Triumvirat (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Triumvirat
Pays d'origine Allemagne
Genre musical Rock progressif
Années actives 1969-1977
Site officiel www.triumvirat.net
Composition du groupe
Membres Hans-Jürgen Fritz
Werner " Dick " Frangerberg
Hans Pape
Helmut Köllen
Hans Bathelt
Barry Palmer

Triumvirat était un groupe rock progressif allemand fondé en 1969 à Cologne et qui devint durant les années 1970 une figure marquante de l'Eurock, le rock progressif d'Europe continentale, aussi appelé Krautrock. Les musiciens de la formation originale étaient Hans-Jurgen Fritz aux claviers, Werner Frangerberg à la basse et au chant et le parolier batteur-percussionniste Hans Bathelt. Ce qui est étonnant et n'aida sûrement pas à donner une certaine stabilité au trio furent les fréquents changements de musiciens tout au long de leur carrière, à chaque album un membre les quittait pour être remplacé par un autre. Et puis, on a souvent reproché au groupe leur ressemblance plus que frappante avec le trio britannique ELP, mais là où ça devenait vraiment ironique, c'est lorsque paraît l'album Ilusions on a double dimple sur lequel se trouve la chanson Lucky girl. Un des plus grands succès du groupe ELP s'intitule justement Lucky man.

Le terme Triumvirat est un dérivé du mot latin triumvirate, qui désigne un regroupement de trois hommes vraiment très puissants, une référence au groupe.

Cet article est une traduction de l'article anglophone sur Wikipédia consacré au groupe Triumvirat.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le groupe commença à se faire connaitre en jouant des succès des charts dans des clubs locaux de la ville de Cologne, en Allemagne. Déjà, la musique des Nice et d'Emerson, Lake & Palmer était pour eux une grande influence, à tel point qu'ils incorporaient des pièces de ces formations dans leur répertoire, tel que "Rondo" et Hoedown" par exemple. Ils délaissèrent vite les chansons des autres toutefois et se mirent à composer leur propre musique personnelle avec toujours une très nette influence de Keith Emerson, particulièrement dans le son des claviers, l'orgue Hammond entre autres. Au faîte de leur gloire, ils furent souvent qualifiés de "clone" d'ELP, pas seulement à cause de la ressemblance de leur musique et du son des claviers, mais aussi par la virtuosité classique de leur claviériste Hans-Jurgen Fritz.

Au début des années 1970, le trio envoya une démo à la maison de disques EMI à Cologne, ainsi ils purent signer leur premier contrat de disques. Ils publièrent alors leur tout premier album, Mediterranean Tales/Across the waters en 1972, composé de deux longues suites d'une face chacune. Mais entretemps, le bassiste Frangerberg ayant quitté, il fut remplacé juste avant que le trio n'entre en studio par Hans Pape à la basse et au chant. Ils entreprirent une tournée en Europe et en Amérique, aux États-Unis ils jouèrent en première partie de Fleetwood Mac. De retour en Allemagne, ils retournèrent en studio afin de produire leur deuxième album, « Illusions on a Double Dimple » en 1974 avec l'Opera House Orchestra de Cologne et la section de cuivres de Kurt Edelhagen et le saxophone de Karl Drewo pour la suite Mister Ten Percent, ainsi que les chœurs de Ulla Wiesmer, Brigitte Thomas & Hanna Dölitzsch. Mais encore une fois, ils perdirent leur bassiste-chanteur, Hans Pape les quitta à la suite de son mariage pour être remplacé par Helmut Kollen, un jeune guitariste bassiste chanteur. Mais assez étonnamment, chaque face à son caractère propre puisque sur la majeure partie de la suite « Illusions.. », on entend la basse et le chant de Hans Pape, sur le reste c'est Helmut Kollen qui prend le relais.

Spartacus et décès du bassiste Helmut Kollen[modifier | modifier le code]

Tout cela nous mène à l'année 1975 alors que le trio entame l'enregistrement de leur troisième album, "Spartacus", qui raconte l'histoire de cet esclave et gladiateur thrace en l'an 73 avant Jésus Christ. Les paroles furent écrites par le batteur-parolier Hans Bathelt avec l'aide du claviériste Hans-Jurgen Fritz et l'album parut sur EMI Electrola, distribué aux États-Unis par les disques Capitol, il se retrouva ainsi en 27e position sur les charts du Billboard. Malheureusement, le bassiste Helmut Kollen décéda en 1975 à seulement 27 ans, après avoir quitté le groupe pour entamer une carrière solo. Il écoutait les démos de son futur album solo sur la radio-cassette de sa voiture garée dans son garage alors que celle-ci était en marche, il fut empoisonné par le monoxyde de carbone. Son album fut terminé puis sortit à titre posthume deux ans plus tard sous le titre "You Won't See Me" sur disques Harvest.

L'album contient une chanson des Beatles, en fait la pièce-titre, qu'il affectionnait beaucoup et aussi une pièce dont les paroles furent écrites par le batteur de Triumviurat, "The story of life". Les musiciens présents sur l'album furent, entre autres, Hans-Jurgen Fritz aux claviers, Brigitte Witt aux chœurs que l'on retrouverait plus tard avec le New Triumvirat ainsi que la sœur de Helmut Elke Kollen aussi aux chœurs, Matthias Holtmann à la batterie et Helmut lui-même à la guitare, à la basse et au chant. Il enregistra aussi à titre d'invité, quelques chansons avec le groupe Jail, dont un single intitulé "Julie" en 1976, l'album porte le titre "You can help me". Peu de temps après son décès, le groupe allemand Birth Control enregistra et publia une chanson en hommage au bassiste, intitulée "We all thought we knew you", elle est sur leur album Increase sortit en 1977.

Et pour ce qui est de Triumvirat, le groupe décida malgré tout de poursuivre, en engageant un chanteur britannique Barry Palmer et en appelant à la rescousse leur premier bassiste Werner Frangerberg, sortit alors leur nouvel album "Old loves die hard" en 1976. Ce serait la dernière pochette du groupe à contenir le petit rat blanc, qui était la mascotte du groupe depuis leur deuxième album.

En 1977, autres changements de personnel, le bassiste Frangerberg et le batteur-parolier de la formation originale Hans Bathelt quittent le navire et on fait alors appel à Curt Cress à la batterie de la formation allemande Passport et au bassiste Dieter Petereit pour l'album Pompeii, présenté sous la nouvelle appellation de New Triumvirat, à la suite de querelles légales provisoires concernant le nom du groupe. Ce sera du reste le dernier album à être encore progressif, le reste de leur discographie ne serait plus la même chose. C'est d'ailleurs la raison majeure du départ du batteur et parolier Hans Bathelt, insatisfait de la direction que prenait Jurgen Fritz et des pressions de la maison de disques, qui poussaient le groupe vers une musique plus pop et donc plus commerciale.

L'album suivant qui sort en 1979, À La Carte, n'a plus grand chose à voir avec le Triumvirat progressif des albums précédents, cela dû aux pressions de la maison de disques qui voulait plus de ventes de la part du groupe. Étant seul pour mener la barque - les autres musiciens présents sur l"album étant engagés par contrat et étant simples salariés, ils n'avaient donc pas voix au chapitre -, Fritz ne se sent pas de taille pour protester et faire valoir ses idées et son point de vue, il doit donc céder et le résultat est cet album qui se vend d'ailleurs moins bien que les autres. Et à nouveau, changement de musiciens pour cet album, Barry Palmer a quitté pour être remplacé par David Hanselmann au chant, Werner Kopal a pris la place du bassiste Dieter Petereit alors que Curt Cress cède son poste au batteur Matthias Holtmann.

Et enfin, en 1980, sort ce qui sera le dernier album de la formation, Russian Roulette, avec des musiciens tels que entre autres Steve Lukather à la guitare et à la basse ainsi que Jeff Porcaro à la batterie du groupe américain Toto plus d'autres musiciens de studios. Mais il ne reflète plus le talent du claviériste Fritz qui mettra fin à l'aventure après ce qu'il considère comme l'album de la fin.

Toutefois, Hans-Jurgen Fritz n'avait pas encore dit son dernier mot en termes de musique, puisqu'il sortit en 1989, un album qui consiste en une Bande Originale de film intitulé Es Ist Nicht Leicht Ein Gott Zu Sein pour le film It's hard to be a god sur étiquette CBS. La dernière pièce musicale, Hard to be a god était chantée par Grant Stevens, le reste de l'album étant instrumental. Un film de Peter Fleischmann, sur un scénario de Peter Fleischmann et Jean-Claude Carrière, avec Edward Zentara et Werner Herzog. Puis en 1990, il sort à nouveau un album chez Columbia en Europe et chez Sony pour l'Amérique, dans la collection Millenium intitulé Dreams Of Amadeus avec Ralf Hildenbeutel, dont les musiques sont basées sur des thèmes de Mozart.

Depuis l'année 2002, selon le site officiel du groupe, Triumvirat devait être de retour avec un projet intitulé "The Website story" avec des chansons écrites en partenariat avec Fritz et John Miles, mais il semblerait qu'aucune maison de disque n'aurait démontré d'intérêt... En 2012, EMI ont sorti la seule et unique compilation du groupe, "Essential" avec des chansons de leurs sept albums. À noter que tous leurs albums, à l'exception du dernier Russian Roulette ont été réédités en 2002 avec des titres supplémentaires, autrefois disponibles uniquement en singles, mention spéciale pour Illusions on a double dimple qui a été orné d'une pochette différente.

Discographie[modifier | modifier le code]

Singles ;

  • Be Home For Tea / Broken Mirror (1972) Harvest – 1C 006-29 976
  • Ride In The Night / Sing Me A Song (1973) Harvest – 1C 006-30 407, EMI Electrola – 1C 006-30 407 U
  • Dancer's Delight / Timothy (1973) Harvest – 1C 006-30 484, EMI Electrola – 1C 006-30 484
  • Dimplicity / Million Dollars (1974) Harvest, EMI Electrola - 1C 006-30 576
  • Take A Break Today / The Capitol Of Power (1976) Harvest, EMI Electrola 1C 006-31 609
  • Waterfall / Jo Ann Walker (1978) Harvest, EMI Electrola 1C 006-45 189
  • The Hymn / Dance on the vulcano (1978) Harvest – 1C 006-32 548, EMI Electrola – 1C 006-32 548
  • Waterfall / (Oh, I'm) Late Again (1978) Capitol Records – SPRO-9080, Capitol Records – SPRO-9081
  • Party Life / Games (1980) Harvest, EMI Electrola 1C 006-45 918

Albums :

  • Mediterranean Tales (Across The Waters) (1972)
  • Illusions on a Double Dimple (1974)
  • Spartacus (1975)
  • Old loves die hard (1976)
  • Pompeii (1977)
  • À La Carte (1978)
  • Russian Roulette (1980)

Compilations :

  • The Gold Collection (1995) Distribution exclusive à l'Allemagne, sur cet album, est incluse une chanson des Beach Boys, Darlin'.
  • The Best of Triumvirat (1995) EMI Gold 853658 2 Parution exclusive au Brésil.
  • The Best Of The Gold Collection - Novo Réédition du premier Gold Collection, disponible uniquement au Brésil.
  • Veni, Vidi, Vici (2000)
  • Essential (2012) EMI – 50999 6 44353 2 9

Disques pirates[modifier | modifier le code]

  • Triumvirat - Illusions On A Double Dimple Live-Palace Theatre, Providence, États-Unis Octobre 1974.
  • Triumvirat - Illusions On A Double Dimple Live - St. Bernard Cultural Center, Chalmette, LA, États-Unis Novembre 1974,
  • Triumvirat Live from Ultrasonic - Enregistré au Studio Ultrasonic de Hempstead, New York, le 1 Octobre 1974.
  • Triumvirat Live Tour 1974-75 - Tournée américaine de 1974 - 75.

Helmut Kollen : You won't see me[modifier | modifier le code]

  • It's Hard To Love You 5: 46
  • I Walk On The River 3:53
  • Station 3:19
  • Dear Poor Boy 7:19
  • Playin' This Song Together  ?
  • Listen Lady 4:38
  • Main Street 4:17
  • The Story Of Life 4:23 Paroles Hans Bathelt Musique Helmut Kollen
  • You Won't See Me 6:03 Lennon-McCartney

Personnel[modifier | modifier le code]

  • Helmut Köllen : chant, guitare acoustique et électrique, basse
  • Jürgen Fritz : claviers, producteur
  • Dieter Petereit : basse
  • Matthias Holtmann : batterie
  • Brigitte Witt : chœurs
  • Elke Köllen : chœurs
  • Plus une section de cordes et d'instruments à vents.

Hans-Jurgen Fritz[modifier | modifier le code]

    • Singles :
  • 1982 : Ohne Moos Nix Los/Keiner Kümmert Sich Um Mich - Synth Pop
  • 1982 : Nix-Keiner Kümmert Sich Um Mich - Synth Pop
  • Albums solos :

1989 - Es Ist Nicht Leicht Ein Gott Zu Sein CBS – 466250

  1. Ouverture 3:24
  2. The Eyes Of Anka 2:01
  3. Rumata's Arrival (Opening Titles) 3:21
  4. Suren's Escape 1:45
  5. Kyras Theme 2:21
  6. Anticipation 4:02
  7. The Valley Of The Swords 2:25
  8. Rumata & Pampa (The Ride) 4:50
  9. Love Theme 3:06
  10. The Shadow Of Death (Reba's Theme) 3:00
  11. The Battle 2:04
  12. The City Of Arkaner 1:48
  13. Rumata & Pampa (Reprise) 1:05
  14. Finale & Epilogue 4:54
  15. Hard To Be A God 4:03

1990 - Dreams Of Amadeus Columbia – COL 468863 2, Sony Music – 468863 2

  1. Dreams Of Amadeus
  2. A Stranger At The Ball
  3. The Lonely Princess
  4. A Sentimental Journey
  5. Scarlett Slippers
  6. Arabian Dance
  7. Magical Opera
  8. Like A Puppet On A String
  9. Amadeus' Musical Clock
  10. At The End Of The Rainbow

Liens externes[modifier | modifier le code]