Tsuneko Sasamoto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tsuneko Sasamoto
Sasamoto Tsuneko.JPG
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (106 ans)
TokyoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
笹本恒子Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions
Prix Yoshikawa Eiji pour la culture (d) ()
Lucie Award ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Tsuneko Sasamoto (笹本 恒子, Sasamoto Tsuneko?), née le , est une photographe japonaise. Elle est considérée comme la première femme photojournaliste connue au Japon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tsuneko Sasamoto naît dans une famile de marchands de kimonos et se passionne très vite pour l'art[1]. Elle devient photographe professionnelle aux alentours de l'âge de 25 ans[2], au début des années 1940. Elle explique que c'est la photographe Margaret Bourke-White qui lui donne envie de se lancer alors que tout le monde essaie de la décourager[3].

Elle documente par ses œuvres la vie au Japon durant la Guerre du Pacifique[4], mais aussi d'autres moments ou des personnalités importantes dans l'histoire du pays tels que le général Douglas MacArthur et son épouse pendant l'occupation américaine ou des romanciers, poètes et artistes japonais[5]. Elle a aussi l'opportunité de photographier le chef du parti socialiste Inejiro Asanuma, la veille de son assassinat, en 1955. Ce cliché devient célèbre[6].

En 2014, elle expose, au JCII Photo Salon de Tokyo, 100 photographies de femmes et héroïnes méconnues des ères Meiji et Showa[7], dont la chanteuse Noriko Awaya. Cet évènement montre un pan important de son travail car elle n'a de cesse, durant sa carrière, de tenter de réhabiliter des figures féminines oubliées[1].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Le travail de Tsuneko Sasamoto est oublié jusqu'à sa redécouverte en 1985, grâce à une exposition. Celle-ci marque sa renommée parmi les photographes japonais[8].

Elle est aujourd'hui considérée comme la première femme photojournaliste connue au Japon[9] et est souvent comparée à Jessie Tarbox Beals, la première photojournaliste aux États-Unis[3].

Distinction[modifier | modifier le code]

En 2016, Tsuneko Sasamoto reçoit le Lucie Award for Lifetime Achievement pour l'ensemble de sa carrière[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en-GB) « DISCOVER: Tsuneko Sasamoto - Photojournalist », sur The Heroine Collective, (consulté le 18 octobre 2020)
  2. (en) « Meet An "Amazing" Who Still Pursues Her Photography Passion », sur Moorpark, CA Patch, (consulté le 9 octobre 2020)
  3. a et b (en) « Meet Japan's First Female Photojournalist », sur www.mentalfloss.com, (consulté le 18 octobre 2020)
  4. (en) Hanae Abe HuffPost Japan, « At 101, Japan’s First Female Photojournalist Reflects On Her Career », sur HuffPost, (consulté le 18 octobre 2020)
  5. (ja) « Tsuneko Sasamoto: 100 Years, 100 Women », sur artscape Japan (consulté le 18 octobre 2020)
  6. (en-US) « Japan’s First Woman Photo-Journalist, Still Shooting At The Age Of 101, Reveals Her Secret », sur themindcircle, (consulté le 18 octobre 2020)
  7. (es) « Fotógrafas olvidadas, Tsuneko Sasamoto », sur 50mm fotógrafas, (consulté le 18 octobre 2020)
  8. (en) Nathan Shiga, « Japan's First Female Photojournalist Going Strong at 101 », sur Zaikei News,
  9. (en-US) Hiroko Nakata, « Pioneer photojournalist blazed trails for women », sur The Japan Times, (consulté le 9 octobre 2020)
  10. (en-US) « The Lucie Awards | 2016 Lucie Awards » (consulté le 18 octobre 2020)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ja) Nihon shashinka jiten (日本写真家事典?) / 328 Outstanding Japanese Photographers, Kyoto, Tankōsha, 2000 (ISBN 4-473-01750-8).

Liens externes[modifier | modifier le code]