Tripou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tripoux)

Tripou
Image illustrative de l’article Tripou
Tripous.

Lieu d’origine Massif central
Place dans le service Plat principal des repas ou de déjeuner au petit matin
Température de service Chaude
Ingrédients Tripe de veau, pied (parfois) et pansette de mouton, sel, poivre
Accompagnement vin blanc
sancerre, quincy, saint-pourçain, reuilly ou pouilly-sur-loire

Le tripou (« tripette » en français, pluriel tripous et non tripoux[1]) est un plat de ménage à base de tripes de veau. On en trouve en Auvergne mais également dans l'Aveyron et le Haut-Languedoc.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom est une francisation du terme occitan tripon qui se prononce « tripou ».

Préparation[modifier | modifier le code]

Les tripous sont préparés avec de la tripe de veau coupée, garnie de morceaux plus petits de panse puis roulée dans une panse de mouton (souvent de l'agneau) et attachée avec du boyau fin ou une ficelle. Leur cuisson se fait pendant plus de quatre heures dans un fond de veau, salé, poivré, aromatisé de vin blanc, avec carottes et tomates.

Commerce[modifier | modifier le code]

La fraise de veau, qui entre dans la composition, a été pendant un temps interdite à la vente puis autorisée à nouveau en 2015. De ce fait, elle n'était majoritairement plus utilisée dans les tripous du commerce.

Pansette de Gerzat[modifier | modifier le code]

Pansette de Gerzat.

Ce mets, très proche du tripou, est élaboré avec une panse d’agneau farcie de panses hachées. Cette très vieille recette était faite à base « de moutons élevés dans ce qui était un marais aux portes de Gerzat. Elle se présente sous forme d’une boule de 8 à 10 cm de diamètre. Cette triperie cuite, dont l’enveloppe est le bonnet d’agneau, contient les autres parties de l’estomac : le feuillet, la panse et la caillette avec oignons, sel poivre[2],[3] ».

Ce mets est généralement consommé grillé, ou en papillote ou bien encore en sauce. Celle-ci peut être soit au vin blanc, soit à la moutarde, soit au bleu d’Auvergne. Il s'accompagne le plus souvent de légumes tels que les lentilles, les pommes de terre ou le chou[2].

Service[modifier | modifier le code]

Les tripous sont servis le plus souvent avec un aligot (tome fondue dans une purée de pommes de terre) en Aveyron, de la truffade en Auvergne (pommes de terre en rondelles rissolées avec de la tome de salers) ou tout simplement des pommes de terre cuites à l'eau.

Ce plat se mange aussi traditionnellement tôt le matin, parfois après avoir passé une nuit blanche (mariage, soirée en discothèque, fête de village, etc.). Les tripous sont constitués principalement de collagène (protéines) : moins de 5 % de matières grasses, moins de 100 kcal/100 g. Ils sont connus pour leur odeur caractéristique.

Accord mets-vin[modifier | modifier le code]

Ces deux mets appellent un vin blanc, sec, jeune et fruité, comme un sancerre, un quincy, un saint-pourçain, un reuilly ou un pouilly-sur-loire[4].

Préparations similaires[modifier | modifier le code]

Fêtes gourmandes[modifier | modifier le code]

  • Chaque année la fête des Tripoux, qui a lieu à Thiézac, est l'occasion d'un concours et de dégustations[5].
  • Tous les deuxièmes week-end d'octobre a lieu la foire à la pansette de Gerzat. On y trouve la Confrérie des paladins de la pansette de Gerzat[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tripous ou tripoux », sur lanaucelloise.fr (consulté le ).
  2. a b et c « La Confrérie des paladins de la pansette de Gerzat a fêté ses 20 ans », sur confrerie-myrtille-forezienne.org (consulté le ).
  3. « Conseil français des confréries », sur conseil-francais-confreries.fr (consulté le ).
  4. « Quels vins choisir avec les tripoux ? », sur vin-vigne.com (consulté le ).
  5. « Des tripoux pour tous les goûts à Thiézac », sur lamontagne.fr (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]