Trou des Massotais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Trou des Massotais.
Tertres d'orpaillage sur le Noir Ru (ou ruisseau de Martin-Moulin), en aval du Trou des Massotais.
Suintements ferrugineux à proximité du Trou des Massotais.

Le Trou des Massotais (en wallon : Trô des Massotês) est un trou d'eau situé sur le plateau des Tailles (commune de Vielsalm), à proximité de la baraque de Fraiture, l'un des points culminants de la Belgique. Il s'est révélé être une ancienne mine d'or, la première connue en Belgique avec certitude[1],[2].

L'or de l'Ardenne[modifier | modifier le code]

La présence d'or en Ardenne est connue depuis au moins la période gauloise. La région se situait aux confins des territoires des Éburons, des Trévires et des Condruzes. Des traces d'exploitation peuvent être identifiées sur la bordure cambrienne de la Haute Ardenne, s'étendant du plateau des Tailles à la région de Malmedy en passant notamment par Vielsalm et Faymonville[3],[4],[5],[6]. Des remblais et excavations d'exploitation voire des paillettes peuvent en particulier être trouvées au sud du plateau des Tailles et à Faymonville, où des haldes (tertres miniers) d'exploitation anciens sont depuis longtemps identifiés[5],[7], mais aussi peut être plus au nord à la Chefna[8],[9] ou au Ninglinspo[9]. Ou même encore plus à l'ouest, du côté de Libin[10].

Divers auteurs ont vu dans la recherche de l'or gaulois la raison de la seconde expédition de Jules César contre les Éburons en 54 av. J.-C.[11], campagne militaire dont les motivations restent largement inexpliquées. L'écrivain Pierre Hazette s'est par ailleurs inspiré de cette hypothèse pour écrire un roman historique et une fiction policière (respectivement Haïr César en 2011 et Perdition en 2013)[12].

Une seconde ruée vers l'or ardennaise est intervenue entre approximativement 1875 et 1920[13],[6], [3]. L'intérêt retombera rapidement vu les faibles quantités d'or trouvées[14]. L'orpaillage en Ardenne continue cependant de nos jours d'intéresser divers passionnés[15],[14].

Le Trou des Massotais[modifier | modifier le code]

Le Trou des Massotais.
Par temps de sécheresse, le début de la galerie est visible (juillet 2015).

Le Trou des Massotais est un trou d'eau situé sur le sommet du plateau des Tailles, actuellement dans une sapinière voisinant des zones fangeuses. D'anciens témoignages associaient au haut plateau une exploitation aurifère en divers sites[5]. Par ailleurs, lors de grandes sécheresses, telles en 1921 et 1976[16], le trou des Massotais s'était progressivement vidé et laissait apparaître le début d'une galerie horizontale à faible profondeur, au sud-est de la fosse[5]. Les abords du trou, d'un diamètre d'environ 8 mètres et entouré de tertres de déblai de plusieurs mètres de hauteur[2], laissaient également deviner un façonnement par la main de l'homme, plutôt que naturel (les mardelles ou étangs issus de palses sont nombreux dans la région) ou issu d'un cratère de bombe (le premier tir d'un V2 le fut planifié (bien que non effectué) à environ 2 kilomètres du lieu ; divers combats ont eu lieu dans les environs lors de la bataille des Ardennes à l'hiver 1944-1945)[17].

Lambert Grailet est le premier en 1985 à formuler l'hypothèse, et à l'argumenter, que le trou des Massotais serait une mine d'or[18], sur un gisement qui aurait pu alimenter les dépôts trouvés dans les ruisseaux du sud du plateau des Tailles, en particulier les ruisseaux de Rolayiet[19] et du Noir Ru. Les sources de ce dernier, sur les berges duquel l'on retrouve de nombreuses haldes, dont aux environs de la cote 560, se trouvent à proximité du Trou des Massotais[5].

Une vidange du trou fut finalement organisée à l'automne 1998 afin de vérifier la nature exacte du lieu, qui confirma le creusement ancien par des hommes[5]. Les investigations suivantes en 1999 et 2000 par des équipes plus fournies d'archéologues, géologues et orpailleurs permirent notamment d'explorer une galerie d'une dizaine de mètres de long[1], et de récolter de nombreuses paillettes d'or, dont les formes anguleuses, plutôt qu'arrondies par l'érosion d'un cours d'eau, permirent de confirmer que le lieu était bien un lieu d'extraction aurifère[5],[13]. Des pièces de hêtre destinées à boiser la mine seront aussi trouvées[20], de même qu'une meule en arkose[21], dont une carrière contemporaine se trouve à proximité[5]. Une pelle en hêtre massif taillée d'une seule pièce est également découverte[13].

Les analyses au carbone 14 des pièces de bois retrouvées ont permis d'identifier deux occupations antiques d'exploitation, l'une par les Celto-Gaulois de 360 av. J.-C. à 280 av. J.-C. (IVe siècle av. J.-C.), l'autre vers 400 ap. J.-C., à la fin du Bas Empire romain, sans doute par des Lètes[20],[22],[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Belga, « Baraque de Fraiture - Le secret du Trou des Massôttais - La première mine d'or de Belgique », Le Soir, (consulté le 22 mars 2015).
  2. a et b Alain, « Panorama du "Trou des Massotais" » (consulté le 22 mars 2015).
  3. a et b Lambert Grailet, « L’or en Ardenne », (consulté le 12 juillet 2017)
  4. Lambert Grailet, « Gilles-Jean Moors, Châtelain de Mont et chercheur d'or en Ardenne », Bulletin du Cercle d'Archéologie et d'Histoire SEGNIA, (consulté le 2 avril 2015).
  5. a, b, c, d, e, f, g et h Lambert Grailet, « Un filon d'or en Haute Ardenne » (consulté le 22 mars 2015).
  6. a et b Ugo Janssens, Ces Belges, "les plus braves": histoire de la Belgique gauloise, Racine, (ISBN 978-2-87386-539-9, lire en ligne).
  7. Georges Benoit, « Vielsalm et ses environs - Mines d'or », (consulté le 3 avril 2015).
  8. G. Ney, « Stoumont : L’or de la Chefna », La Trientale CNB, (consulté le 2 avril 2015).
  9. a et b Alain, « Une mine d'or belge » (consulté le 22 mars 2015).
  10. « RND des Troufferies de Libin et ses abords » (consulté le 20 avril 2015).
  11. Michel Hubin, « L'or d'Ardenne ? Une réalité exploitée déjà par les Celtes puis par les Gaulois - Un chroniqueur sur les traces des Éburons », Le Soir, (consulté le 22 mars 2015).
  12. Sarah Janssens, « Pierre Hazette a subjugué Tinlot », L'Avenir, (consulté le 2 avril 2015).
  13. a, b et c Bruno Van Eerdenbrugh, « Découverte d'une mine d'or en Ardenne » (consulté le 22 mars 2015).
  14. a et b LIFE, « L'Andromède - Un Plateau en or », LIFE, mars - août 2008 (consulté le 3 avril 2015).
  15. (vidéo) Belgique: Orpaillage dans les Ardennes.
  16. Et également en juillet 2015, voir photographies de l'article.
  17. Lambert Grailet, « Les petits hommes de légende », Bulletin du Cercle d'Archéologie et d'Histoire SEGNIA, (consulté le 3 avril 2015).
  18. Léon Dejonghe, « Hommage d'un géologue à Lambert Grailet », Bulletin du Cercle d'Archéologie et d'Histoire SEGNIA, (consulté le 22 mars 2015).
  19. Le ruisseau est alors plus bas nommé ruisseau de Langlire, et devient Eau de Ronce après avoir rejoint le ruisseau de Bihain.
  20. a et b Brigitte Lousberg, « Baraque de Fraiture - Au trou des Massotais - La mine d'or exploitée par des Celtes puis des Lètes », Le Soir, (consulté le 22 mars 2015).
  21. Brigitte Lousberg, « Trou des Massotês - Découverte archéologique - Une meule gallo-romaine pour extraire de l'or », Le Soir, (consulté le 22 mars 2015).
  22. Claude Domergue, Vincent Serneels, Béatrice Cauuet, Jean-Marie Pailler, Simon Orzechowski, « Mines et métallurgies en Gaule à la fin de l'âge du fer et à l'époque romaine », (consulté le 3 avril 2015).
  23. Lambert Grailet, Qui exploita l’or en Ardenne ?, SEGNIA, tome 26, 2, 2001, p. 50-74.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :