Trois jours à Quiberon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
3 jours à Quiberon
Titre original 3 Tage in Quiberon
Réalisation Emily Atef
Scénario Emily Atef
Acteurs principaux
Sociétés de production Rohfilm
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de l'Autriche Autriche
Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 1h55
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

3 Jours à Quiberon (3 Tage in Quiberon) est un film dramatique franco-austro-allemand réalisé par Emily Atef, sorti le 13 juin 2018.

Synopsis[modifier | modifier le code]

1981. Pour une interview exceptionnelle et inédite sur l'ensemble de sa carrière, l'actrice Romy Schneider accepte de passer quelques jours avec le photographe Robert Lebeck et le journaliste Michael Jürgs du magazine allemand Stern pendant sa cure à Quiberon. Cette rencontre va se révéler éprouvante pour la comédienne, qui se livre sur ses souffrances de mère et d'actrice mais trouve aussi dans sa relation affectueuse avec Lebeck une forme d'espoir et d'apaisement.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

La réalisatrice Emily Atef s'est inspirée des photos de Robert Lebeck et de l'entretien de Romy Schneider avec le Stern pendant son séjour à Quiberon en 1981.

Récompense[modifier | modifier le code]

Polémique[modifier | modifier le code]

La fille de Romy Schneider, l'actrice Sarah Biasini, s'est dite scandalisée par le film. Elle qualifie le long-métrage « d’œuvre de fiction » et conteste notamment le fait que sa mère soit présentée comme une alcoolique : selon elle, la thalassothérapie qu'elle suivait tous les ans à Quiberon avait pour but de perdre du poids et pas de se défaire d'une éventuelle addiction[4],[5].

La réalisatrice, Emily Atef, s'en est défendue : « Je comprends qu'elle ait un problème avec le film, c'est sa maman (...). Ce n'est pas un film sur l'alcoolisme de Romy Schneider. C'est un film de cinéma »[6],[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nathalie Chifflet « Romy Schneider, portrait. Romy Schneider revient dans la lumière d'un sublime noir et blanc, rejouée par l'actrice allemande Marie Bäumer, qui lui ressemble tant. Un fantôme déchirant.», Le Républicain Lorrain, Groupe Républicain Lorrain Communication, Woippy, 13 juin 2018, p.25, (ISSN 0397-0639)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]