Trisquel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trisquel
Logo
Trisquel 7.0 LTS « Belenos »
Trisquel 7.0 LTS « Belenos »

Famille GNU/Linux
Type de noyau Linux-libre
État du projet Actif
Plates-formes x86, x86-64
Entreprise /
Fondateur
Rubén Rodríguez Pérez (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Entreprise /
Développeur
Communauté Trisquel et Sognus Ltd
Licence Plusieurs licences libres
États des sources Logiciel libre
Première version Voir et modifier les données sur Wikidata
Dernière version stable Belenos 7.0 LTS (3 novembre 2014)
Méthode de mise à jour APT
Environnement graphique GNOME ou LXDE
Gestionnaire de paquets dpkg
Site web trisquel.infoVoir et modifier les données sur Wikidata

Trisquel est une distribution GNU/Linux et un système d’exploitation libre (sous entendu totalement libre) constituée exclusivement de logiciels libres (applications et pilotes), et soutenue à ce titre par la Free Software Foundation. Elle est dérivée d’Ubuntu, et propose plusieurs déclinaisons.

La communauté Trisquel refuse de permettre l'usage de pilotes non libres, elle remarque que tandis que le nombre d'utilisateurs de GNU/Linux se développe, beaucoup de distributeurs de distributions n'en profitent pas pour éduquer ces nouveaux utilisateurs à chérir et protéger leur liberté. Ainsi aux yeux de ces nouveaux utilisateurs, GNU/Linux devient progressivement juste un autre système d'exploitation, ceci réduisant leur éducation concernant l'importance du logiciel libre pour leur propre liberté. Après des années d'observation et d'expérience, la communauté Trisquel estime que ces compromis (faciliter l'installation de logiciels et de pilotes non-libres) ne font que perpétuer le problème[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Originaire de Galice, en Espagne, le système est utilisable dans de nombreuses langues (grâce aux sources Ubuntu), mais les éléments spécifiques sont traduits en anglais (par défaut), basque, catalan, chinois, français, galicien, hindi, portugais et espagnol (castillan).

Trisquel est également distribué en live-CD, ce qui permet de le tester et de vérifier la compatibilité technique du système (recommandé).

La distribution ne permettant pas l'utilisation de pilotes non libres, elle ne fonctionne pas sur tous les ordinateurs, encore moins sur les ordinateurs portables (en particulier pour cause d'absence de pilotes libres pour certaines cartes WI-FI[2]).

Son nom vient du triskell, un symbole celte datant du deuxième âge du fer, et le logo est un Triskelion qui selon Framasoft est « fait de 3 tourbillons Debian, signifiant l’évolution et la sagesse. »

Historique[modifier | modifier le code]

Le projet est né en 2004, sponsorisé par l’Université de Vigo (en Galice), et a été officiellement présenté pour la première fois en 2005 avec Richard Stallman, le fondateur du projet GNU[3].

À l’origine développée à partir de Debian, la source est devenue mi-2008 avec la version 2.0 les dépôts Ubuntu, mais vidés de tout logiciel propriétaire donc de tout ce qui est étiqueté non-free packages. Le noyau Linux est également proposé dans une version différente de celle d’Ubuntu, n’incluant pas de paquet non-libre (Linux-libre).

Le projet a ainsi été intégré fin 2008 à la liste des quelques distributions GNU/Linux reconnues libres[4] selon les recommandations[5] du projet GNU lui-même.

Selon la présentation par le site Framasoft en août 2009 « c’est peut-être la distribution 100 % libre la plus aboutie[6]. »

Version longue (LTS) et courte (STS)[modifier | modifier le code]

Trisquel GNU Linux 6.0 LTS « Toutatis ».

Comme Ubuntu, Trisquel utilise le terme LTS, qui signifie Long Term Support (support à long terme), afin de distinguer les versions dont le support sera proposé pendant au moins les cinq années suivant leur sortie. Les autres versions sont étiquetées STS, qui signifie Short Term Support (support à court terme).

À partir de la version 6.0 (2013), Trisquel annonce changer de rythme et ne sortira plus de versions à support court terme STS tous les six mois, mais se concentrera à améliorer régulièrement la version LTS[7] ainsi que la fin des versions Trisquel Edu et Trisquel Pro.

Déclinaisons[modifier | modifier le code]

Toutes les versions incluent (version logiciel dans la dernière édition stable) :

Trisquel[modifier | modifier le code]

La version Trisquel classique, prévue pour l’utilisation personnelle. Elle inclut : le support du réseau, le multimédia, des logiciels de gestion classique, des jeux, le lecteur d'écran Orca, et un lecteur multimédia capable de lire les DVD et la plupart des vidéos.

Trisquel Mini[modifier | modifier le code]

Version destinée aux ordinateurs vieillissants (ex: moins de 1 Go de mémoire vive), aux netbooks[8], et aux personnes voulant un système léger et rapide. Contrairement à la version "normale" elle contient l'environnement de bureau LXDE au lieu de GNOME.

Trisquel NetInstall[modifier | modifier le code]

Appropriée aux serveurs. Démarrage via l'interface en ligne de commande.

Trisquel Sugar TOAST[modifier | modifier le code]

Pour enfants et enseignants. Utilise l'environnement de bureau Sugar desktop[9], lequel fait aussi fonction d'espace numérique de travail.

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

Il est devenu possible de lire des vidéos de YouTube au moyen de la prise en charge de la norme HTML5 par YouTube[10].

Historique des déclinaisons[modifier | modifier le code]

Déclinaisons abandonnées[modifier | modifier le code]

Trisquel Edu[modifier | modifier le code]

Trisquel LTSP server via iTALC

Cette version est destinée à l’univers éducatif, elle inclut notamment les logiciels LTSP et iTALC[11]. Elle supporte également les alternatives peu coûteuses au tableau blanc digital utilisant la télécommande Wii de la console de jeu Wii de Nintendo.

Trisquel Pro[modifier | modifier le code]

Cette version est destinée aux petites entreprises. Elle inclut d’une part des logiciels de gestion comme Abanq, Openbravo POS, GnuCash, d’autre part des logiciels de sécurité comme un pare-feu graphique (Firestarter), un antivirus (ClamAV + l'interface ClamTK), mais aussi le logiciel Wine pour émuler des logiciels prévus pour Windows.

Elle fut abandonnée en 2012[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Origine :
Debian GNU/Linux
Basé sur :
Ubuntu
Trisquel Variantes :
Trisquel mini