Trois couleurs (trilogie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trois couleurs.
image illustrant un film <adj> image illustrant polonais
image illustrant un film <adj> image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un film polonais et un film français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Trois couleurs
Titre original Trzy kolory
Réalisation Krzysztof Kieślowski
Scénario Krzysztof Kieślowski
Krzysztof Piesiewicz
Acteurs principaux
Sociétés de production MK2
Pays d’origine Drapeau de la France France Drapeau de la Pologne Pologne
Genre Drame

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Trois couleurs (Trzy kolory) est une trilogie cinématographique du réalisateur polonais Krzysztof Kieślowski sortie en 1993-1994.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cette trilogie est composée de :

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Titre Bleu (1993) Blanc (1994) Rouge (1994)
Réalisateur Krzysztof Kieślowski
Scénaristes Krzysztof Kieślowski
Krzysztof Piesiewicz
Producteur Marin Karmitz
Musique Zbigniew Preisner
Son Jean-Claude Laureux
Décors Claude Lenoir
Photographie Sławomir Idziak Edward Kłosiński Piotr Sobociński
Montage Jacques Witta Urszula Lesiak Jacques Witta
Sortie Drapeau de la France
Durée 100 minutes 91 minutes 99 minutes
Entrées 1 239 919  ? 821 025
Genre Film dramatique
Distributeur MK2

Distribution[modifier | modifier le code]

Rôle Films
Bleu
(1993)
Blanc
(1994)
Rouge
(1994)
Julie Vignon-de Courcy Juliette Binoche
Olivier Benoit Benoît Régent
Sandrine Florence Pernel
Madame Vignon Emmanuelle Riva
la journaliste Hélène Vincent
l'agent immobilier Philippe Volter
le médecin Claude Duneton
Patrice de Courcy Hugues Quester
Karol Karol Zbigniew Zamachowski
Dominique Vidal Julie Delpy
Mikołaj Janusz Gajos
Jurek Jerzy Stuhr
Monsieur Bronek Jerzy Trela
Valentine Dussaut Irène Jacob
Joseph Kern, le juge Jean-Louis Trintignant
Auguste Bruner Jean-Pierre Lorit
le photographe Samuel Le Bihan

Analyse[modifier | modifier le code]

Bleu, blanc et rouge sont les couleurs du drapeau français et le thème de chaque film est basé sur l'un des trois termes de la devise de la France : « Liberté, Égalité, Fraternité ». Au même titre que les Dix Commandements dans Le Décalogue, Kieślowski illustre ces valeurs avec ambiguïté et ironie.

Ces trois films furent le premier grand succès de Kieślowski en dehors de Pologne et sont sans doutes ses œuvres les plus acclamées après Le Décalogue. Le critique Roger Ebert a notamment qualifié la trilogie de chef-d'œuvre. Plus généralement, elle est considérée comme une œuvre majeure du cinéma moderne.

Chaque film commence de la même manière : on y entend un bruit et ensuite on voit ce qui le produit. Chaque fois, l'objet en question a un rôle déterminant dans le cours de l'histoire : la voiture bientôt accidentée dans Bleu, la valise dans Blanc et le témoin du téléphone dans Rouge.

Les trois histoires sont indépendantes ; cependant, on remarque dans chaque film une vieille dame qui tente de jeter une bouteille dans une poubelle de tri. Alors que Julie (Bleu), absorbée par son chagrin, ne la remarque pas et que Karol (Blanc) la regarde en souriant ironiquement, Valentine (Rouge) l'aide à pousser la bouteille dans le container. On peut peut-être y voir l'évolution du personnage principal à travers la trilogie, et ainsi un message encourageant puisque c'est la fraternité et l'entraide qui l'emportent sur l'indifférence et la moquerie.

Autre clin d'œil, à la fin de Rouge, parmi les rescapés de l'accident de ferry, on retrouve les personnages de Blanc et de Bleu.

Rouge marquera la fin de la carrière et le dernier film tourné par Krzysztof Kieślowski. Lors de l'émission "Bouillon de Culture" en 1994, interrogé par Bernard Pivot, il déclare: "J'arrête, j'en ai assez du cinéma. Tourner est pour moi un stress trop disproportionné par rapport à la satisfaction que cela procure. J'ai décidé, j'arrête !"[1]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le concept de lien entre les personnages d'une série de films fut déjà utilisé dans le film L'Amour l'après-midi d'Éric Rohmer, 6e et dernier volet des Six contes moraux en 1972 (certains personnages issus des précédents films apparaissent lors d'une scène de rêve) et fut repris par la trilogie de Lucas Belvaux en 2002.
  • La trilogie est citée dans le 12e épisode de la 4e saison de la série américaine Community, dans lequel les personnages découvrent qu'un lien les unissaient bien avant leur rencontre, à la manière de l'épilogue de Rouge.
  • La trilogie Blood and Ice Cream Trilogy d'Edgar Wright rend hommage aux Trois couleurs, en donnant une couleur caractéristique à chacun des films : rouge pour le film d'horreur, bleu pour le film policier et vert pour le film d'aliens.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bouillon de Cultures - 9 septembre 1994 - France 2

Liens externes[modifier | modifier le code]