Tristan Mendès France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tristan Mendes France)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mendès, France et Mendès France.
Tristan Mendès France
Image illustrative de l'article Tristan Mendès France
Tristan Mendès France en 2007.

Surnom TMF
Naissance (46 ans)
Bordeaux (Gironde)
Nationalité Français
Médias
Média principal Radio
Télévision
Internet

Tristan Mendès France, né à Bordeaux le , est un blogueur, écrivain et réalisateur français. Il intervient dans le domaine des nouvelles cultures numériques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Michel Mendès France et petit-fils de Pierre Mendès France, Tristan Mendès France naît en 1970 à Bordeaux, dans la Gironde.

Il passe en 1995 une maîtrise de droit public à l'Université Paris 1, puis s'oriente vers des études de science politique à la Sorbonne où il se spécialise en politique et en nouvelles technologies de la communication. Il passe un DEA de science politique en 1996 et commence une thèse (qu'il n'achève pas) sous la direction de Lucien Sfez, au CREDAP (Centre de recherches et d'études sur la décision administrative et politique ; anciennement hébergé par l'Université de Paris I jusqu'à sa fermeture)[1].

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Il a été l'assistant parlementaire du sénateur PS Michel Dreyfus-Schmidt[2] de 1998[3] à 2008[4].

Il est depuis fin 2008, intervenant au CELSA[5], où il délivre des cours aux Master 1 et 2 sur les nouvelles cultures numériques. Il est chargé de cours à Paris 7 (Diderot) en licence depuis février 2011 sur la même thématique et délivre des formations « web2 » à l’École des Métiers de l'information[6] à Paris depuis 2009.

Media[modifier | modifier le code]

Il a participé à une série d'émissions radio sur la politique et l'histoire sur RCJ de 1996 à 2001[7] et a été chroniqueur pour le magazine TOC[8]. Chroniqueur occasionnel sur France Culture dans l'émission Place de la Toile depuis novembre 2008[9]. Il intervient sur France 24[10] en tant que spécialiste « Web2 ».

Activités associatives[modifier | modifier le code]

Il a été administrateur de l'association Ensemble contre la peine de mort jusqu’en 2007, parraine l’association Anticor, est membre du « comité scientifique » de la revue ProChoix et est militant pro-avortement depuis 1998. Il est administrateur et secrétaire général de l’Institut Pierre-Mendès-France, consacré à la mémoire de son grand-père.

Activités web[modifier | modifier le code]

À partir de 2006, il développe, avec Alban Fischer, un vidéo-blog-reportage participatif sur des sujets tels que le génocide par les Khmers rouges au Cambodge, le génocide arménien en Turquie et, en mai 2007, sur la question des réfugiés du Darfour, en partenariat avec l'Institut national de l'audiovisuel [11]. Ce qui les a conduit à réaliser Une journée à Gaga : camp de réfugiés du Darfour[12], documentaire produit par l'INA. Pour cette initiative de blogtrotters, ils obtiennent en 2007 le Prix Michel-Colonna-d’Istria[13] délivré par le Geste (Groupement des éditeurs de services en ligne[14]) et sont finalistes du Online Journalism Awards 2008[15].

Engagé contre les dictatures du monde, il lance avec Cinquième étage production[16], un web-documentaire satirique sur la dictature birmane : Happy World[17] pour la version en ligne prévue en juin 2011 et un documentaire diffusé sur Planète en avril 2011 (voir ci-dessous).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Avec Michaël Prazan, Une tradition de la haine : figures autour de l’extrême droite, Paris, Paris-Méditerranée, coll. « Documents, témoignages et divers », , 153 p. (ISBN 2-84272-054-7, notice BnF no FRBNF37040145)
  • Avec Michaël Prazan, La Maladie numéro neuf : récit historique d'après le Journal officiel du 3 décembre 1920, Paris, Berg international, , 107 p. (ISBN 2-911289-28-5, notice BnF no FRBNF38835480)
  • Docteur la mort : enquête sur un bio-terrorisme d’État en Afrique du Sud, Lausanne-Paris, Favre, , 162 p. (ISBN 2-8289-0682-5, notice BnF no FRBNF38876758)
  • Gueule d’ange : nationalité : Argentin ; activité : tortionnaire ; statut : libre, Lausanne-Paris, Favre, , 121 p. (ISBN 2-8289-0723-6, notice BnF no FRBNF38985894)
    À propos d'Alfredo Astiz.

Chapitres[modifier | modifier le code]

  • Avec Valérie Jeanne-Perrier, « Du micro au macro : quand le journaliste témoigne d'un événement par Twitter : approche comparée de la pratique du live-tweet par deux profils journalistiques autour du procès Breivik, entre avril et juin 2012 », dans Nicolas Pélissier, Gabriel Gallezot (dir.) et al. (préf. Manuel Zacklad), Twitter : un monde en tout petit ?, Paris, L'Harmattan, coll. « Communication et Civilisation », (ISBN 978-2-343-00253-8, notice BnF no FRBNF43550780), p. 73-97
  • « L'importance de bien configurer son bouquet d'abonnements sur Twitter », dans Olivier Aïm, Stéphane Billiet (dir.) et al., Communication, Paris, Dunod, coll. « Openbook : licence-bachelor », (ISBN 978-2-10-072210-5, notice BnF no FRBNF44365810), p. 63-65

Documentaires[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. « La revue scientifique Quaderni » Article scientifique publié : « Turing et son test : une alchimie contemporaine ? », Quaderni, 1996, n° 30-1].
  2. « Blogs en stock », Union syndicale des collaborateurs parlementaires le 21 mars 2007.
  3. Biographie de Tristan Mendès France sur Bibliomonde.
  4. [Journal l'Alsace/Le Pays http://interne.alsapresse.com/jdj/08/09/09/RP/5/article_27.html
  5. «CELSA» Intervention mai 2009 au CELSA.
  6. [1]
  7. « Mention RCJ » Mention de son travail à RCJ
  8. « TOC » Chroniques régulières in fine.
  9. « La doxa conspirationniste sur le net », première chronique de Tristan Mendès France dans Place de la Toile sur France Culture.
  10. [2]
  11. BlogTrotters.
  12. Vidéo sur le site de l'INA
  13. Vidéo de la remise du prix.
  14. Site du Geste
  15. [3]
  16. [4]
  17. [5]
  18. [6]

Liens externes[modifier | modifier le code]