectum l'est plus chez les patients venant des îles de l'Asie-Pacifique, les amérindiens et natifs de l'Alaska ou d'Afrique[2].

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

Au vu des symptômes, la plupart des cas peuvent être confondus avec de nombreuses maladies bénignes.
Ces tumeurs ne doivent pas être confondues avec un cancer « classique » (tumeur exocrine), lequel nécessite un traitement différent ;

Causes[modifier | modifier le code]

Elles sont en cours d'exploration, y compris sur l'animal de laboratoire.
Quand plusieurs glandes sont touchées à la fois, il peut s'agir d'une néoplasie endocrinienne multiple (NEM) d'origine génétique[4], mais l’augmentation de la prévalence et les organes touchés peuvent laisser penser à une cause environnementale (perturbateurs endocriniens ?) et à une contamination par l’alimentation et la pollution de l’air (car les poumons et l’intestin sont très souvent touchés). L'origine professionnelle de certaines de ces tumeurs a été prouvé (cas particulier d'un travailleur exposé au nickel qui développe un cancer de l'ethmoïde avec composante neuro-endocrine[7]).

Prévalence[modifier | modifier le code]

Elle est mal connue dans le monde.
Dans les pays riches, l'incidence de certaines de ces tumeurs est en nette augmentation, et c'est le cas aux États-Unis[2]. C'est le cas des « tumeurs endocrines pancréatiques bien différenciées », notamment pour le poumon, l'intestin grêle et le rectum[2].

Selon les données disponibles de 2004 à 2008, les tumeurs neuroendocrines arrivent en seconde position, derrière les cancers du colon et du rectum, et devant le cancer de l'estomac[2]. 2. Taal BG, Visser O, Epidemiology of Neuroendocrine Tumours : Neuroendocrinology. 2004;80(suppl 1):3-7. 3. Hauso O, Gustafsson BI, Kidd M, et al. Cancer. 2008;113:2655-2664.

Selon Net-Groep, une ONG de patients spécialisée dans ce domaine, « les patients atteints de ces tumeurs restent avec des symptômes inexpliqués pendant environ 5 ans »[1].

Pronostic[modifier | modifier le code]

Il dépend de facteurs tels que la localisation dans le corps de la « tumeur primitive », le stade tumoral et la présence ou non de métastases, l'âge du patient...
Le taux de survie moyen s'est beaucoup amélioré depuis les années 1970[2], mais le pronostic de survie des patients avec métastases n'est pas très bon (2 ans)[8]

Exemple de personnalité affectée[modifier | modifier le code]

Steve Jobs est mort d'une tumeur endocrine au pancréas et non d’un cancer du pancréas classique[1]

Codes ICD-9-CM de classification des tumeurs neuroendocrines[modifier | modifier le code]

Une codification (en anglais ci-dessous) permet de mieux traiter ou orienter les malades ; elle permet aussi un suivi statistique et épidémiologique plus fin, qui pourrait notamment conduire à identifier certaines causes à l'augmentation de la prévalence de certains de ces cancers ;

  • 209 Neuroendocrine tumors
  • 209.0 Malignant carcinoid tumor of the small intestine, unspecified portion
  • 209.01 Malignant carcinoid tumor of the duodenum
  • 209.02 Malignant carcinoid tumor of the jejunum
  • 209.03 Malignant carcinoid tumor of the ileum
  • 209.10 Malignant carcinoid tumor of the large intestine (colon), unspecified portion
  • 209.11 Malignant carcinoid tumor of the appendix
  • 209.12 Malignant carcinoid tumor of the cecum
  • 209.13 Malignant carcinoid tumor of the ascending colon
  • 209.14 Malignant carcinoid tumor of the transverse colon
  • 209.15 Malignant carcinoid tumor of the descending colon
  • 209.16 Malignant carcinoid tumor of the sigmoid colon
  • 209.17 Malignant carcinoid tumor of the rectum
  • 209.20 Malignant carcinoid tumor of unknown primary site
  • 209.21 Malignant carcinoid tumor of the bronchus and lung
  • 209.22 Malignant carcinoid tumor of the thymus
  • 209.23 Malignant carcinoid tumor of the stomach
  • 209.24 Malignant carcinoid tumor of the kidney
  • 209.25 Malignant carcinoid tumor of the foregut NOS
  • 209.26 Malignant carcinoid tumor of the midgut NOS
  • 209.27 Malignant carcinoid tumor of the hindgut NOS
  • 209.29 Malignant carcinoid tumors of other sites
  • 209.3 Malignant poorly differentiated neuroendocrine tumors
  • 209.4 Benign carcinoid tumors of the small intestine
  • 209.40 Benign carcinoid tumor of the small intestine, unspecified portion
  • 209.41 Benign carcinoid tumor of the duodenum
  • 209.42 Benign carcinoid tumor of the jejunum
  • 209.43 Benign carcinoid tumor of the ileum
  • 209.50 Benign carcinoid tumor of the large intestine (colon), unspecified portion
  • 209.51 Benign carcinoid tumor of the appendix
  • 209.52 Benign carcinoid tumor of the cecum
  • 209.53 Benign carcinoid tumor of the ascending colon
  • 209.54 Benign carcinoid tumor of the transverse colon
  • 209.55 Benign carcinoid tumor of the descending colon
  • 209.56 Benign carcinoid tumor of the sigmoid colon
  • 209.57 Benign carcinoid tumor of the rectum
  • 209.6 Benign carcinoid tumors of other and unspecified sites
  • 209.60 Benign carcinoid tumor of unknown primary site (or NOS)
  • 209.61 Benign carcinoid tumor of the bronchus and lung
  • 209.62 Benign carcinoid tumor of the thymus
  • 209.63 Benign carcinoid tumor of the stomach
  • 209.64 Benign carcinoid tumor of the kidney
  • 209.65 Benign carcinoid tumor of the foregut NOS
  • 209.66 Benign carcinoid tumor of the midgut NOS
  • 209.67 Benign carcinoid tumor of the hindgut NOS
  • 209.69 Benign carcinoid tumors of other sites

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr) NET-groep a produit 3 séminaires sur le sujet et 3 courtes vidéos sur YouTube évoquant respectivement 1°) les différents types de tumeurs endocrines, le diagnostic et la recherche ; 2°) les traitements possibles une fois le diagnostic établi et 3°) un partage d'expérience(2012)[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Tsukamoto S, Fujita S, Yamaguchi T, et al: Clinicopathological characteristics and prognosis of rectal well-differentiated neuroendocrine tumors. Int J Colorectal Dis 23:1109-1113, 2008
  • (en) Modlin I, Drozdov I, Gustafsson B, et al, Rectal neuroendocrine: Diagnosis and treatment. In: Modlin I, Oberg K (eds): A Century of Advances in Neuroendocrine Tumor Biology and Treatment. Hannover, Germany, Felsenstein CCCP, 2007, p. 124-133
  • (en) Modlin I, Oberg K, Chung D, et al, Gastroenteropancreatic neuroendocrine tumours. Lancet Oncol 9:61-72, 2008
  • (en) Scherübl H, Options for gastroenteropancreatic neuroendocrine tumours ; Lancet Oncology 9:203, 2008
  • (en) Grötzinger C, Tumour Biology of Gastroenteropancreatic Neuroendocrine Tumours ; Neuroendocrinology 2004;80(Suppl.1):8-11 (DOI:10.1159/000080732) (résumé ou PDF payant, 118 KB)
  • (en) Rindi G, Klöppel G, Endocrine Tumors of the Gut and Pancreas Tumor Biology and Classification ; Neuroendocrinology 2004;80(Suppl.1):12-15 (DOI:10.1159/000080733)(résumé ou PDF payant, 229 KB)
  • (en)Delle Fave G, Capurso G, Annibale B, Panzuto F, Gastric Neuroendocrine Tumors ; Neuroendocrinology 2004;80(Suppl.1):16-19 (DOI:10.1159/000080734) (résumé ou PDF payant, 79 KB)
  • O’Toole D, Hentic O, Corcos O, Ruszniewski P., Chemotherapy for Gastro-Enteropancreatic Endocrine Tumours ; Neuroendocrinology 2004;80 (Suppl.1):79-84 (DOI:10.1159/000080747) ; (résumé ou article payant PDF 100 KB)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Irène Palko (NET-groep), Tumeurs endocrines (NET) : le cancer en camouflage ; 1re publication : Newsletter d'EURORDIS (réseau européen sur les maladies rares), janvier 2012
  2. a, b, c, d, e, f et g Yao J, Hassan M, Phan A, et al: One hundred years after “carcinoid”: Epidemiology of and prognostic factors for neuroendocrine tumors in 35,825 cases in the United States. J Clin Oncol 26:3063-3072, 2008
  3. Bertrand Dousset, Tumeurs endocrines pancréatiques métastasiques bien différentiées  ; Service de Chirurgie Digestive, Hépato-biliaire et Endocrinienne ; Hôpital Cochin
  4. a, b, c, d, e, f et g Corrigé rédigé par la Société Nationale Française de Gastroentérologie (PDF) ou html
  5. de Herder, W.W. , Insulinoma  ; Neuroendocrinology 2004;80(Suppl.1):20-22 (DOI:10.1159/000080735) (résumé)
  6. Jensen, R.T., Gastrinomas: Advances in Diagnosis and Management ; Neuroendocrinology 2004;80(Suppl.1):23-27 (DOI:10.1159/000080736) Résumé
  7. Cancer de l'ethmoïde et exposition au nickel.
  8. Yao J, Hassan M, Phan A, et al. J Clin Oncol. 2008;26:3063-3072