Tsewang Rabtan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tsewang Rabdan)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cewang.

Tsewang Rabtan (mongol : ᠼᠧᠸᠠᠩ
ᠠᠷᠠᠪᠲᠠᠨ
, cyrillique : Цэвээнравдан, MNS : Tseveen Ravdan ; tibétain : ཚེ་དབང་རབ་བརྟན།, pinyin tibétain : Cêwang Rabdän, THL : Tsewang Rapten ou encore Cewang Rabdan ; chinois simplifié : 策妄阿拉布坦 ; pinyin : cèwàng ālābùtǎn), né en 1643 et décédé en 1727, est un prince choros-oïrat (dzoungars) et Khong Tayiji du Khanat dzoungar de 1697 à 1727.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tsewang Rabtan est le fils de Sengge. Il était marié à la sœur de Lhazang Khan, prince Qoshot et roi du Tibet.

Il marie sa fille, Boitalak (博託洛克), à Danjung (丹衷), le plus ancien fils de Lhazang Khan, en 1714[1].

Il monte sur le trône en remplacement de son oncle Galdan Boshugtu Khan, décédé en 1697.

Son frère Tsewang Dondub, accompagné de 6 000 hommes, conquiert Lhassa et tue Lhazang Khan. Lors de la Bataille de la rivière Salouen en septembre 1718, il défait les Mandchous de la dynastie Qing, mais ces derniers reprennent Lhassa le , sous le règne de Qing Kangxi, et remettent Kelzang Gyatso, le 7e dalaï-lama, sur le trône le 16 octobre[2],[3].

À sa mort en 1727, son fils aîné, Galdan Tseren, lui succède.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hummel, Arthur William, Eminent Chinese of the Ch'ing Period (1644-1912), US Government Printing Office, , p. 10.
  2. Glenn H, The Fourteen Dalai Lamas: A Sacred Legacy of Reincarnations, Clear Light Publishers, . (ISBN 1-57416-092-3)
  3. Rahul 1997, p. 42.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]