Tsakhiagiyn Elbegdorj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans ce nom mongol, le nom de famille, Tsakhiagiyn, précède le nom personnel.
Tsakhiagiyn Elbegdorj
Цахиагийн Элбэгдорж
Fonctions
Président de l'État de Mongolie

(8 ans et 22 jours)
Élection 24 mai 2009
Réélection 26 juin 2013
Premier ministre Sanjaagiin Bayar
Sükhbaataryn Batbold
Norovyn Altankhuyag
Chimed Saikhanbileg
Jargaltulga Erdenebat
Prédécesseur Nambaryn Enkhbayar
Successeur Khaltmaagiyn Battulga
Premier ministre de Mongolie

(1 an, 4 mois et 24 jours)
Président Natsagiyn Bagabandi
Nambaryn Enkhbayar
Prédécesseur Nambaryn Enkhbayar
Successeur Miyeegombo Enkhbold

(7 mois et 16 jours)
Président Natsagiyn Bagabandi
Prédécesseur Mendsayhany Enkhsaikhan
Successeur Janlavyn Narantsatsralt
Biographie
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Zereg (Mongolie)
Nationalité mongole
Parti politique Parti démocrate
Conjoint Khajidsuren Bolormaa
Diplômé de Université du Colorado à Boulder
John F. Kennedy School of Government

Signature de Tsakhiagiyn Elbegdorj Цахиагийн Элбэгдорж

Tsakhiagiyn Elbegdorj
Premiers ministres de Mongolie
Présidents de l'État de Mongolie

Tsakhiagiyn Elbegdorj ou Elbegdorj Tsakhia (en mongol Цахиагийн Элбэгдорж), né le à Zereg, dans la province de Hovd, est un homme politique mongol. Il est Premier ministre du au et chef de l'État du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et carrière politique[modifier | modifier le code]

Tsakhiagiyn Elbegdorj en 2009.

Elbegdorj suit des études de journaliste en Ukraine, puis aux États-Unis avant de revenir en Mongolie et de faire carrière en politique. Pétri par les idéaux démocratiques américains, il participe au mouvement qui cherche à mettre fin au règne du parti unique (le parti communiste). Elbegdorj est élu au Grand Khoural, le Parlement mongol en 1990, mais démissionne pour protester contre un scandale. Il retrouve son siège en 1996 et devient le chef du Parti national démocratique mongol. Toutefois, il ne peut pas participer au gouvernement, une loi interdisant à un membre du Parlement d'entrer au gouvernement. Une fois cette loi amendée, Elbegdorj est nommé Premier ministre en mars 1998 en tant que chef du plus grand parti de la coalition majoritaire Union démocratique. Il doit présenter sa démission en décembre à la suite d'un scandale bancaire.

À la suite des élections parlementaires d'août 2004, le Parti révolutionnaire du peuple mongol, ancien parti unique, et le Parti national démocratique mongol forment une coalition de gouvernement et Elbegdorj redevient Premier ministre le 20 août.

Début janvier 2006, le PRPM décide de rompre la coalition au pouvoir et retire le 11 janvier ses 10 ministres du gouvernement d'Elbegdorj. Celui-ci évite la motion de défiance du Parlement, en démissionnant le 13 janvier[1]. Le secrétaire général du PRPM Miyeegombo Enkhbold lui succède au poste de Premier ministre le 24 janvier.

Président[modifier | modifier le code]

Khajidsuren Bolormaa en septembre 2009.

Le , il obtient 51,24 % des voix au premier tour de l'élection présidentielle et défait ainsi le président sortant Nambaryn Enkhbayar, candidat du PRPM, qui ne recueille que 47,44 %.

Elbegdorj décrète en janvier 2010 un moratoire sur la peine de mort[2].

Le , il est réélu à la présidence au premier tour, obtenant 50,23 % contre son principal rival Badmaanyambuugiin Bat-Erdene, candidat du Parti du peuple mongol, qui rassemble 41,97 % des suffrages[3].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Il est marié avec Khajidsuren Bolormaa, avec laquelle il a quatre fils. Il est en outre le père adoptif de vingt et un enfants orphelins.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chute du gouvernement mongol » Libération, 14 janvier 2006
  2. « Un moratoire sur la peine de mort décrété en Mongolie », La Croix, 17 janvier 2010
  3. « Mongolie : le président sortant Elbegdorj réélu », Le Monde, 26 juin 2013.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :