Bouddhisme

Cette page est en semi-protection longue.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Statue en pied de Bouddha. Schiste, Gandhara, Empire Kouchan, Ier – IIe siècle. Musée national de Tokyo. Une des premières représentations connues du Bouddha.

Le bouddhisme est une religion et une philosophie dont les origines se situent en Inde aux VIe – Ve siècles av. J.-C. à la suite de l'éveil de Siddhartha Gautama à Bodhgaya dans le Bihar et de la diffusion de son enseignement.

Les notions de dieu et de divinité dans le bouddhisme sont particulières : bien que le bouddhisme soit souvent perçu comme une religion sans dieu créateur[n 1], cette notion étant absente de la plupart des formes du bouddhisme[n 2], la vénération et le culte du Bouddha historique Siddhartha Gautama en tant que bhagavat jouent un rôle important dans le Theravāda tout comme dans le Mahāyāna, qui voient en ce personnage un être éveillé doté d’un triple corps[n 3].

Le bouddhisme, à travers ses différentes écoles, présente un ensemble ramifié de pratiques méditatives, de rituels religieux (prières, offrandes), de pratiques éthiques, de théories psychologiques, philosophiques, cosmogoniques et cosmologiques, abordées dans la perspective de la bodhi, « l'éveil ». À l'instar du jaïnisme, le bouddhisme est à l'origine une tradition shramana, et non brahmanique comme l'est l'hindouisme[n 4].

En 2018, on compte (mais le chiffre doit être pris avec prudence) quelque 623 millions de bouddhistes dans le monde[1], ce qui fait du bouddhisme la quatrième religion mondiale, derrière (par ordre décroissant) le christianisme, l'islam et l'hindouisme. Toutefois, il pourrait passer de 7% à quelque 5% de la population mondiale vers 2060, du fait d'un taux de fécondité relativement bas et d'un nombre de conversions pas assez important[2]. L'historien des religions Odon Vallet relève d'ailleurs que c'est « la seule grande religion au monde à avoir régressé au XXe siècle », en raison, notamment, des persécutions menées contre le bouddhisme par les régimes communistes en Chine et en Indochine[3].

Le bouddhisme fait l'objet de critiques de la part de religieux non bouddhistes et de scientifiques.

Étymologie

Originellement, en sanskrit, pour parler de la doctrine du Bouddha, on utilise le plus souvent l'appellation buddhadharma (ou, en pali, buddhadamma), mots signifiant « dharma [enseignement] du Bouddha », à côté d'autres appellations, parmi lesquelles dharmavinaya (enseignement et discipline [vinaya]) et śāsana (enseignements), et par la suite, la traduction de ces termes dans les langues (chinois, japonais, coréen, vietnamien...) des pays où le bouddhisme s'est diffusé et implanté[4],[5].

Le mot « bouddhisme », au sens de « système religieux fondé par le Bouddha en Inde », est un néologisme apparu dans les langues européennes au début du XIXe siècle — et d'abord en anglais, langue dans laquelle on trouve la première occurrence de Boudhism en 1800 ou 1801 puis Buddhism en 1816, mot créé sur Buddha avec ajout du suffixe -ism[6],[7],[8]. C'est dans des revues savantes qu'on le rencontre d'abord, revues elles-mêmes créées à la suite de l'intérêt croissant de l'Empire britannique et de l'Empire français pour l'Orient[9].

En France, c'est vers la fin du XVIIIe siècle qu'apparaissent des termes pour signifier les doctrines propres au bouddhisme: on aura ainsi d'abord budsdoisme (1780), puis bouddhisme (1823)[10]. Michel-Jean-François Ozeray est un des premiers à utiliser en français le mot bouddisme (sic) en 1817[11],[12]. Bouddhisme devient courant dans les langues européennes vers 1830[13],[n 5].

Cette création d'un nouveau mot ne signifie pas que la réalité qu'il recouvre ait été découverte simultanément. À titre d'exemple, deux œuvres médiévales ont permis d'entendre parler un peu, sinon du bouddhisme, en tout cas de Sidhartha Gautama, le bouddha historique: la Vie des saints Barlaam et Joasaph et le chapitre 168 de la Description du monde de Marco Polo, intitulé « Description de l'île de Ceylan »[14].

Remarques liminaires

Reprenant le terme d'« idées reçues » employé par l'historien des religions Bernard Faure dans un titre d'ouvrage éponyme, et constatant « la difficulté qu'éprouvent les Occidentaux à définir [le bouddhisme][15]», on peut s'arrêter sur un certain nombre de ces idées reçues pour appréhender le sujet, comme le fait d'envisager le bouddhisme comme une pratique monolithique ; ou de considérer qu'il s'agirait d'une doctrine essentiellement philosophique et rationnelle, auquel cas, les rituels, la magie, les exorcismes ou encore l'ésotérisme n'y auraient pas leur place[16].

Un bouddhisme ou des bouddhismes ?

Bien souvent, le bouddhisme est vu comme une sorte de monolithe, et en France essentiellement sous la forme du bouddhisme tibétain, avec le bouddhisme Theravada, ainsi que le bouddhisme zen, tandis que d'autres écoles comme la Terre pure, le Shingon ou le Tendai sont très peu voire pas du tout connues[17]. Et les Occidentaux peuvent penser avoir affaire à des formes du bouddhisme originel (en particulier pour le Theravada), alors que ces formes que nous connaissons aujourd'hui ont toutes traversé les siècles et connu donc d'importantes évolutions. On peut aussi se heurter aux différences dans les pratiques et les croyances entre bouddhistes occidentaux et bouddhistes d'origine asiatique[18].

Plusieurs traditions bouddhistes

Diffusion du bouddhisme et de ses principaux courants.

La longue histoire du bouddhisme, faite de rencontres et de confrontations avec d'autres religions, de réflexions et de controverses au sein des communautés bouddhistes, a abouti à la constitution de nombreuses variations, potentiellement très différentes les unes des autres. « Il s'avère donc vite présomptueux de définir l'unité du bouddhisme par-delà la foi de ses fidèles en l'authenticité et la valeur de l'expérience du [Bouddha][19]. »

De grands regroupements ont pu être opérés. Peter Harvey, avec d'autres, met en avant « trois grandes régions culturelles » où le bouddhisme demeure courant : un « bouddhisme du Sud », autour du Theravada, au Sri-Lanka, en Birmanie, en Thaïlande, au Cambodge, au Laos, et dans leur voisinage ; un « bouddhisme de l'Est », autour du Mahayana dans son développement chinois, en Chine, en Corée, au Japon et au Vietnam ; et un « bouddhisme du Nord » dans la région de tradition tibétaine, autour du Mantrayana, au Tibet, en Mongolie, dans l'Himalaya, les régions orientales de la Chine[20],[21].

Plusieurs auteurs parlent à ce propos de « bouddhismes » ou de « traditions bouddhistes[22]. » Faure considère que, « comme tout courant de pensée, le bouddhisme est influencé par les époques, les lieux et les cultures qui l'adoptent[23] », et que par conséquent, c'est bien des bouddhismes qu'il convient de parler. Richard H. Robinson (en), Willard L. Johnson et Ṭhānissaro Bhikkhu (en) proposent qu'il serait plus approprié de concevoir le bouddhisme comme une « famille de religions », autour de ces trois grands ensembles, ayant chacune sa propre intégrité[24]. Harvey, tout en reconnaissant que la métaphore de la famille est pertinente, a souligné que le fait de voir les trois ensembles comme des « mondes » distincts risquait de faire minimiser l'importance des différentes connexions qui existent au sein du « réseau » formé par le bouddhisme, qui lient ses différentes composantes[25].

Un bouddhisme « authentique » ?

Dans ces conditions, la tendance peut être de s'en tenir à quelques idées et représentations simples, qui devraient, pense-t-on, être partagées par les membres de tous les courants bouddhistes, depuis les origines. L'unité des différentes traditions bouddhistes est alors assurée par un « tronc commun », qui consiste en « la doctrine primitive prêchée par le Bouddha[26]. » La quête du bouddhisme « originel » a occupé une grande place aux débuts de la bouddhologie, aboutissant à l'image d'un bouddhisme initial rationnel et antiritualiste, qui aurait ensuite dégénéré dans des formes plus ritualistes et superstitieuses, suivant un schéma de pensée de « déclin de la Loi » déjà présent dans les écrits bouddhistes[27], qui a suscité dans diverses communautés bouddhistes un mouvement de retour aux écritures fondatrices (ce qui a pu être qualifié de « protestantisation du bouddhisme »)[28]. Il reste néanmoins impossible pour les spécialistes de s'entendre sur le profil qu'aurait eu le bouddhisme originel, en l'absence de sources écrites remontant à cette époque (les écrits les plus anciens sur la vie et les enseignements de Bouddha qui soient connus auraient été codifiés au plus tôt au Ier siècle av. J.-C.)[29].

Concernant les études sur le bouddhisme actuel, Robinson, Johnson et Bhikkhu identifient des spécialistes qui essaient de définir un « bouddhisme idéal », en procédant de différentes manières, ce qu'ils définissent comme une approche « essentialiste », puisqu'elle recherche l'« essence » du bouddhisme qui est commune à toutes les traditions[24]. B. Faure souligne que le plus souvent est présenté une sorte de bouddhisme censé être « pur », libre de toute « superstition », qui serait arrivé intact dans l'Occident contemporain, après avoir traversé les siècles et les cultures. Or, insiste B. Faure, le bouddhisme est une invention relativement récente, né à la suite de réformes entreprises dans différents pays d'Asie au contact avec l'Occident, à quoi vient s'ajouter un développement moderne connu sous le nom de « néo-bouddhisme », qui, selon Faure, ne garde du bouddhisme traditionnel que des éléments doctrinaux et de pratiques arbitraires[30]. D'autres ont considéré que la recherche d'un bouddhisme « pur » relevait de la gageure car une telle chose n'aurait jamais existé[31],[32].

À l'opposé s'est développée une approche « inclusionniste », qui part des croyances et pratiques de ceux qui se définissent comme bouddhistes[24]. Selon cette seconde posture, « il n'y a pas à proprement parler de bouddhisme, il n'y a que des bouddhistes » et « le bouddhisme n'est pas une essence, il est ce que les bouddhistes en font », et l'historien ou sociologue des religions ne doit pas tenter de prendre parti sur la doctrine. Cette approche a plus tendance à mettre en avant la diversité des pratiques bouddhistes[33], mais elle porte aussi en germe le risque de mettre en avant certaines formes de bouddhisme plutôt que d'autres[24].

Constatant également la difficulté qu’il y a à isoler une « essence » du bouddhisme, certains spécialistes proposent de leur côté d'envisager le bouddhisme comme un « système », complexe par sa diversité, dynamique, ayant des limites poreuses avec les autres religions et idéologies qu'il rencontre[34],[35].

Le bouddhisme et les autres religions

En effet, dans tous les pays où il a pris pied, le bouddhisme a pu coexister avec les autres religions et courants de pensée présents (Brahmanisme/Hindouisme dans le monde indien en Asie du sud-est, Confucianisme et Taoïsme en Chine, Shinto au Japon, Bön au Tibet, etc.), car il se focalise sur le développement spirituel[36]. Plusieurs chercheurs ont souligné qu'il ne s’intéresse pas à tous les domaines couverts par les activités rituelles, ce qui explique que les dieux de ces religions aient pu être vénérés par des bouddhistes, du moment qu’ils étaient invoqués pour des affaires terrestres. En revanche, dès lors qu’il s’agit d’affaires concernant ce qui est transcendant, de leurs préoccupations au moment de la mort, ils se tournent exclusivement vers les enseignements de Bouddha[37],[38]. Selon Williams, Tribe et Wynne, « être bouddhiste n'implique pas un rejet complet des autres religions ou pratiques religieuses. Dès le début, le bouddhisme a coexisté avec d'autres religions, se structurant autour d'elles comme une sorte de « méta-religion » vouée à ce qu'elle considère comme l'objectif suprême d'enfin mettre fin à la souffrance[39]. »

Avant l’époque moderne, la plupart des Bouddhistes n’ont pas tenté de distinguer ce qui est proprement bouddhiste de ce qui ne l’est pas. Les spécialistes du bouddhisme parlent souvent de « religion populaire » pour les formes de croyances et de pratiques qui ne sont pas spécifiquement bouddhistes mais peuvent être pratiquées par des personnes désignées comme Bouddhistes. Cela regroupe notamment les cultes de divinités locales, les rites de type chamanistique, ainsi que les cultes domestiques, notamment ancestraux. L’emploi de cette notion est controversé, car cela revient là encore à chercher à isoler un bouddhisme « pur » ou « authentique », artificiel, tout en reléguant et dépréciant les autres croyances et pratiques renvoyées dans la catégorie péjorative du « populaire »[40].

Le bouddhisme est-il seulement une religion ?

Pèlerins en route vers Lhassa.

Le bouddhisme est-il une religion, une philosophie, les deux, ou encore autre chose ? Le Petit Robert le qualifie de « doctrine religieuse », et le Petit Larousse de religion et philosophie. Autant dire qu'il est difficile de classer ce terme, inventé par les Occidentaux au début du XIXe siècle[15] et que la question divise[41]. En Occident en particulier, beaucoup se basent sur l'absence d'un Dieu éternel, créateur et personnel tel qu'on le trouve dans les monothéismes pour voir dans le bouddhisme une philosophie. Par ailleurs, le mot « religion » est un terme apparu en Occident que l'on appliquerait abusivement à des pratiques et doctrines de l'Inde comme l'hindouisme ou le bouddhisme. Terme difficile, voire impossible à définir — du moins n'y a-t-il pas de réel consensus entre spécialistes sur ce qu'on qualifie de « religieux »[42].

Vincent Goossaert, en s’intéressant aux raisons pour lesquelles les personnes se posent la question et choisissent une dénomination plutôt qu’une autre, considère que : « souvent idéalisé comme rationnel, non ritualiste, voire athéiste, le bouddhisme, dans sa version « originelle », a beaucoup servi comme paradigme des catégories nouvelles de sagesse, ou de spiritualité, par opposition à la religion (ici identifiable au christianisme, ou plus spécifiquement au catholicisme) » ; selon lui, ces jugements renvoient, « en fait, à des enjeux tout à fait spécifiques au lieu et à l’époque où ils sont formulés, tant en Occident qu’en Asie[43]. »

Une philosophie ?

André Bareau souligne que l'amour de la discussion, de la spéculation intellectuelle pure que l'on dit propres à la Grèce sont tout aussi développés en Inde[44] et David Seyfort Ruegg (en) affirme[45] qu'« il n'est sûrement pas exagéré de dire que la pensée philosophique constitue une composante majeure du bouddhisme ». Il est indéniable qu'il existe un « bouddhisme philosophique » ou une « philosophie bouddhiste », et que plusieurs docteurs ont produit des réflexions et débats philosophiques de très haut niveau, par exemple Nagarjuna, Vasubandhu en Inde, Fazang en Chine, Kukai et Dôgen au Japon[46],[47]. En cela ils ont pu être comparés aux penseurs de la philosophie chrétienne et de la philosophie juive[48]. Cependant, des spécialistes estiment que le bouddhisme peut bien être considéré comme une philosophie, selon la définition que l'on retient, par exemple M. Siderits en prenant la définition de philosophie comme « investigation systématique des questions d'éthique, de métaphysique et l'épistémologie (ainsi que plusieurs domaines connexes) »[49] et D. S. Wright avec la définition d'« idées générales sur la nature du monde et le sens de la vie qui guident la vie quotidienne », ce qui ne correspond cependant pas selon lui à l'acception moderne de la philosophie en Occident, plus portée sur la logique et la raison[50]. En effet les œuvres de la philosophie bouddhiste ne s'inscrivent pas dans le cadre de la raison universelle mais restent vouées au but final de la délivrance bouddhique, et pour Faure « il n'est plus possible d'ignorer que le bouddhisme est, ce qu'il a toujours été pour la plupart de ses adeptes : un système métaphysique, mythologique et rituel »[51],[52].

Une religion ?

Selon Lionel Obadia, « bien qu'il paraisse échapper à toute tentative de classification conceptuelle[53], le bouddhisme est généralement présenté dans le vocabulaire de l'histoire des religions comme une religion universelle, de celles dont le message s'adresse à l'humanité dans son ensemble[54]. » Mais, relèvent certains spécialistes, contrairement à d'autres systèmes religieux, le bouddhisme ne s'appuie pas sur une révélation divine[55],[56], ni sur un Dieu suprême créateur, ni sur des Écritures sacrées, autant d'éléments qui caractérisent communément la « religion » en Occident[57].

Philippe Cornu[58], tout en soulignant qu'« il serait excessif de refuser catégoriquement de voir dans le bouddhisme un phénomène de nature religieuse, comme le font trop de bouddhistes occidentaux », appelle cependant à « revisiter ce que l'on entend ici [càd. avec le bouddhisme] par religion ». Car, dit-il : « il ne faut pas perdre de vue que le bouddhisme est d'abord et avant tout le Dharma, c'est-à-dire la connaissance intime de la nature fondamentale de la réalité, et que les formes religieuses qui l'habillent ne constituent que des conditions secondaires favorisant cette connaissance et la libération qui en résulte. »

Fidèle recueilli devant le temple de la Mahabodhi, à Bodhgaya, haut lieu de pèlerinage bouddhique.

Cependant, relève B. Faure[n 6], le bouddhisme, « qui est sans conteste l'une des plus anciennes religions de salut[59] », a été très souvent considéré par l'orientalisme occidental (né au début du XIXe siècle) avant tout comme une philosophie, les savants européens et américains rejetant les aspects religieux que sont les éléments de rituel[n 7], de mythologie ou de métaphysique[60]. Ce discours fut repris par les élites autochtones, qui cherchèrent à mettre de côté les éléments de la tradition au profit des seuls aspects rationnels philosophiques, psychologiques ou éthiques du bouddhisme[61]. Démarche artificielle qui aboutit à « [une recréation ayant] peu à voir avec la réalité[59]. » Car nier les aspects rituels revient à créer un bouddhisme idéalisé qui masque des réalités sociologiques évidentes témoignant de la religiosité dans le bouddhisme en Asie (offrandes, lampes devant les autels, pèlerinages vers des lieux saints, rites funéraires, etc.) et de ce fait selon J.-N. Robert celui-ci a bien le caractère de religion, « entendu au sens naïf d'ensemble de pratiques et de croyances menant au salut[62]. »

Pour Damien Keown (en), se demander s'il est une religion, une philosophie, une manière de vivre ou un code d’éthique oblige à repenser ces catégories, et aussi la signification de « religion ». À faire de la croyance en Dieu l’essence de la religion, on exclut le bouddhisme de cette catégorie. En revanche, avec une définition plus large et complexe — que Keown emprunte à Ninian Smart — intégrant plusieurs « dimensions » (pratique et rituelle, expérimentale et émotionnelle, narrative et mythique, doctrinale et philosophique, éthique et légale, sociale et institutionnelle, matérielle), le bouddhisme est bien, selon lui, une religion[63].

Une philosophie et une religion ?

Pour plusieurs chercheurs, le bouddhisme est à la fois une religion et une philosophie[64],[65],[66],[67]. Une pareille affirmation nécessite de reconsidérer ces catégories. Selon M. Siderits, on peut affirmer à la fois qu'il est une philosophie et une religion, sinon cela reviendrait à séparer strictement foi et raison, division que la majorité des bouddhistes rejetterait[68] et qui est en outre propre à l'Occident[67].

D'autres approches ?

Le bouddhisme est également souvent considéré en Occident comme une « spiritualité », ce qui est une autre manière de rejeter la dénomination de « religion », cette fois-ci en mettant en avant l'expérience personnelle plus que la doctrine ou les pratiques[69]. Pour des raisons similaires, le terme de « sagesse » est lui aussi employé[70].

Le bouddhisme a aussi pu être présenté comme « la vaste gamme de phénomènes sociaux et culturels qui se sont regroupés autour des enseignements d'une figure appelée Bouddha, l'Éveillé »[71].

Origines du bouddhisme

Le bouddhisme est né en Inde à peu près à la même époque que Mahâvîra, qui rendit plus populaire le jaïnisme, courant avec lequel le bouddhisme partage une certaine tendance à la remise en cause de l'hindouisme (en particulier de la caste sacerdotale des brahmanes) tel que ce dernier était pratiqué à l'époque (VIe siècle av. J.-C.). Le bouddhisme a repris et aménagé beaucoup de concepts philosophiques de l'environnement religieux de l'époque (tels que dharma et karma, par exemple).

Bouddha historique

Le bouddhisme est issu des enseignements de Siddhartha Gautama (« l'éveillé »), considéré comme le Bouddha historique.

Tête de Siddhârta Gautama (Shakyamuni), le bouddha historique. Plâtre, Gandhara, avant le IVe siècle de notre ère. Musée Guimet, Paris.

Les années de la naissance et de la mort de Siddhārtha Gautama ne sont pas sûres ; il aurait vécu au VIe siècle av. J.-C. à peu près quatre-vingts ans, mais les traditions ne s'accordent pas à ce sujet[72]. La plus ancienne le fait naître en 623 av. J.-C. et mourir en 543 av. J.-C. Les Thaïlandais font débuter le calendrier bouddhique en 543 av. J.-C., il y a 543 ans de différences avec le calendrier thaï (exemple : 2021 - 2564). Les spécialistes occidentaux de l'histoire de l'Inde ancienne, quant à eux, s'accordent pour situer la vie du Bouddha plutôt vers 420 jusqu'en 380 av. J.-C.

Né selon la tradition, à Lumbinî dans l’actuel Teraï népalais de Māyādevī et Śuddhodana, souverain des Śākyas (ou Shakya), il avait pour nom Gautama[n 8]. Il appartenait au clan Shakya de la caste des kshatriya (nobles-guerriers), d’où son surnom de Shakyamuni, « le sage des Śākya ». C'est le nom principal que la tradition du Mahāyāna lui donne — Bouddha Shakyamuni — et par lequel on le distingue des autres Bouddhas. Il est aussi appelé Siddhārtha Gautama (pāḷi : Siddhattha Gotama) car Siddhārtha est donné comme son prénom dans certaines sources[73] ; Gautama signifie en sanskrit « le plus bovin des sages »[74].

La vie du Bouddha a été enrichie de légendes décrivant des miracles et des apparitions divines. Mais c'est seulement trois cents ans après sa mort qu'elle commence à être connue par des textes, en même temps que ses enseignements, grâce à l'empereur Ashoka qui en fait la promotion sur toute l'étendue de son domaine et envoie des missions à l'étranger.

Vie du Bouddha

Les textes anciens disent que le nom de famille du Bouddha historique serait « Gautama » en sanskrit (en Pāli : Gotama)[75] avant son éveil. Les détails de la vie du Bouddha sont mentionnés dans de nombreux textes bouddhistes anciens mais sont souvent contradictoire ou chargés de légendes; son milieu social ainsi que les détails de sa vie sont difficiles à établir avec certitude, et les dates de sa vie restent incertaines et discutées.

Naissance

Les témoignages des textes anciens suggèrent que Siddhārta Gautama est né à Lumbini et a grandi à Kapilavastu,une ville dans la plaine du Gange, près de la frontière actuelle entre le Népal et l'Inde, et qu'il a passé sa vie dans ce qui est à présent le Bihar et l'Uttar Pradesh modernes. Certaines légendes hagiographiques indiquent que son père était un roi nommé Suddhodana, sa mère était Reine Maya, et il est né à Lumbini. Cependant, des savants tels que Richard Gombrich considèrent qu'il s'agit d'une revendication douteuse car une combinaison de témoignages suggère qu'il est né dans la communauté Śākya, qui était gouvernée par une petite oligarchie ou un conseil pseudo-républicain où il n'y avait pas de rang mais où l'ancienneté importait plutôt.

Renonciation et ascétisme

D'après les textes anciens tels que l’Ariyapariyesanā-sutta (« Le discours sur la quête noble », MN 26) et son analogue chinois au MĀ 204, Gautama a été touché par la souffrance (Duḥkha) de la vie et de la mort, et sa répétition sans fin due à sa renaissance (Punarbhava). Il a donc conçu une quête afin de trouver la libération à cette souffrance (aussi connue sous le nom de « Nirvāṇa »). D’anciens textes et biographies déclarent que Gautama a premièrement étudié avec deux professeurs de méditation, à savoir Arada Kalama et Uddaka Rāmaputta, apprenant la méditation et la philosophie, et particulièrement la connaissance méditative de « la sphère du Néant » avec le premier et de « la sphère sans perception ni non-perception » en compagnie du dernier (Arūpaloka).

Trouvant ces enseignements insuffisants pour atteindre son but, il se tourna vers la pratique d’un ascétisme extrême, qui incluait un régime strict avec du jeûne et diverses formes de contrôle de la respiration (Prāṇayāma). Cela ne fut pas suffisamment à la hauteur de ses espérances et il se tourna donc vers une pratique méditative du Dhyāna. Il s’assit alors en méditation sous un Ficus religiosa, maintenant appelé « Arbre de la Bodhi » dans la ville de Bodhgaya et atteignit « L’Éveil » (Bodhi).

Éveil et enseignement

Selon différents textes anciens comme le Mahāsaccaka-sutta et le Samaññaphala Sutta, en éveil, le Bouddha acquit un aperçu du travail du karma et de ses premières vies, ainsi que l’extinction des souillures mentales (Āsavas en pali), de la souffrance et du cycle des renaissances du saṃsāra. Cet évènement exposa aussi la certitude de la Voie médiane, comme étant celle de la pratique spirituelle visant la fin de la souffrance. C’est comme un « Bouddha complètement éveillé » (Buddhatva en sanskrit), qu’il attira des disciples et fonda le Saṅgha (communauté). Il passa le reste de sa vie à enseigner le Dharma qu’il avait découvert et mourut atteignant le « Parinirvāṇa » à l’âge de 80 ans à Kushinagar en Inde.

Éveil ou bodhi

Le bouddhisme est une voie individuelle dont le but est l'éveil, par l'extinction du désir égotique et de l'illusion, causes de la souffrance de l'homme. L'éveil est une base à l'action altruiste.

Définition de l'éveil dans le bouddhisme theravâda

Pour les theravādins, l'éveil est la compréhension parfaite et la réalisation des quatre nobles vérités (voir plus bas) ; il s'agit de se réveiller du cauchemar des renaissances successives (saṃsāra). L'homme éveillé atteint le nirvāṇa (l'illumination), et échappe complètement à la souffrance lors de sa mort (appelée parinirvâna, dissolution complète des cinq agrégats). Le cycle des renaissances et des morts est donc brisé.

Définition de l'éveil dans le mahāyāna

Pour les adeptes du Mahāyāna en revanche, l'éveil est la sagesse personnelle et est utilisée pour venir en aide à autrui, par le biais du transfert de mérites et la prise de conscience de sa propre nature de Bouddha (la nature essentielle de tout être possédant une conscience, de tout être vivant[76]).

Il en convient que, le mahāyāna laisse aux bodhisattvas (ceux qui sont éveillés) la possibilité de se maintenir dans le monde sans toutefois produire de karma, par compassion pour les êtres vivants, qu'ils vont alors guider à leur tour vers l'éveil.

Dharmachakra (« Roue de la Loi »). Cette roue symbolise la diffusion de la Loi bouddhique (Dharma) dans le monde, lorsqu'un Bouddha la met en branle. Thaïlande, VIIIe siècle. Musée Guimet.

Doctrine

Le terme « bouddhisme », d'invention occidentale, est communément utilisé pour désigner, d'une façon quelque peu approximative, le « Dharma (enseignement, doctrine) du Bouddha », soit buddhadharma en sanskrit, buddhaśāsana en pali, fójiào en chinois, bukkyō en japonais, nang pa sangs rgyas pa'i chos en tibétain[77],[78].

Dharma

Le Dharma (ou « Loi ») est l'ensemble des enseignements donnés par le Bouddha, qui forment le Canon pali. Toutefois, le terme est polysémique, et il peut signifier « ce qui est établi », « la loi naturelle », « la loi juridique », « le devoir », « l'enseignement » voire « l'essence de toute chose » ou « l'ensemble des normes et lois, sociales, politiques, familiales, personnelles, naturelles ou cosmiques. ».

On utilise souvent aussi le mot pali śāsana. En sanskrit, le mot signifie « enseignements, système religieux dans un lieu et à une époque donnés (angl. dispensation) », au sens des enseignements spécifiquement conçus historiquement comme une religion institutionnalisée, ce qu'en Occident on appelle « bouddhisme »[79]. Dans les commentaires pali, ce mot peut sur trois types d'enseignement — dans l'ordre, ceux sur « l'étude des écritures », sur « la pratique » et sur « la réalisation », ceux qui laisse entendre que les textes sont le fondement de l'enseignement du Bouddha, et que sans eux il ne peut y avoir de pratique de l'octuple chemin, et donc pas non plus de réalisation[79].

« La mise en mouvement de la roue de la Loi », le Dharmacakra Pravartana Sūtra, est le premier sermon du Bouddha, donné après qu'il eut atteint l'éveil[80].

Trois joyaux

aum
Symbole des Trois Joyaux. Au dessous, en sanskrit, le mantra om namo ratna trayaya (Om Louange au Trois Joyaux). Peinture sur toile.

Dans le bouddhisme, « prendre refuge dans les trois joyaux », le Bouddha, le Dharma (l'ensemble des enseignements) et le Sangha (l'ensemble des pratiquants, voir plus bas), est une cérémonie par laquelle on devient bouddhiste.

Quatre nobles vérités

Les quatre nobles vérités indiquent ce qu'il est essentiel de savoir pour un bouddhiste. Elles énoncent le problème de l'existence, son diagnostic et le traitement jugé adéquat :

  1. La vérité de la souffrance (duhkha): toute vie implique la souffrance, l'insatisfaction ;
  2. La vérité de l'origine de la souffrance : elle repose dans la soif (tṛṣṇā) : le désir, les attachements ;
  3. La vérité de la cessation de la souffrance : la fin de la souffrance est possible ;
  4. La vérité du chemin : le chemin menant à la fin de la souffrance est la voie médiane, qui suit le Noble Chemin octuple.

Trois caractéristiques de l'existence

Les trois caractéristiques ou marques de l'existence, trilakshana[81] (du sanskrit : lakṣaṇa ; pali : lakkhaṇa ; « marque »[82]) sont :

  • Anātman (absence de soi, impersonnalité) : il n'y a rien dans le monde qui ait une existence indépendante et réelle en soi, donc aucune âme (ātman), aucun soi, mais une simple agrégation de phénomènes conditionnés.
  • Anitya (impermanence) : tout est constamment changeant dans les phénomènes, on ne peut absolument rien y trouver de permanent.
  • Duḥkha (souffrance) : aucun phénomène ne peut nous satisfaire de manière ultime et définitive[83].

Ces trois caractéristiques de l'existence conditionnée se retrouvent dans les quatre sceaux de la philosophie bouddhiste[84]. Elles sont valides en tout temps et en tout lieux, et peuvent être appréhendées par une vision directe de la réalité. Le nirvāṇa, n'étant pas conditionné, échappe aux caractéristiques de souffrance et d'impermanence (il est cependant impersonnel, il n'y a donc « personne » en nirvāṇa).

Trois poisons

Le bouddhisme considère qu'il existe trois poisons pour l'esprit :

Certaines écoles en ajoutent deux : la jalousie et l'orgueil.

Selon le Bouddha, les causes de la souffrance humaine peuvent être trouvées dans l'incapacité à voir correctement la réalité. Cette ignorance, et les illusions qu'elle entraîne, conduisent à l'avidité, au désir de posséder davantage que les autres, à l'attachement et à la haine pour des personnes ou des choses.

Sa philosophie affirme que la souffrance naît du désir ou de l'envie. C'est en s'en libérant qu'il serait parvenu au nirvāṇa.

Renaissances

À cause des trois poisons et de l'interdépendance, les hommes sont assujettis au Saṃsāra (le cycle des renaissances). Le « monde » (Loka) dans lequel ils renaîtront après leur mort dépendra de leur karma, c'est-à-dire de leurs actions passées. Cette renaissance ne fait donc que prolonger indéfiniment la souffrance (« la fatigue de remplir les cimetières » dit l'Assu Sutta[85]). Conformément à la philosophie bouddhiste, ce n'est ni le même, ni un autre qui renaît. Ce n'est donc pas, comme dans le principe de la réincarnation, une âme immortelle qui se « réincarne ». En effet, la notion de réincarnation implique l’existence d’une âme immortelle qui entre et sort d’un corps et entre à nouveau dans un autre, mais, selon la croyance bouddhiste, il n’existe rien de tel.

Le Bouddha propose de se réveiller de ce cauchemar, de chasser la confusion et l'illusion pour être illuminé par la réalité. Ainsi, la souffrance et le cycle karmique seraient brisés. Il définit le « but ultime » de son enseignement comme étant « la délivrance », le « dénouement », « la libération de la souffrance » ou nirvāṇa.

Douze liens interdépendants

Pagode du temple Horyu-ji, Japon.

Les douze liens interdépendants décomposent le cycle des renaissances selon des liens conditionnés dépendant l'un de l'autre.

  1. L’ignorance (avidyā) : L’ignorance de la loi de cause à effet et de la vacuité. L'ignorance produit le karma.
  2. Le karma (les saṃskāras) : Somme des actions (conditionnées) du corps, de la parole, et de l'esprit, qui produisent la conscience.
  3. La conscience (vijñāna) : La conscience produit le nom et la forme.
  4. Le nom et la forme (nāmarūpa) : Le nom et la forme produisent les six sens.
  5. Les six sens (ṣaḍāyatana) : Les six sens (toucher, odorat, vue, ouïe, goût, mental) permettent l'apparition du contact.
  6. Le contact : Des six sortes de contacts (tactile, odorant, visuel, auditif, gustatif, mental) découlent les 6 sensations.
  7. La sensation (vedanā) : Les sensations agréables produisent l'attachement (désir ou soif).
  8. La soif (tṛṣna) : Le désir d'obtenir des sensations agréables produit la saisie, l'attachement.
  9. La saisie (upādāna) : Appropriation des objets désirables qui produit le devenir.
  10. Le devenir (bhava) : L'appropriation par la saisie produit la force du devenir, qui conduit à la (re-) naissance.
  11. La naissance (jāti) : La naissance est la condition qui produit vieillesse et mort.
  12. La vieillesse et la mort (jarāmaraṇa) : La vieillesse et la mort sans pratique de libération n'éliminent pas l'ignorance.

Noble Chemin Octuple

Roue du Dharma. Ses huit rayons symbolisent les huit membres du sentier octuple. Bronze, Période Kamakura, vers 1200, Japon. Musée national de Tokyo.

Les huit membres du noble sentier octuple (ariyāṭṭaṅgika magga) sont :

  1. la compréhension juste (Sammā diṭṭhi),
  2. la pensée juste (Samnā saṅkappa),
  3. la parole juste (Sammā vācā),
  4. l'action juste (Sammā kammanta),
  5. le mode de vie juste (Sammā ājiva),
  6. l'effort juste (Sammā vāyāma),
  7. l'attention juste (Sammā sati),
  8. la concentration juste (Sammā samādhi).

Au lieu de « juste » on lit parfois « complet » ou « total ».

Quatre incommensurables

Les quatre conduites ou sentiments pieux (brahmavihāra en sanskrit et pali) sont aussi appelés les Quatre Incommensurables car ils pourraient être développés indéfiniment. Cultivées sans l'intention de mener tous les êtres à la libération ultime, ces quatre intentions conduisent à une renaissance dans le monde céleste de Brahmā ; développées avec le désir de mener tous les êtres à la libération ultime, les quatre conduites deviennent alors « incommensurables » et conduisent à « l'éveil parfait ».

Il existe plusieurs méditations (bhāvanā) pouvant développer ces quatre « qualités morales[82] » :

  • La bienveillance ou fraternité (mettā en pali, maitrī en sanskrit), développée par la pratique de méditation appelée mettā bhāvanā ;
  • La compassion (karunā), née de la rencontre de la bienveillance et de la souffrance d'autrui, développée par la méditation appelée karunā bhāvanā ;
  • La joie sympathique ou altruiste (muditā), qui consiste à se réjouir du bonheur d'autrui (muditā bhāvanā) ;
  • L'équanimité (uppekkhā en pali, upekṣā en sanskrit) ou tranquillité, qui va au-delà de la compassion et de la joie sympathique, est un état de paix face à toute circonstance, heureuse, triste ou indifférente (uppekkhā bhāvanā).
Dzogchen Ponlop Rinpoché montrant son exemplaire passablement modifié des Étapes progressives de la méditation sur la vacuité, pour suggérer ce que l'on entend, par exemple, par « vacuité du moi ».

Vacuité

Dans le Theravāda, la vacuité (Śūnyatā) signifie qu'aucune chose n'a d'existence propre[86] (les choses n'existent que par interdépendance). Durant la méditation, la pratique de vipassanā est la contemplation de cette vacuité.

Mais le concept de vacuité, exposé par la littérature dite de la prajnaparamita, et Nāgārjuna, prend un autre sens avec le Madhyamaka. Le Madhyamaka reconnaît l'enseignement de l'interdépendance mais il considère cette roue de la vie elle-même comme vacuité.

Trois corps (kāyas) de Bouddha

Le Canon pāli désigne trois corps de Gautama Bouddha :

  • son corps formel fait des quatre éléments (pāli caturmahābhūtikāya), soit le corps historique de Gautama.
  • le corps mental (pāli manomayakāya) par lequel Gautama se rendait dans les différents mondes ou royaumes pour y puiser la sagesse.
  • le corps de la doctrine (pāli dhammakāya), l'ensemble des enseignements qui peuvent demeurer un certain temps après la mort de Gautama.

Le concept prend de l'importance dans l'école Sarvāstivādin. Mais il acquiert par la suite une signification fort différente.

En effet, dans le Mahāyāna, les trois corps, manifestations d'un bouddha, ne sont pas des entités séparées mais des expressions de l'ainsité (tathatā) qui est une. Ils y sont respectivement :

  • le Nirmāṇakāya, corps de manifestation, d'émanation. Le corps physique source d’actions bienveillantes pour sauver les êtres.
  • le Sambhogakāya, corps de félicité, ou de jouissance. Les paroles de sagesse pour enseigner et guider quiconque.
  • le Dharmakāya, corps du Réel, ou ultime. La Loi qui éveille le cœur et l’esprit.

Éthique bouddhiste et préceptes

Dans le bouddhisme, l’éthique est basée sur le fait que les actions du corps, de la parole et de l’esprit ont des conséquences pour nous-mêmes et pour ce qui nous entoure, les autres comme notre environnement. Il existe deux sortes d’actions : les actions kusala (mot pali signifiant sain, habile, favorable, positif) et les actions akusala (malsain, malhabile, défavorable, négatif).

L’éthique bouddhiste propose donc à l'être humain de prendre conscience des états d’esprit dans lesquels il se trouve et à partir desquels il agit, parle, pense et à devenir ainsi responsable tant de ses états d’esprit que des conséquences de ses actions. La pratique de l'éthique est donc une purification du corps, de la parole et de l'esprit.

Elle se décline sous forme de préceptes (pali : sīla) — les cinq préceptes et les dix préceptes sont les plus fréquemment rencontrés — qui ne sont pas des règles absolues mais des principes, des guides de comportement éthique. L'application de certains d'entre eux varie selon les personnes mais aussi selon les traditions.

Ces préceptes sont le plus souvent présentés sous une forme négative en tant qu'entraînement à ne pas faire quelque chose, mais les textes canoniques font aussi référence à leur formulation positive en tant qu'entraînement à faire le contraire. Ces derniers se déclinent en trois groupes qui sont :

  1. Cinq préceptes qui sont communs à tous les bouddhistes (laïcs et moines) de toutes traditions.
  2. Huit préceptes : durant les jours de pleine ou nouvelle lune, les laïcs pouvaient suivre une version plus sévère des cinq préceptes ainsi que trois supplémentaires, en guise de renoncement temporaire.
  3. Dix préceptes : les dix préceptes se retrouvent dans plusieurs textes canoniques (par exemple le Kûtadana Sutta, dans le Dīgha Nikāya)[87]. Au Japon, ils peuvent être dénommés jujukai[88].

Sangha : communauté des adeptes

Le Saṅgha est la communauté de ceux qui suivent l'enseignement du Bouddha. C'est un des trois lieux de refuge. On distingue le « Noble Saṅgha » (sanskrit Arya Saṅgha) constitué des êtres ayant atteint un haut niveau de libération et le Saṅgha ordinaire, comportant tous les êtres suivant la voie du Bouddha. Le terme est communément utilisé pour désigner des réunions bouddhistes.

Méditation bouddhiste

Toutes les méditations bouddhistes ont pour but le développement de la « conscience éveillée » ou « conscience sans ego », en utilisant la concentration comme un outil. Mais le bouddhisme comprend de nombreuses voies différentes, qui peuvent toutes être rattachées à ses trois principales branches :

  • le bouddhisme theravada (majoritaire en Thaïlande et en Asie du Sud-Est), issu du bouddhisme ancien, dont le cœur de la pratique est la méditation vipassana (observation des sensations et de l'attention)
  • le Zen, branche d'origine chinoise (Chan) puis japonaise (Zen) du bouddhisme mahāyāna. Dans le Zen, l'aspect religieux est plutôt moins important que dans les autres traditions bouddhistes. Il est constitué de deux voies principales : Sōtō (basé sur la méditation assise silencieuse) et Rinzai (utilisation centrale des koan)
  • le bouddhisme tibétain (dit aussi tantrique ou vajrayana); c'est la forme la plus religieuse et sa pratique est axée sur la méditation mais aussi sur des rituels et une dévotion au maître ainsi qu'à sa lignée.

Buddhānusmṛti (en) est une pratique, commune à plusieurs écoles, prenant le Bouddha comme objet de méditation.

Principales écoles

Frise : Développement et propagation des écoles bouddhistes (env. 450 av. J.-C. – env. 1300 ap. J.-C.)

  450 BCE 250 av. J.-C. 100 ap. J.-C. 500 ap. J.-C. 700
ap. J.-C.
800 ap. J.-C. 1200 ap. J.-C.

 

Inde

Sangha
Ancien

 

 

 

Dix-huit écoles anciennes Mahayana Vajrayana

 

 

 

 

 

Sri Lanka &
Asie du Sud-Est (en)

  Bouddhisme theravāda

 

 
 

 

 

 

Asie centrale (en)

 

Greco-Bouddhisme

 

Bouddhisme Tibétain

 

Bouddhisme de la Route de la Soie

 

Asie de l'Est (en)

  Chán, Tiantai, Terre pure, Nichiren

Shingon

 

 

  450 av. J.-C. 250 av. J.-C. 100 ap. J.-C. 500 ap. J.-C. 700
ap. J.-C.
800 ap. J.-C. 1200 ap. J.-C.
  Légende :   = Theravada   = Mahayana   = Vajrayana

Écoles du bouddhisme ancien

Le bouddhisme ancien, appelé parfois bouddhisme hīnayāna (terme sanskrit signifiant « petit véhicule ») par des tenants du grand véhicule, regroupe plusieurs écoles, dont une seule a survécu jusqu'à nos jours, le bouddhisme theravãda. Si plusieurs classifications sont débattues, bouddhistes et chercheurs s'accordent grosso modo à reconnaître dans le bouddhisme dix-huit écoles anciennes.

Bouddhisme theravāda

Le bouddhisme theravāda (en pāli « doctrine des Anciens », sanskrit sthaviravāda) est la forme de bouddhisme dominante en Asie du Sud et du Sud-Est (Sri Lanka, Thaïlande, Cambodge, Birmanie, Laos, parties du Viêt Nam), parmi les Chinois d’Indonésie et de Malaisie ainsi que chez certaines ethnies du sud-ouest de la Chine. Son implantation en Occident est plus récente que celle des courants zen ou vajrayāna.

Comme son nom l’indique, il se veut l’héritier de la doctrine originelle du Bouddha. À cet égard, il est apparenté aux courants définis comme hīnayāna (« petit véhicule ») par le bouddhisme mahāyāna apparu au début de l’ère chrétienne. Hinayāna et theravāda sont des termes souvent employés l’un pour l’autre, malgré les objections de nombreux pratiquants du theravāda. La « doctrine des Anciens » s'appuie sur un canon rédigé en pāli nommé Triple corbeille ou Tipitaka, comprenant de nombreux textes basés sur les paroles du Bouddha, recueillies par ses contemporains mais retranscrites bien plus tard.

Bouddhisme mahāyāna

Mahāyāna est un terme sanskrit (महायान) signifiant « grand véhicule ». Le bouddhisme mahāyāna apparaît vers le début de l’ère chrétienne dans l'Empire kouchan et dans le nord de l’Inde, d’où il se répand rapidement au Tarim et en Chine, avant de se diffuser dans le reste de l’Extrême-Orient.

Le Madhyamaka, Chittamatra, Chán (Son en Corée, Zen au Japon), la Terre pure, et le bouddhisme de Nichiren sont des écoles du bouddhisme mahāyāna.

Bouddhisme vajrayāna

Le vajrayāna est une forme de bouddhisme, nommée aussi bouddhisme tantrique, dont la compréhension peut se faire de façon intuitive ou bien nécessite la maîtrise du mahāyāna et du hīnayāna. Il contient des éléments qui l'apparentent à l'hindouisme et particulièrement au shivaïsme cachemirien. Au Tibet, le vajrayāna et le bön, religion locale, se sont influencés réciproquement.

Son nom sanskrit signifie « véhicule », yāna, de vajra, c'est-à-dire de « diamant » (indestructible et brillant comme l'ultime réalité), et de « foudre » (destructrice de l’ignorance et rapidité fulgurante). On appelle aussi ce véhicule mantrayāna et tantrayāna, puisqu’il fait appel aux mantras et tantras; on trouve aussi le nom guhyayāna « véhicule secret », donc ésotérique (en chinois mìzōng 密宗 et en japonais mikkyō).

Il est surtout pratiqué de nos jours dans la région himalayenne (Tibet, Népal, Sikkim, Bhoutan, aux confins ouest et au nord de la Chine, au nord de l’Inde) et aussi au Japon depuis le VIIe siècle à travers les écoles du Shugendo, du Shingon et du Tendai. C'est la forme de bouddhisme qui caractérise le plus le bouddhisme tibétain. On le trouve aussi en Mongolie et dans quelques régions de la Fédération de Russie (Oblasts d’Amour et de Tchita, Républiques de Touva, de Bouriatie et de Kalmoukie, Kraï de Khabarovsk), ainsi qu'au Japon (Shingon et Tendai, voir Bouddhisme au Japon). Bien que différent d'origine, le Bön tibétain est presque à tous égards un vajrayāna non-bouddhiste.

Chogyal Phagpa, l'un des cinq fondateurs de l'école Sakyapa du bouddhisme tibétain.

Bouddhisme tibétain

L'expression bouddhisme tibétain renvoie au bouddhisme vajrayāna qui s'est développé au Tibet. Il y a actuellement quatre écoles principales : Nyingmapa, Kagyüpa, Sakyapa, Gelugpa. Cette dernière est la plus connue en Occident, car le dalaï-lama en est un membre éminent.

Funérailles

Funérailles rituelles au Laos. Des moines bouddhistes tiennent une corde reliée à l'âme du défunt. Cette corde ne sera pas brûlée et les moines peuvent la garder. Près du bûcher, un « arbre à billets », auquel sont accrochés des billets de banque qui iront en offrande pour les moines.

Pour les bouddhistes, la mort fait partie du cycle de la vie. Les proches qui restent aux côtés du défunt lors de ses derniers instants n’expriment aucune douleur afin qu’il puisse se séparer de ce monde avec sérénité.

Au Tibet

Dans la tradition tibétaine, le corps du défunt ne peut pas être touché durant trois jours et demi, afin que le processus ne soit pas affecté lorsque la conscience quitte le corps. Durant 49 jours après le décès, soit le temps pour que le défunt puisse renaître sous une nouvelle forme, les bouddhistes font des rituels tous les sept jours, dont des prières et des offrandes.

Répartition mondiale

Les plus fortes concentrations se trouvent en Extrême orient ; le pourcentage est inférieur à 10 en Inde, Russie, Europe occidentale et Amérique du Nord.
Répartition nationale du bouddhisme dans le monde par pourcentage de la population.
Répartition des principales branches du bouddhisme en Asie à la fin du XXe siècle (D'après Rupert Gethin, 1998 [v. Bibliographie]).

Au Japon

Le zen naît au Japon par l'héritage du chan chinois et du son coréen et s'implante par Bodhidharma 28e patriarche descendant de Bouddha[89] et ce notamment en corrélation de temples ou dojo voués à la pratique des arts martiaux.

Après un voyage d’étude en Chine Eisai (1141-1215) va apporter au Japon la pratique du chan, bouddhisme zen issu de l'école Rinzai[90]. En 1191, il revient au Japon. Dès lors il se heurte aux écoles du bouddhisme japonais apparues aux VIIIe et IXe siècles au sein de l’aristocratie japonaise (tel l’école Tendai, Shingon ou encore celle de la terre pure). En 1199 il quitte donc Kyoto pour la ville de Kamakura où le Shogun et les membres de sa caste de samuraïs accueillent avec enthousiasme ses enseignements zen orientés vers les arts-martiaux. Hôjô Masako, la veuve du Shogun Minamoto no Yoritomo donne à Eisai une autorisation pour construire le premier centre zen à Kamakura le temple Jufuku-ji.

Dès lors Bodhidharma (達磨) appelé Daruma (だるま) (qui vient de Dharma) s'inscrit au cœur de la caste bushido[91]. Ainsi dès les débuts de la période Edo et des 250 ans de paix mis en place par le Shogunat Tokugawa[92], la voie du sabre suivie par les castes de samouraïs s’est forgée plus encore vers le bouddhisme issu du Daruma. Takuan Soho (1573-1645) prélat de la secte Rinzai[93] (auteur notamment de l’Esprit Indomptable, Écrits d’un maître zen à un maître de sabre) côtoya et influença considérablement Yagyu Munenori (Heiho kadensho) et Miyamoto Musashi (Traité des cinq anneaux) le plus célèbre samouraï du Japon aujourd’hui appartenant au trésor national japonais, artiste et philosophe qui représenta à plusieurs reprises le Daruma. Ainsi le Traité des cinq roues apparenté au cinq éléments, godai ((五大) terre, eau, air, feu, vide ou éther) qui jalonnent le bouddhisme est rappelé sur tout le territoire japonais par le gorintō (« stūpa à cinq anneaux »)[94].

En France

Depuis les années 1970, comme dans d'autres pays, le bouddhisme s'est développé en France de façon spectaculaire[95]. Plusieurs maîtres de diverses traditions y ont fondé des centres : Ryotan Tokuda, Taisen Deshimaru ou encore Thich Nhat Hanh pour le Zen et Kalou Rinpoché, Guendune Rinpoché, Dilgo Khyentse Rinpoché, Drubpon Tharchin Rinpoché pour le bouddhisme tibétain. Arnaud Desjardins a également contribué à faire connaître les enseignements du bouddhisme en France. Plusieurs organisations bouddhistes sont reconnues comme congrégations religieuses par le Bureau central des cultes qui dépend du Ministère de l'Intérieur, selon la loi du relative à la séparation des Églises et de l'État. À l'instar des religions établies en France depuis plus longtemps, le bouddhisme a également aujourd'hui ses émissions à la télévision.

Selon l'Union bouddhiste de France, il y avait en 1986 environ 800 000 bouddhistes en France dont les trois-quarts seraient d'origine asiatique. Une enquête plus récente, publiée par TNS Sofres, en avril 2007, avance un chiffre de 500 000 adeptes du bouddhisme (âgés de plus de 15 ans), représentant 1 % de la population française de cette tranche d'âge. En 1999, le sociologue Frédéric Lenoir avait estimé à cinq millions « les sympathisants » bouddhistes français[95].

Influences

Bouddhisme et philosophie occidentale entretiennent de nombreux liens. Plusieurs penseurs européens, notamment Arthur Schopenhauer et Friedrich Nietzsche, ont été inspirés par la pensée bouddhiste (et hindoue, par les Upanishad)[96],[97], qu'ils ont néanmoins appréhendée avec un certain nombre de préjugés[98].

Critiques du bouddhisme

Le bouddhisme fait l'objet de critiques de la part de religieux non bouddhistes et de scientifiques.

Critique par le jaïnisme

Les jaïns, dont la religion est basée sur l'existence de l'âme ou atman, considèrent que le bouddhisme ne respecte pas la non-violence (ahimsa) : en effet, un fidèle bouddhiste ne doit pas commettre de violence lui-même mais peut, par exemple, manger de la chair d'un animal tué par un autre ; cette attitude est condamnée par le jaïnisme, qui promeut une non-violence obligatoire pour ses disciples, exigeant de s'abstenir de la violence de neuf façons : par la pensée, par la parole et par le corps et, à chaque fois, soit personnellement (krita), soit en le commandant à d'autres (kârita), soit en consentant à son exécution par d'autres (anumodita)[99].

Critique par l'hindouisme

Si les différentes branches du bouddhisme et de l'hindouisme considèrent que la compassion (karuna) est une vertu cardinale (commune autant aux gens vivant dans la société qu'à ceux qui ont renoncé au monde)[100], il n'en reste pas moins qu'il y a des divergences métaphysiques entre le « bouddhisme » et l'« hindouisme » (différences qui n'étaient pas originellement si prononcées[n 9]) ; ainsi, le bouddhisme s'est vu critiqué par les philosophies hindoues Vaisheshika et Nyâya : « Le Vaisheshika-sutra semble s'opposer radicalement au bouddhisme par sa conception réaliste et substantialiste du cosmos et de l'homme »[101], et la philosophie Nyâya considère la notion bouddhiste d'anatman (non-Soi) comme étant illogique (par exemple, se remémorer d'un objet est impossible s'il n'y a pas un âtman (Soi connaisseur) permanent) et que la Totalité est une réalité alors que le bouddhisme affirme l'inverse :

« Tandis que le Bouddhisme pense que le tout n'existe pas, que les parties seules existent — mais pas en l'état de parties ! — alors que la doctrine védique est que le tout est plus ou moins différent de la somme des parties »

— Michel Angot, Le Nyâya-sûtra de Gautama Akshpâda, et Le Nyâya-Bhâshya d'Akshapâda Pakshilasvâmin[102].

Akshapâda Pakshilasvâmin, dans son Nyâya-Bhâshya, a réfuté les thèses de la vacuité (Śūnyatā), de l'impermanence (Anitya) et du non-Soi (Anātman).

Critique scientifique

Dans son ouvrage L'infini dans la paume de la main[103], l'astrophysicien Trinh Xuan Thuan évoque deux points de discorde entre la vision bouddhiste et la vision scientifique du monde.

Il explique que l'univers décrit par le bouddhisme est un univers cyclique qui n'a ni commencement ni fin et serait donc traversé d'une série sans fin de big bang et big crunch. Or l'avènement d'un big crunch n'est pas confirmé par les données actuelles de la science qui établissent que l'univers ne contient pas assez de matière pour le générer[réf. nécessaire]. Le modèle actuel est au contraire celui d'une expansion infinie de l'univers[réf. nécessaire] ce qui est en contradiction avec la conception d'un univers cyclique.

Dans ce même ouvrage Trinh Xuan Thuan évoque le concept bouddhiste de flots de consciences coexistants avec l'univers matériel de tout temps. Il explique que pour beaucoup de neurobiologistes la conscience est une propriété émergente de la matière vivante qui aurait passé un certain seuil de complexité. Le fait que la conscience ait pu préexister à la matière ou en dehors de celle-ci n'est pas prouvé.

Notes et références

Notes

  1. « Affirmer qu’il n’y a pas de dieu dans le bouddhisme ne signifie pas encore logiquement que le bouddhisme ne réponde en aucune manière à la question de dieu ». Jean-Daniel Causse et Denis Müller, Introduction à l'éthique : Penser, croire, agir, Labor et Fides, (présentation en ligne), p. 50.
  2. Elle est cependant présente dans les formes syncrétiques en Indonésie.
  3. Ne pas confondre avec les différents corps dits « subtils » décrits dans le Sāṃkhya et le Vedānta propre à l'hindouisme.
  4. « Rappelons que [dans l'Antiquité] les docteurs bouddhistes sont des brahmanes (Nâgârjuna, Candrakîrti, Vasubandhu, Asanga, Dharmakîrti etc.) et qu'ils partagent avec tous les brahmanes un savoir largement identique : à l'université [bouddhiste] de Nâlandâ, les études font d'autant la part belle aux disciplines brahmaniques, y compris la récitation du Veda. C'est ce qui rend en partie factice l'opposition brahmanes/bouddhistes », d'après Mahâbhâshya de Patanjali, Paspashâ, éditions, traduction et présentation de Michel Angot, collection Indika, éditions Les belles lettres, page 242 (ISBN 978-2-251-72053-1).
  5. Le CNRTL signale, lui, la première occurrence en français de « Bouddhisme » (avec h) dans un article d'Honoré de Balzac de 1830, « Des mots de la mode » (CNRTL, « Bouddhisme », [lire en ligne (page consultée le 16 juillet 2022)]) paru dans La Mode, T. 3, 1830, p. 189-194. Balzac relève que « En ce moment il existe une certaine manière d'employer les mots qui vous donne des effets pittoresques dans le discours (…): Parle-t-on de philosophie ? Oh ! qui que vous soyez, songez que si vous ne suivez pas attentivement la mode, vous pouvez être perdu à jamais, en vous servant de mots qui se terminent en comme objectivité, subjectivité, (…) quand le maître a parlé par isme, en employant les mots sensualisme, idéalisme, (…), bouddhisme, etc., ou si vous prenez les isme quand il met à la mode les ion, comme affection, sensation (…) vous pouvez passer pour un sot. » [lire en ligne (page consultée le 16 juillet 2022)]
  6. Analyse similaire chez Donald S. Lopez, Jr., « Introduction » in A Modern Buddhist Bible. Essentials Readings from East and West, Boston, Beacon Press, 2002, p. vii-xli (ISBN 978-0-807-01243-7) ainsi que David L. McMahan, The Making of Buddhist Modernism, Oxford, Oxford University Press, 2012, chap. 1 (ISBN 978-0-195-18327-6).
  7. Faure définit le rituel comme « un ensemble d'actions corporelles symboliques, conscientes et volontaires, répétitives et stylisées, centrées sur des structures cosmiques et/ou des présences sacrées. » : Faure 2015, p. 86.
  8. Gautam (Gautami au féminin et Gautama au masculin) est un nom de famille patronymique ; néanmoins, appliqué au Bouddha, sa signification n’est pas certaine.
  9. Pendant l'Antiquité, « à cette époque, il n'y a pas lieu de distinguer fortement Bouddhistes et Brahmanistes : ils parlent largement les mêmes langues, partagent certaines références, participent à des débats du même type, parfois aux mêmes débats, et pour les ténors ils sont sociologiquement brahmanes. La distance entre les uns et les autres n'était pas infranchissable : on dit que les trois empereurs Maurya furent successivement hindouiste, jaïn et bouddhiste ; cela n'était possible que si, à l'époque (IVe – IIIe siècle av. J.-C.), les différences n'étaient pas trop tranchées. À Nâlandâ, aux dires de Xuanzang, on enseignait aussi les savoirs brahmanistes, dont le Veda ». Le Nyâya-sûtra de Gautama Akshpâda, traduction de Michel Angot, éditions Les Belles Lettres, page 79 (ISBN 978-2-251-72051-7)

Références

  1. Institut d'études bouddhiques et Philippe Cornu (Dir. de la publication), « Les bouddhistes dans le monde », sur bouddhismes.net, 21 août 2018 (consulté le )
  2. (en) Kelsey Jo Starr, « 5 facts about Buddhists around the world », sur pewresearch.org, (consulté le )
  3. Odon Vallet, Petit Lexique des idées fausses sur les religions, Paris, Albin Michel, 2002 ; 2008. [lire en ligne]
  4. Buswell, Jr. et Lopez, Jr. 2014, p. 151.
  5. Lopez, Jr. 2001, p. 11-12.
  6. (en) « Buddhism (n.) », sur etymonline.com (consulté le )
  7. (en) « Buddhism - noun », sur merriam-webster.com (consulté le )
  8. Lopez, Jr. 2001, p. 12.
  9. (en) Philip C. Almond, The British Discovery of Buddhism, Cambridge, Cambridge University Press, , 200 p. (ISBN 978-0-521-35503-2, présentation en ligne, lire en ligne), p. 7
  10. Dictionnaire Historique de la langue française. Ed. Le Robert, Paris, 2010, page 272. (ISBN 978-2-84902-646-5)
  11. Dans Recherches sur Buddou ou Bouddou, instituteur religieux de l’Asie orientale, Paris, Chez Brunot-Labbe, 1817, p. xxxvi, 23, 26, etc. [lire en ligne (page consultée le 15 juillet 2022)]
  12. Roger-Pol Droit, Le culte du néant. Les philosophes et le Bouddha, Paris, Seuil, coll. « Points - Essais », 2004 [1997], (ISBN 978-2-020-61165-7) p. 61-62
  13. Damien Keown, A Dictionary of Buddhism, Oxford, Oxford University Press, 2003, (ISBN 978-0-192-80062-6), p. 45
  14. Frédéric Lenoir, La rencontre du bouddhisme et de l'Occident, Paris, Albin Michel, 2001 [1999], 393 (ISBN 978-2-226-12701-3) p. 49-54.
  15. a et b Faure 2020, p. 7.
  16. Faure 2020, p. 57-58.
  17. Faure 2020, p. 21.
  18. Faure 2020, p. 13.
  19. Becker 2016, p. 69.
  20. Harvey 1993, p. 29.
  21. Cousins 1997, p. 370.
  22. Jerryson 2013 avec références citées.
  23. Faure 2020, p. 23.
  24. a b c et d Robinson, Johnson et Bhikkhu 2004, p. xx-xxi.
  25. (en) Peter Harvey, An Introduction to Buddhism : Teachings, History and Practices, Cambridge, Cambridge University Press, , p. 4-5.
  26. Arvon 2005, p. 35.
  27. Goossaert 2010, p. 93-94.
  28. Goossaert 2010, p. 94-95.
  29. Williams, Tribe et Wynne 2012, p. 22-24.
  30. Faure 2020, p. 15.
  31. Cousins 1997, p. 372.
  32. Williams, Tribe et Wynne 2012, p. 4.
  33. Faure 2020, p. 13-14.
  34. (en) Francisca Cho et Richard King Squier, « Religion as a Complex and Dynamic System », Journal of the American Academy of Religion, vol. 81, no 2,‎ , p. 357-398 (JSTOR 24486016)
  35. (en) Michael Jerryson, « Introduction: The Buddhist System in Transition », dans Michael Jerryson (dir.), The Oxford Handbook of Contemporary Buddhism, New York, Oxford University Press, , p. 5-7.
  36. Harvey 1993, p. 29 et 32.
  37. Cousins 1997, p. 370-372.
  38. Williams, Tribe et Wynne 2012, p. 3-4.
  39. « To be a Buddhist does not entail a complete rejection of other religions or religious practices. From the very beginning Buddhism has co-existed with other religions, structuring itself around them as a sort of ‘meta-religion’ devoted to what it sees as the higher goal of finally ending suffering. » : Williams, Tribe et Wynne 2012, p. 29.
  40. (en) Stephen F. Teiser, « Folk Religion: An Overview », dans Buswell, Jr. 2004, p. 288-290.
  41. Robert 2008, p. 11-15.
  42. Régine Azria, « Avant-propos », dans Régine Azria et Daniel Hervieu-Léger (dir.), Dictionnaire des faits religieux, Paris, Presses Universitaires de Frane, , p. VII.
  43. Goossaert 2010, p. 96.
  44. André Bareau, En suivant Bouddha, Paris, Philippe Lebaud, 2000, (ISBN 978-2-866-45364-0) p. 11. Dans le même sens, v. (en) Mark Siderits, Buddhism as Philosophy, Indianapolis, Hackett Publishing Company, 2007, p. 5.
  45. (en) D.S. Ruegg, « Some Reflections on the Place of Philosophy in the Study of Buddhism », Journal of the International Association of Buddhist Studies, vol. 18, n° 2, 1995, p. 145-182. V. p. 145. [lire en ligne (page consultée le 19 juillet 2022)]
  46. Faure 2020, p. 48-49.
  47. (en) Dwight S. Wright, « Philosophy », dans Buswell, Jr. 2004, p. 647-650.
  48. Siderits 2007, p. 13.
  49. « systematic investigation of questions in ethics, metaphysics and epistemology (as well as several related fields). » : Siderits 2007, p. 5.
  50. « overarching ideas about the nature of the world and the meaning of human life that guide daily living. » : (en) Dale S. Wright, « Philosophy », dans Buswell, Jr. 2004, p. 647.
  51. Faure 2015, p. 79-80 ; 49.
  52. Dans le même sens : (en) Dale S. Wright, « Philosophy », dans Buswell, Jr. 2004, p. 647.
  53. Robert 1993, p. 449.
  54. Lionel Obadia, Le bouddhisme en Occident, La Découverte, coll. « Repères », , p. 7.
  55. Jean-Luc Toula-Breysse, Le zen: « Que sais-je ? » n° 3786, Que sais-je, (ISBN 978-2-13-079868-2, lire en ligne), p. 11
  56. Nathalie Chassériau, Bouddhisme au quotidien, Hachette Pratique, 2020 (nouvelle édition) (ISBN 978-2-019-45571-2, lire en ligne), p. 18
  57. Robert 2008, p. 13-14.
  58. Cornu 2018, p. 83.
  59. a et b Faure 2015, p. 8.
  60. Faure 2015, p. 12.
  61. Faure 2015, p. 77-78.
  62. Robert 2008, p. 12-13.
  63. Keown 2013, p. 3-14.
  64. (en) « Buddhism | Definition, Beliefs, Origin, Systems, & Practice | Britannica », sur www.britannica.com (consulté le )
  65. Encyclopædia Universalis, « BOUDDHISME - Vue d'ensemble », sur Encyclopædia Universalis (consulté le )
  66. (en) Rupert Gethin, The Foundations of Buddhism, Oxford, OUP, 1998 (ISBN 978-0-191-60671-7) p. 1
  67. a et b Faure 2015, p. 12-13.
  68. (en) Mark Siderits, Buddhism as Philosophy, Indianapolis, Hackett Publishing Company, , p. 6 n. 2 (et plus largement p. 5-11).
  69. Faure 2020, p. 57-63.
  70. Faure 2020, p. 55.
  71. « the vast array of social and cultural phenomena that have clustered around the teachings of a figure called the Buddha, the Awakened One » : Robinson, Johnson et Bhikkhu 2004, p. xix
  72. (en) Heinz Bechert (Ed.), When Did The Buddha Live? : The Controversy on the Dating of the Historical Buddha - Selected Papers Based on a Symposium held under the Auspices of the Academy of Sciences in Gottingen, Delhi, Sri Satguru Publications 1995, p. 387
  73. Jataka .i.56, 58, etc.; iv. 50, 328; vi. 479, Dhammapadatthakathā iii. 195, Dpv.iii.197; xix.18; Mhv.ii. 24, 25.
  74. Le Nyâya-sûtra de Gautama Akshpâda, traduction de Michel Angot, éditions Les Belles Lettres, (ISBN 978-2-251-72051-7)
  75. The life of the Buddha. Giuseppe Tucci, Hajime Nakamura, Frank E. Reynolds. Britannica en ligne
  76. Plaidoyer pour les animaux, Matthieu Ricard, éditions Allary, p.41, (ISBN 9782370730282)
  77. Philippe Cornu, Le bouddhisme, une philosophie du bonheur ? Douze questions sur la voie du Bouddha, Points, coll. « Sagesses », , 313 p. (ISBN 978-2-7578-7060-0, lire en ligne), p. 47
  78. (en) Donald Sewell Lopez Jr., Hyecho's Journey: The World of Buddhism, University of Chicago Press, (ISBN 978-0-226-51806-0, lire en ligne), p. XIV
  79. a et b Buswell Jr. et Lopez Jr. 2014, p. 782.
  80. Robert E. Buswell Jr. & Donald S. Lopez Jr., The Princeton Dictionary of Buddhism, Princeton, Princeton University Press, 2014 (ISBN 0-691-15786-3), page 243
  81. (en) Carl Olson, Historical Dictionary of Buddhism, Scarecrow Press, (lire en ligne).
  82. a et b Gérard Huet, Dictionnaire Héritage du Sanscrit (lire en ligne).
  83. (en) Robert E. Buswell Jr et Donald S. Lopez Jr, The Princeton Dictionary of Buddhism, Princeton University Press, , 1304 p. (ISBN 978-0-691-15786-3 et 0-691-15786-3, présentation en ligne), p. 923.
  84. Le Dalaï-Lama avec Thubten Chodön, L'enseignement du Bouddha. Un seul maître, de nombreux disciples, Paris, Odile Jacob, , 383 p. (ISBN 978-2-738-13340-3), p. 160
  85. « Assu Sutta: Tears », sur www.accesstoinsight.org (consulté le )
  86. Ringou Tulkou Rimpotché, Et si vous m'expliquiez le bouddhisme ? Paris, J'ai Lu, 2004
  87. Les préceptes du bouddhisme « http://ledroitcriminel.free.fr/la_science_criminelle/le_droit_naturel/theologie_morale/preceptes_bouddhisme.htm »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  88. Damien Keown, A Dictionary of Buddhism, Oxford, Oxford University Press, 2003, (ISBN 978-0-192-80062-6), p. 132
  89. La lignée officielle des maîtres Chan se constitue ultérieurement ; l’un des premiers documents qui mentionne Bodhidharma en tête du Chan chinois est l’épitaphe de Fărú (法如 638–689), disciple de Hongren. (Heinrich Dumoulin, « Early Chinese Zen Reexamined: A Supplement to Zen Buddhism: A History », Japanese Journal of Religious Studies, vol. 20, n° 1, 1993, p. 31–53. V. p. 37) [lire en ligne (page consultée le 13 octobre 2021)]
  90. Robert E. Buswell Jr., Donald S. Lopez Jr., The Princeton dictionary of buddhism, Princeton, Princeton University Press, 2014 (ISBN 0-691-15786-3), p. 557.
  91. Heinrich Dumoulin, James W. Heisig et Paul F. Knitter, Zen Buddhism: A History: Japan, World Wisdom, 2005, p. 31 (ISBN 0-941532-90-9).
  92. Tokitsu, Kenji, 1947-, Miyamoto Musashi : maître de sabre japonais du XVIIe siècle : l'homme et l'œuvre, mythe et réalité, Editions désiris, , 408 p. (ISBN 2907653547 et 9782907653541, OCLC 41259596, lire en ligne), p. 289, 290
  93. Takuan Sōhō, L'Esprit indomptable. Écrits d'un maître de zen à un maître de sabre, Noisy-sur-École, Budo Éditions, , 112 p. (ISBN 978-2908580877), p. 9
  94. Kōjien Japanese Dictionary.
  95. a et b Frédéric Lenoir, Le Bouddhisme en France, Fayard, 1999 (ISBN 978-2-2136-0528-9)
  96. Alphonse Vanderheyde, Nietzsche et la pensée bouddhiste, Harmattan, (ISBN 978-2-296-03354-2, lire en ligne), préface de Michel Hulin
  97. François Chenet, « Schopenhauer et l'Inde », Les Etudes philosophiques, vol. 75, no 4,‎ , p. 559–563 (ISSN 0014-2166, DOI 10.3917/leph.054.0559, lire en ligne, consulté le )
  98. Françoise Bonardel, Bouddhisme et philosophie: en quête d'une sagesse commune, Harmattan, (ISBN 978-2-296-05797-5, lire en ligne), p. 9
  99. Vilas Adinath Sangave, Le Jaïnisme, Philosophie et religion de l'Inde, trad. de Pierre Amiel, Éd. Tredaniel, 1999 (ISBN 2-84445-078-4) p 167.
  100. Le Nyâya-sûtra de Gautama Akshpâda, et le Nyâya-Bhâshya d'Akshapada Pakshilasvâmin, traduction de Michel Angot, éditions Les Belles Lettres, page 474 (ISBN 978-2-251-72051-7)
  101. Encyclopédie de la philosophie, Le Livre de Poche, page 1632 (ISBN 2-253-13012-5).
  102. Le Nyâya-sûtra de Gautama Akshpâda, et le Nyâya-Bhâshya d'Akshapada Pakshilasvâmin, traduction de Michel Angot, éditions Les Belles Lettres, page 422 (ISBN 978-2-251-72051-7)
  103. Trinh Xuan Thuan et Matthieu Ricard, L'infini dans la paume de la main, Nil Éditions, 2000, (ISBN 978-2-702-85948-3)

Voir aussi

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Grands textes du bouddhisme

Articles ou chapitres introductifs

  • Cécile Campergue, « Le bouddhisme : Histoire, écoles, enseignements », Religion & Histoire, no 48,‎ , p. 28-67
  • (en) L. S. Cousins, « Buddhism », dans John R. Hinnels (dir.), A New Handbook of Living Religions, 2nd Edition, Malden, Wiley-Blackwell, , p. 369-444
  • Vincent Goossaert, « Bouddhisme », dans Régine Azria et Daniel Hervieu-Léger (dir.), Dictionnaire des faits religieux, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige - Dicos Poche », , p. 92-99
  • Jean-Noël Robert, « Bouddhisme », dans Jean Delumeau (dir.), Le fait religieux, Paris, Fayard, , 781 p. (ISBN 978-2-213-02940-5), p. 92-99

Ouvrages introductifs sur le bouddhisme

  • (en) Paul Williams, Anthony Tribe et Alexander Wynne, Buddhist Thought : A Complete Introduction to the Indian Tradition, New York, Routledge, , 2e éd.
  • Henri Arvon, Le bouddhisme, Paris, PUF, coll. « Quadrige grands textes », , 146 p. (ISBN 2-13-055064-9)
  • Heinz Bechert et Richard Gombrich, Le monde du bouddhisme, Paris, Bordas, , 293 p.
  • Cécile Becker, Le bouddhisme : Retracer l'histoire, comprendre les fondements et découvrir les pratiques de la religion bouddhique, Paris, Eyrolles, (ISBN 978-2-212-56362-7)
  • Samuel Bercholz et Sherab Chödzin Kohn, Pour comprendre le bouddhisme, Pocket, (ISBN 2-266-07633-7)
  • Edward Conze (trad. de l'anglais par Marie-Simone Renou, préface de Arthur Waley, Avant-propos de Louis Renou), Le bouddhisme dans son essence et son développement, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2002 [1951], 304 p. (ISBN 978-2-228-89671-9)
  • Drubpon Tharchin Rinpoché, Le précieux guide bouddhiste, Paris, PUMBO, , 188 p. (ISBN 978-2957190508)
  • Guillaume Ducoeur, Initiation au bouddhisme, Paris, Ellipses, coll. « Initiation à », , 384 p.
  • Bernard Faure, Idées reçues sur le bouddhisme : Mythes et réalités, Paris, Le Cavalier Bleu, (ISBN 978-2-84670-998-9). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Bernard Faure, Le bouddhisme, tradition et modernité, Paris, Le Pommier, , 216 p. (ISBN 978-2-746-51055-5). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Emmanuel Guillon, Les philosophies bouddhistes, Paris, PUF, coll. « Que sais-je? », , 127 p. (ISBN 978-2-130-47165-3)
  • Dennis Gira, Comprendre le bouddhisme, Paris, Le Livre de Poche, , 222 p. (ISBN 2-253-14366-9)
  • Dennis Gira, Le Bouddhisme à l'usage de mes filles, Paris, Seuil, , 222 p. (ISBN 978-2-020-33543-0)
  • Peter Harvey, Le Bouddhisme. Enseignements, histoire, pratiques, Paris, Seuil, coll. « Points Sagesses », 2016 [1993], 528 p. (ISBN 978-2-757-86294-0)
  • François-Xavier Houang, Le bouddhisme : de l'Inde à la Chine, Paris, Librairie A. Fayard, coll. « Je sais, je crois », , 126 p.
  • (en) Damien Keown, Buddhism : A Very Short Introduction, Oxford, Oxford University Press,
  • Claude B. Levenson, Le bouddhisme, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », , 128 p. (ISBN 2-13-054164-X)
  • (en) Donald S. Lopez, Jr., The Story of Buddhism : A Concise Guide to Its History and Teachings, San Francisco, HarperSanFrancisco,
  • Maurice Percheron, Le Bouddha et le bouddhisme, 1re, coll. « Microcosme "Maîtres spirituels" », , 191 p.
  • Walpola Rahula (préf. Paul Demiéville), L'enseignement du Bouddha d'après les textes les plus anciens, Éditions du Seuil, coll. « Points sagesses », (réimpr. 2003), 188 p. (ISBN 2-02-004799-3)
  • (en) John S. Strong, Buddhisms. An Introduction, London, Oneworld Book, , xxv, 450 (ISBN 978-1-780-74505-3)

Études spécialisées sur le bouddhisme

  • René de Berval (dir.), Présence du bouddhisme, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque illustrée des histoires », , 824 p. (ISBN 978-2-070-70516-0) / Réédition abrégée, Gallimard, coll. « Tel », 2008, 574 p. (ISBN 978-2-070-12012-3).
  • Philippe Cornu, Le Bouddhisme, une philosophie du bonheur ?. Douze questions sur la voie du Bouddha, Paris, Seuil, coll. « Points Sagesses », (1re éd. 2013), 320 p. (ISBN 978-2-757-87060-0). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jean Filliozat, « Le bouddhisme (§ 1929-2386) », dans Louis Renou, Jean Filliozat et al., L'Inde classique. Manuel des études indiennes, vol. II, Paris, EFEO, (réimpr. n° 8) (1re éd. 1953), 758 p. (ISBN 978-2-855-39560-9), p. 315 - 608 (v. en part. les § 2368 - 2386 et passim)
  • Paul Magnin, Bouddhisme, unité et diversité : expériences de libération, Paris, Éditions du Cerf, , 763 p. (ISBN 2-204-07092-0)
  • Raimon Panikkar, Le Silence du Bouddha. Une Introduction à l'athéisme religieux, Paris, Actes Sud, , 476 p. (ISBN 978-2-742-76523-2)
  • Jean Przyluski, Buddhica : documents et travaux pour l'étude du bouddhisme, Paris, P. Geuthner,

Histoire

  • Jean Boisselier, La sagesse du Bouddha, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes » (no 194), , 192 p. (ISBN 978-2-072-83985-6)
  • Colette Caillat (coord.), « Le bouddhisme ancien, sur le chemin de l'Éveil », Religion & Histoire, no 8,‎ , p. 12-75
  • Étienne Lamotte, Histoire du bouddhisme indien : des origines à l'Ère Sáka, Louvain, Institut orientaliste, , 852 p.
  • (en) Erik Zürcher, Buddhism : Its Origin and Spread in Words, Maps and Pictures, New York, St. Martin's Press, , 96 p.
  • Jean-Noël Robert, Petite histoire du bouddhisme, Paris, Librio,
  • (en) Richard H. Robinson, Willard L. Johnson et Thanissaro Bhikkhu, Buddhist Religions : A Historical Introduction, Belmont (CA), Wadsworth/Thomson, , 5e éd., xxiii, 357 (ISBN 978-0-534-55858-1, lire en ligne)

Anthologies

  • Anne Bancroft, Le Bouddha parle, Kunchab, , 136 p. (ISBN 978-9-074-81547-5) (L'original en anglais est toujours disponible: The Buddha Speaks - A book of guidance from Buddhist scriptures, Shambala Editions, 2000).
  • André Bareau, En suivant Bouddha, Paris, Ed. du Félin, 2000 [1985], 301 p. (ISBN 978-2-866-45364-0)
    Ouvrage "rassemblant et commentant les écrits fondamentaux du bouddhisme antique. (...) Les textes ont été choisis dans les Sutta Pitaka et les Vinaya Pitaka." (4e de couverture)
  • (en) Edward Conze, I.B. Horner, David Snellgrove et Arthur Waley, Buddhist Texts Through the Ages. Newly translated from the origninal Pali, Sanskrit, Chinse, Tibetan, Japanese and Apabhramsa, Oneworld Publications, (1re éd. 1954), 336 p. (ISBN 978-1-780-74398-1, lire en ligne)
  • (en) Edward Conze, Buddhist Scriptures, Penguin Books, coll. « Penguin Classics », , 250 p. (ISBN 978-0-140-44088-1, lire en ligne)
    "Buddhist Texts [through the Ages] is arranged according to schools [while] this selection (...) concentrates on the central tradition of Buddhism, at the expense of the more peripheral developments, on that which is common rather than that which separates." (E. Conze, p. 11)
  • Pierre Crépon, Les grands textes du bouddhisme, Paris, Albin Michel, coll. « Spiritualités vivantes », 2016 [1991], 336 p. (ISBN 978-2-226-32652-2)
  • Jean Eracle (trad. choix, Textes choisis, présentés et trad. du chinois par Jean Eracle), Paroles du Bouddha tirées de la tradition primitive, Paris, Seuil, , 246 p. (ISBN 2-02-013182-X)
  • Jean Eracle, Enseignements du Bouddha : Textes tirés du Canon bouddhique chinois, Paris, J'ai lu, coll. « Librio Spiritualité », , 96 p. (ISBN 978-2-290-14361-2)
  • (en) Gethin Rupert, Sayings of the Buddha, New York, Oxford Press, coll. « Oxford World's Classics », , LV - 307 p. (ISBN 978-0-192-83925-1)
  • (en) Donald S. Lopez, Jr. (éd.), Buddhist Scriptures, Londres, Penguin Books, coll. « Penguin Classics », , 608 p. (ISBN 978-0-140-44758-3)
  • Lilian Silburn (dir.), Aux sources du bouddhisme, Paris, Éditions Fayard, , 538 p. (ISBN 2-213-59873-8)
  • Môhan Wijayaratna, Les entretiens du Bouddha. La traduction intégrale de 21 textes du canon bouddhique., Paris, Seuil, coll. « Points Sagesses », , 264 p.
  • Môhan Wijayaratna (trad. du pali), Sermons du Bouddha, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points sagesses », , 246 p. (ISBN 2-02-081572-9)

Art

  • Louis Frédéric, Les dieux du bouddhisme : Guide iconographique, Paris, Flammarion, coll. « Tout l'art », 2006 [1992], 360 p. (ISBN 978-2-080-11600-0).
  • Gilles Béguin, L'Art bouddhique, Paris, CNRS Éditions, , 416 p. (ISBN 978-2-271-06812-5, BNF 42102420).

Encyclopédies et dictionnaires

  • (en) Robert E. Buswell, Jr. (dir.), Encyclopedia of Buddhism, New York, Macmillan Reference USA, , 1000 p.
  • (en) Robert E. Buswell, Jr. et Donald S. Lopez, Jr., The Princeton Dictionary of Buddhism, Princeton, Princeton University Press, , 1304 p. (ISBN 978-0-691-15786-3). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Philippe Cornu (dir.), Dictionnaire encyclopédique du bouddhisme, Paris, Éditions du Seuil, , 841 p. (ISBN 2-02-036234-1)
  • Kurt Friedrichs et al. (trad. de l'allemand par Monique Thiollet), Dictionnaire de la sagesse orientale (Bouddhisme - Hindouisme - Taoïsme - Zen), Éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 752 p. (ISBN 978-2-221-05611-0)
  • (2 tomes)
  • (en) Ingrid Fischer-Schreiber, Franz-Karl Ehrhard et Michael S. Diener, A concise dictionary of Buddhism and Zen, Boston, Shambala, 2010 [1991], 280 p. (ISBN 978-0-877-73520-5)
  • (en) Damien Keown et Charles S. Prebish (dir.), Encyclopedia of Buddhism, Londres et New York, Routledge,
  • (en) Jonathan A. Silk (Ed. in chief), Oskar von Hinüber et Vincent Eltschinger (co-Eds.), Brill's Encyclopedia of Buddhism, vol. I+II, Leyde et Boston, Brill, 2015 - 2019

Filmographie

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Bouddhisme.
  • (en) Donald S. Lopez on « Buddhism's 4 Big Unanswered Questions », sur youtube.com, 58 min. , 2022 (?) / (Consulté le 19 juillet 2022)