Tripel Karmeliet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tripel Karmeliet
Description de l'image Tripel Karmeliet (glass).jpg.
Généralités
Brasseur Brasserie Bosteels
Date de création 1996
Caractéristiques
Type Fermentation haute
Degré d'alcool 8,4 % vol.

La Tripel Karmeliet ou Triple Carmélite en français est une bière belge du groupe AB-Inbev, lancée en 1996 par la brasserie Bosteels, selon une recette originale de 1679. C'est une bière de fermentation haute, possédant un haut degré d'alcool (8,4 % alc./vol.). Elle est fabriquée à partir de trois céréales : l'orge, le froment et l'avoine.

Description[modifier | modifier le code]

La Tripel Karmeliet est fabriquée à la brasserie Bosteels à Buggenhout (qui produit aussi la Kwak et la Deus) en Flandre-Orientale. Son étiquette arbore le logo des Belgian Family Brewers.

Son élaboration est inspirée d'une recette des frères carmes de Termonde qui, suivant un recueil d'histoire locale, développaient un tel produit au XVIIe siècle[1], d'où son nom de Tripel Karmeliet[2]. Conçue selon les principes de fabrication du pain multi-céréales[2], sa recette prescrit l’utilisation de trois sortes de céréales, le froment, l’avoine et l’orge[2], qui sont chacune brassée à la fois crue et maltée[1]. Le mot « Tripel » fait référence style de bière triple[2], un type de bière spéciale contenant plus de malt et donc un plus fort degré alcoolique. Bière de fermentation haute, elle développe en effet haut d'alcool de 8,4 %[3].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Cette bière blonde contient des nuances de doré et de bronze avec un col de mousse crémeux[1]. Ses caractéristiques découlent, en plus des trois céréales, d'un houblonnage contrôlé avec du houblon de type Styrian généreusement aromatisé en épices ainsi que de la levure maison aux notes marquées de vanille et de banane[1]. D'une grande finesse et d'une grande complexité, la Tripel Karmeliet est une bière douce, presque sucrée qui combine arômes de céréales, épices et agrumes[4] : on y décèle les notes orangées du houblon, le moelleux de l'avoine ainsi que la fraîcheur du froment[5], rehaussées de notes de vanille qui se conjuguent à une sécheresse épicée et citronnée qui n'est pas sans évoquer la quinine[1].

Service[modifier | modifier le code]

Elle est servie dans un verre bombé et décoré avec des fleurs de lys stylisées, un des verres les plus élégants de Belgique, selon l'écrivain et expert international en bière Michael Jackson, dessiné par Antoine Bosteels, créateur de cette bière et directeur de la brasserie [6] rachetée par le groupe brassicole AB-Inbev en 2017[7].

Pour servir la Tripel Karmeliet, il faut pencher le verre et verser lentement. La mousse doit s’étendre du sommet de la fleur de lys jusqu’au haut du verre.

Triple Karmeliet, verre et bouteille

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1998 : médaille d'or World Beer Cup (USA)
  • 2002 : médaille d'argent World Beer Cup (USA)
  • 2000 : médaille exceptionelle Beverage Testing Institute (USA)
  • 2004 : médaille de bronze Brewing Industry International Awards (Londres)
  • 2005 : médaille d'or European Beer Star (Allemagne)
  • 2008 : meilleure bière de haute fermentation au monde World's Best Ale (Londres), décerné au terme d'une dégustation à l'aveugle par un jury professionnel réuni à Londres[5]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Michael Jackson, Grandes bières de Belgique, Lannoo Uitgeverij, (ISBN 9789020965971, lire en ligne), p. 398
  2. a b c et d Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Bières belges 2018, Petit Futé, (ISBN 9791033167433, lire en ligne), pt76
  3. (en) Erik Verdonck et Luc de Raedemaeker, The Belgian beerbook, Terra - Lannoo, Uitgeverij, (ISBN 9789401440707, lire en ligne), pt423
  4. Yann Champion, Choisir sa bière - super facile, Solar éditions, (ISBN 9782263153662, lire en ligne), pt98
  5. a et b C. M., « Championne du monde », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne)
  6. Michael Jackson, Grandes bières de Belgique, Lannoo Uitgeverij, (ISBN 9789020965971, lire en ligne), p. 399
  7. « AB InBev a déboursé 210 millions d'euros pour la brasserie Bosteels (Kwak, Karmeliet) », sur RTBF Info, (consulté le 20 juillet 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :