Tulsi Gabbard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tulsi Gabbard
Illustration.
Tulsi Gabbard en 2013.
Fonctions
Représentante des États-Unis
En fonction depuis le
(7 ans, 6 mois et 4 jours)
Élection 6 novembre 2012
Réélection 4 novembre 2014
8 novembre 2016
6 novembre 2018
Circonscription 2e district d’Hawaï
Législature 113e, 114e, 115e et 116e
Prédécesseur Mazie Hirono
Biographie
Date de naissance (39 ans)
Lieu de naissance Leloaloa (Samoa américaines)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Profession Gérante de société de production[1]
Assistante parlementaire[1]
Religion Hindouisme[2]
Résidence Kailua[2]

Signature de Tulsi Gabbard

Tulsi Gabbard
Représentants des États-Unis pour Hawaï

Tulsi Gabbard [ˈtʌlsi ˈɡæbərd][3], née le à Leloaloa (Samoa américaines), est une femme politique américaine, membre du Parti démocrate et représentante du deuxième district d'Hawaï à la Chambre des représentants des États-Unis depuis 2013. Elle se présente aux primaires du Parti démocrate pour l'élection présidentielle de 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et carrière politique locale[modifier | modifier le code]

Tulsi Gabbard naît à Leloaloa, aux Samoa américaines, et grandit à Hawaï[4]. Elle est la fille de Mike et Carol Gabbard ; son père est un sénateur d'État catholique[5] et sa mère est une membre du conseil de l'éducation d'Hawaï[6] hindoue[5]. Tulsi Gabbard se convertit à l'hindouisme durant son adolescence[5].

En 2002, Gabbard est élue à la Chambre des représentants de l'État pour un mandat[7]. Alors âgée de 21 ans, elle devient la plus jeune parlementaire d'Hawaï[8]. Elle rejoint l'Army National Guard d'Hawaï en 2003[7]. L'année suivante, elle sert douze mois en Irak[9] dans une unité médicale[5]. À son retour, elle travaille pour le sénateur démocrate Daniel Akaka[9]. Elle est déployée au Koweït en 2008[4].

Diplômée en commerce international[4] de la Hawaii Pacific University (en) en 2009, elle est élue au conseil municipal d'Honolulu en 2010[7], où elle représente le 6e district[10].

Représentante des États-Unis[modifier | modifier le code]

En 2011, lorsque la représentante Mazie Hirono choisit de se présenter au Sénat, Gabbard annonce sa candidature à la Chambre des représentants des États-Unis dans le deuxième district d'Hawaï pour lui succéder[11]. Si elle est conservatrice au début de sa carrière politique, s'opposant à l'avortement, au mariage homosexuel et à ce qu'elle appelle les « extrémistes homosexuels », elle dit avoir changé d'avis sur ces questions après avoir servi dans des pays oppressifs[12]. Quelques mois avant les primaires démocrates, elle est donnée perdante face au maire d'Honolulu, Mufi Hannemann. Elle remporte cependant la primaire avec 55 % des voix contre 34 % pour Hannemann[11]. Désormais grande favorite pour l'élection générale, elle démissionne de son mandat de conseillère municipale[10]. Le , elle est élue représentante avec plus de 80 % des suffrages[8]. Elle est la première personne de confession hindoue et la première femme samoanne élue au Congrès des États-Unis[13],[4].

Elle est réélue en novembre 2014 avec près de 79 % des voix face à Kawika Crowley, son adversaire de 2012[2]. Lors des primaires démocrates de 2016 pour la présidence de l'Union, elle quitte la vice-présidence du Comité national démocrate pour soutenir Bernie Sanders, notamment pour ses positions en matière de politique étrangère[14]. Elle est réélue en novembre 2016 pour un troisième mandat, battant son adversaire, Angela Kaaihue, par 140 000 voix (81,2 % contre 18,8 %).

Après l'élection de Donald Trump, elle rencontre le président élu dans sa Trump Tower de New York[15]. Elle est considérée comme une potentielle membre de son cabinet[15]. Bien que démocrate progressiste, elle se rapproche sur certains points de Trump : elle critique notamment Barack Obama qui refuse de parler d'« islam radical » et vote pour une loi républicaine augmentant les contrôles sur les réfugiés en provenance d'Irak et de Syrie[14]. Pressentie pour devenir ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, le poste est finalement proposé à la gouverneure Nikki Haley[5].

Promouvant un désengagement américain dans la guerre civile syrienne et la fin des livraisons d'armes aux groupes rebelles, elle rencontre en Bachar el-Assad[16] Elle suscite des critiques en refusant de condamner les crimes de ce dernier[17]. Elle met également en doute la responsabilité du régime syrien dans l'attaque chimique de Khan Cheikhoun et l'attaque chimique de Douma[18].

Ambition présidentielle[modifier | modifier le code]

Le , elle annonce qu'elle sera candidate à l'élection présidentielle de 2020, dans le cadre des primaires du Parti démocrate[19]. À cette occasion, des experts observent sur différents réseaux sociaux et médias basés à Moscou ce qu'ils pensent être une campagne de propagande russe en soutien à la candidate[20],[21]. Hillary Clinton l'accuse d'être appuyée par les Républicains, à la satisfaction des Russes[22], ce à quoi Tulsi Gabbard répond qu'Hillary Clinton mène une campagne visant à détruire sa réputation[23].

Elle obtient des résultats décevants et ne parvient pas à dépasser la barre des 2 % des voix, excepté lors du scrutin organisé dans les Samoa américaines, où elle réunit 29,3 % des suffrages exprimés[24]. Largement distancée dans les sondages, elle se retire de la course le et apporte son soutien à Joe Biden[25].

Historique électoral[modifier | modifier le code]

Chambre des représentants des États-Unis[modifier | modifier le code]

Résultats dans le 2e district d'Hawaï[26]
Année Tulsi Gabbard Républicain Libertarien
2012 80,54 % 19,46 %
2014 78,75 % 18,65 % 2,60 %
2016 81,16 % 18,84 %
2018 77,4 % 22,6 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Tulsi Gabbard, D-Hawaii (2nd District) », sur rollcall.com.
  2. a b et c (en) « Rep. Tulsi Gabbard, D-Hawaii », sur data.rollcall.com (consulté le 2 février 2017).
  3. Prononciation en anglais américain retranscrite selon la norme API.
  4. a b c et d (en) « Faleomavaega congratulates Tulsi Gabbard as first Samoan woman elected to the U.S. Congress », sur samoanews.com, (consulté le 31 octobre 2016).
  5. a b c d et e (en) Krishnadev Calamur, « The GOP’s Favorite Democrat Goes to Syria », sur theatlantic.com, (consulté le 2 février 2017).
  6. (en) Malia Zimmerman, « 'Knives are out': Hawaii Dem faces backlash for taking on Obama over 'Islamist' extremism », sur foxnews.com, (consulté le 2 février 2017).
  7. a b et c (en) « GABBARD, Tulsi, (1981 - ) », sur bioguide.congress.gov (consulté le 2 février 2017).
  8. a et b (en) Dana Davidsen, « First Hindu elected to Congress », sur politicalticker.blogs.cnn.com, (consulté le 2 février 2017).
  9. a et b (en) Stephanie Gaskell, « Iraq service helped define Gabbard », sur politico.com, (consulté le 2 février 2017).
  10. a et b (en) « Tulsi Gabbard resigns, open seat generates interest », sur hawaiinewsnow.com, (consulté le 2 février 2017).
  11. a et b (en) Kyle Trygstad, « Hawaii: Mazie Hirono, Tulsi Gabbard Win Primaries », sur rollcall.com, (consulté le 2 février 2017).
  12. (en) Adrienne LaFrance, « Tulsi Gabbard’s Leftward Journey », sur civilbeat.org, (consulté le 2 février 2017).
  13. « De nouvelles religions au Congrès américain », sur lemondedesreligions.fr, (consulté le 24 juin 2016).
  14. a et b (en) Olivia Stacey, « Tulsi Gabbard: 5 Fast Facts You Need to Know », sur heavy.com, (consulté le 2 février 2017).
  15. a et b (en) Shushannah Walshe, « Democratic Rep. Tulsi Gabbard 'Under Serious Consideration' for Trump Cabinet », sur abcnews.go.com, (consulté le 2 février 2017).
  16. « Une élue démocrate a rencontré Bachar al-Assad », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 27 janvier 2017).
  17. (en) Sara Boboltz, « Tulsi Gabbard Addresses Criticism Over Her Views On Syria's Assad », sur HuffPost, (consulté le 13 octobre 2019)
  18. Eliot Higgins, « La déclaration de Tulsi Gabbard sur les attaques chimiques en Syrie : Un texte confus et bourré de contradictions », sur Bellingcat, .
  19. (en) « Tulsi Gabbard says she will run for president in 2020 », sur CNN.com, (consulté le 12 janvier 2019)
  20. (en) « Russia's propaganda machine discovers 2020 Dem contender Tulsi Gabbard », sur NBC News (consulté le 7 septembre 2019)
  21. (en) « White nationalists and Russian propaganda machine throw support behind 2020 candidate Tulsi Gabbard », sur The Independent, (consulté le 7 septembre 2019)
  22. (en) Nicholas Wu, « What's the dispute between Hillary Clinton and Tulsi Gabbard about? », sur usatoday.com,
  23. (en) Lisa Lerer et Nicholas Casey, « How Tulsi Gabbard’s Feud With Clinton Helped Extend Her Time in the Spotlight », sur The New York Times, (ISSN 0362-4331, consulté le 4 décembre 2019)
  24. (en) « American Samoa Primary Caucus Results 2020 | Live Election Map », sur www.nbcnews.com (consulté le 19 mars 2020)
  25. « Tout savoir sur Tulsi Gabbard, qui vient d'abandonner la course à l'investiture démocrate face à Biden et Sanders », sur www.cnews.fr (consulté le 19 mars 2020)
  26. (en) « Hawai'i - HI - District 02 », sur ourcampaigns.com (consulté le 27 janvier 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]