Trioxyde d'uranium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trioxyde d'uranium
Trioxyde d'uranium
Identification
No CAS 1344-58-7
No EINECS 215-701-9
PubChem 74013
Apparence poudre jaune orangé
Propriétés chimiques
Formule brute O3UUO3
Masse molaire[1] 286,0271 ± 0,0009 g/mol
O 16,78 %, U 83,22 %,
Propriétés physiques
fusion décomposition : 200-650 °C
Masse volumique 6 020 kg·m-3
Précautions
Matériau radioactif
Composé radioactif
Directive 67/548/EEC[2]
Très toxique
T+
Dangereux pour l’environnement
N



SGH[2]
SGH06 : ToxiqueSGH08 : Sensibilisant, mutagène, cancérogène, reprotoxiqueSGH09 : Danger pour le milieu aquatique
Danger
H300, H330, H373, H411,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le trioxyde d'uranium, également appelé oxyde d'uranyle ou oxyde d'uranium(VI), est le composé chimique de formule UO3. C'est un solide dont la variété cristalline la plus courante, dite γ-UO3, se présente sous la forme d'une poudre jaune orangé.

Production et utilisation[modifier | modifier le code]

On produit le trioxyde d'uranium à travers trois méthodes, dont deux sont utilisées industriellement dans le retraitement des déchets de centrales nucléaires et dans les procédés d'enrichissement en uranium :

(en) Méthodes de production du trioxyde d'uranium
Article connexe : Oxyde d'uranium.

Dangerosité du trioxyde d'uranium[modifier | modifier le code]

Article principal : Uranyle.

Le trioxyde d'uranium présente la même dangerosité que l'uranyle : outre sa nocivité par radioactivité lorsqu'il est enrichi en isotopes radioactifs de l'uranium, UO3 est également chimiquement toxique pour l'organisme et s'accumule dans les tissus où il altère les chromosomes jusqu'à provoquer des cancers et des affections congénitales lorsqu'il atteint les gamètes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b Entrée de « Uranium compounds » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 14 septembre 2011 (JavaScript nécessaire)
  3. (en) Sheft I, Fried S, Davidson N, « Preparation of Uranium Trioxide », Journal of the American Chemical Society, vol. 72,‎ 1950, p. 2172–2173 (DOI 10.1021/ja01161a082)
  4. (en) Wheeler VJ, Dell RM, Wait E, « Uranium trioxide and the UO3 hydrates », J. Inorganic Nuclear Chemistry, vol. 26,‎ 1964, p. 1829–1845 (DOI 10.1016/0022-1902(64)80007-5)
  5. (en) Dell RM, Wheeler VJ, « Chemical Reactivity of Uranium Trioxide Part 1. — Conversion to U3O8, UO2 and UF4 », Transactions of the Faraday Society, vol. 58,‎ 1962, p. 1590–1607 (DOI 10.1039/TF9625801590)