Trizay-Coutretot-Saint-Serge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Trizay-coutretot-saint-serge)

Trizay-Coutretot-Saint-Serge
Trizay-Coutretot-Saint-Serge
Église Saint-Martin de Trizay.
Blason de Trizay-Coutretot-Saint-Serge
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Nogent-le-Rotrou
Intercommunalité Communauté de communes du Perche
Maire
Mandat
Bertrand de Monicault
2020-2026
Code postal 28400
Code commune 28395
Démographie
Population
municipale
439 hab. (2018 en diminution de 5,18 % par rapport à 2013)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 17′ 36″ nord, 0° 52′ 05″ est
Altitude Min. 125 m
Max. 230 m
Superficie 11,15 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Nogent-le-Rotrou
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Nogent-le-Rotrou
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Trizay-Coutretot-Saint-Serge
Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir
Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Trizay-Coutretot-Saint-Serge
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trizay-Coutretot-Saint-Serge
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trizay-Coutretot-Saint-Serge
Liens
Site web Site officiel

Trizay-Coutretot-Saint-Serge est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire. Elle fait partie de l'ancienne province du Perche.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans la région naturelle du Perche au sein du canton de Nogent-le-Rotrou

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Berthe.
La Berthe.

Le territoire de la commune est traversé par la rivière la Berthe, affluent de la Rhône, sous-affluent de l'Huisne et donc de la Loire par la Sarthe puis la Maine.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Trizay-Coutretot-Saint-Serge est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nogent-le-Rotrou, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 25 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[3],[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Trizay est attesté sous les formes Tarzei en 1183, Trisi vers 1250, Triseyum en 1351[5], Trisay en 1793 et 1801, Trizay-au-Perche.
Trisay absorbe en 1835, Coutretot / Saint-Serge.

Coutretot est attesté sous les formes Cortretost en 1218, Corruistour en 1239, Curia Estroudi vers 1270, Curia Estrodi en 1351[6].

Saint-Serge est un hagiotoponyme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

De 1643 à 1685, il y eut 3 collectes fiscales : Coutretot-Trizay-Vichères-Saint-Médard, Élection de Longny, qui regroupait la paroisse de Coutretot, partie de celle de Trizay-au-Perche et partie de celle de Vichères ; la collecte de Trizay-au-Perche, élection de Mortagne, comprenant le reste de la paroisse de Trizay-au-Perche ; la collecte de Vichères, élection de Mortagne, formée de l’autre partie de Vichères.

En 1685, la suppression de l’élection de Longny et les modifications de limites entre les Élections de Chartres et de Mortagne entraînèrent l’éclatement de la collecte de Coutretot-Trizay-Vichères-Saint-Médard : la collecte de Coutretot devint indépendante avec le territoire de la paroisse religieuse ; les 2 parties de Trizay-au-Perche et de Vichères furent réunies selon le territoire de leur paroisse religieuse respective pour former deux collectes indépendantes ; toutes ces collectes furent rattachées à l’élection de Mortagne.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

  • La réunion de Trizay-au-Perche avec Coutretot et Saint-Serge fut réalisée par Ordonnance Royale du , sous le nom de Trizay-Coutretot-Saint-Serge, dont le chef-lieu se situe à Trizay (A.N.-F 2 II Eure-et-Loir 2, plan annexé à la minute) ;
  • De 1908 à 1935, la commune est desservie par les Tramways d'Eure-et-Loir sur la ligne reliant Bonneval, Brou et Nogent-le-Rotrou.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1888 1904 Adolphe Philippe Désiré Pelletier   Cultivateur
mars 2001 mars 2008 Daniel Braesch    
mars 2008 En cours Bertrand de Monicault[7],[8]   Ancien cadre

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2018, la commune comptait 439 habitants[Note 3], en diminution de 5,18 % par rapport à 2013 (Eure-et-Loir : −0,22 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
241247252159151553549580606
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
588587559548552532538505502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
498442409395381373346355352
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
322286326412448450460470456
2018 - - - - - - - -
439--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église romane Saint-Martin de Trizay ;
  • Église Saint-Brice de Coutretot ;
  • Chapelle Saint-Serge ;
  • Manoir de La Gadelière, XVIe siècle ;
  • Manoir de Miermaux, XVIe siècle ;
  • Manoir du Plessis ;
  • Château de Trémont : cloche en bronze du XVIIIe siècle, Logo monument historique Inscrit MH (1943)[13].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Trizay-Coutretot-Saint-Serge (Eure-et-Loir).svg

Les armoiries de Trizay-Coutretot-Saint-Serge se blasonnent ainsi :

D’argent aux trois chevrons de gueules, au chef ondé de sinople chargé de trois portails de chapelle d’argent maçonnés de sable et soutenu d’azur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paroisse Saint-Lubin du Perche (préf. Abbé Daniel Rambure, curé), Ces 36 églises ont quelque chose à vous dire..., , 101 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 décembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 décembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 décembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 décembre 2020)
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Droz, , p. 497.
  6. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : Formations dialectales (suite) et françaises, Droz, , p. 1662.
  7. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 10 août 2020)
  8. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 août 2020)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. « Cloche », notice no PM28000599, base Palissy, ministère français de la Culture.