Tsutomu Miyazaki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la criminalité image illustrant le Japon
Cet article est une ébauche concernant la criminalité et le Japon.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Tsutomu Miyazaki
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 45 ans)
TokyoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Victimes
4Voir et modifier les données sur Wikidata
Condamné pour
Condamnation

Tsutomu Miyazaki (宮崎 勤, Miyazaki Tsutomu?, 21 août 1962 à Oume – 17 juin 2008) est un tueur en série japonais pédophile, nécrophile et cannibale, surnommé l'Otaku Tueur.

En 1988 et 1989, il assassina quatre fillettes de 4 à 7 ans, avant d'avoir des rapports sexuels avec leur cadavre. Il but de plus le sang et mangea les mains et pieds d'une des victimes. L'affaire était alors nommé « Enlèvements et meurtre en série de fillettes à Tokyo-Saitama » (東京・埼玉連続幼女誘拐殺人事件, Tōkyō Saitama renzoku yōjo yūkai satsujin jiken?).

Il fut arrêté le 23 juillet 1989, à la suite d'une tentative d'agression sur une fillette dans un parc. Lorsque la police perquisitionna chez lui, ils découvrirent des centaines de mangas, d'animes et de films d'horreur, gore, et slashers. Miyazaki était un otaku, et lorsque cette nouvelle fut rendue publique, cela créa un grand vent de discrimination contre les otakus, et les mangas en général (il se serait inspiré de certains mangas pour ses meurtres).

Son procès débuta le 30 mars 1990. Il fut reconnu souffrant de schizophrénie aggravée (repliement sur soi-même, hallucination le plus souvent auditive, dédoublement de personnalité). Il fut tout de même condamné à mort, le tribunal ayant considéré qu'il se rendait compte de la gravité de ses actes : il fut donc tenu comme responsable.

Il voulait être connu et voyait le tribunal comme un « gala de théâtre » ; il aurait aussi déclaré : « je sentais que c'était un rêve, j'ai fait tout cela en rêve »[réf. nécessaire].

Miyazaki fut condamné à mort en 1997, condamnation confirmée en 2001 par la Haute Cour de Tokyo et en 2006 par la Cour suprême du Japon. Il fut pendu à Tokyo à l'âge de 45 ans ; deux meurtriers condamnés pour d'autres affaires, Shinji Mutsuda et Yoshio Yamasaki, furent exécutés le même jour : mardi 17 juin 2008[1].

À la suite de cette affaire, certains meurtriers se seraient inspirés de ses meurtres, prétendant vouloir être un nouveau « Tsutomu Miyazaki »[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « AFP: Japan executes notorious cannibal killer »,‎ (consulté le 14 septembre 2016)
  2. (en) « Defendant admits abducting and killing schoolgirl in Nara », The Japan Times Online,‎ (ISSN 0447-5763, lire en ligne)