Troisième bataille de Cholet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Cholet
Informations générales
Date 8 février 1794
Lieu Cholet
Issue Victoire républicaine
Belligérants
France Républicains Drapeau de l'Armée catholique et royale de Vendée Vendéens
Commandants
Jean-Baptiste Moulin
Jean Alexandre Caffin
Étienne Cordellier
Joseph Crouzat
Jean-Nicolas Stofflet
Forces en présence
5 000 hommes initialement
2 000 hommes en renfort
3 canons
4 000 à 7 000 hommes
Pertes
inconnues inconnues

Guerre de Vendée

Coordonnées 47° 03′ 36″ nord, 0° 52′ 42″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

(Voir situation sur carte : Maine-et-Loire)
Bataille de Cholet

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

(Voir situation sur carte : Pays de la Loire)
Bataille de Cholet

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bataille de Cholet

La troisième bataille de Cholet a lieu lors de la guerre de Vendée le 8 février 1794. Les Vendéens prennent d'assaut la ville avant d'en être chassés à leur tour par une contre-attaque républicaine.

La bataille[modifier | modifier le code]

Le 8 février 1794, à dix heures du matin, 4 000 à 7 000 Vendéens réunis à Nuaillé par Stofflet attaquèrent Cholet à l'est et reprirent la ville aux Républicains des 3e et 11e colonnes. Ces deux troupes fortes au total de 3 000 hommes occupaient la ville depuis le 29 janvier sur ordre du général Turreau.

Les Républicains paniquèrent rapidement et prirent la fuite. Caffin fut grièvement blessé et le général Jean-Baptiste Moulin, blessé par deux balles vendéennes, se tira une balle dans la tête pour ne pas être capturé.

La ville ne resta pourtant que peu de temps aux mains des Vendéens ; deux heures plus tard la 9e colonne, forte de 3 000 hommes du général Cordellier arriva pour reprendre la ville. Stofflet dut se résoudre à battre en retraite. Les Vendéens se replièrent sur Nuaillé où les Républicains, épuisés, n'osèrent pas les poursuivre.

Après la bataille, le général Jean-Baptiste Huché arriva avec 1 460 hommes afin d'occuper la ville sur ordre de Turreau.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Émile Gabory, Les Guerres de Vendée, Robert Laffont, édition de 2009, p.388.
  • Bertrand Poirier de Beauvais, Mémoires inédits de Bertrand Poirier de Beauvais, commandant général de l'artillerie des armées de la Vendée, Éditions Pays et Terroirs, , p. 255-258.
  • Yves Gras, La Guerre de Vendée, éditions Economica, 1994 p.130.
  • Jean Tabeur, Paris contre la Province, les guerres de l'Ouest, éditions Economica, 2008, p.190-191.
  • A.Billaud, La Guerre de Vendée, imprimerie Lussaud Frères, Fontenayle comte.