Triops cancriformis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Triops (mythologie).

Le triops crancriformis est un crustacé aquatique d'eau douce de la famille des notostracés genre des triops, apparu il y a près de 300 millions d'années[1] sous des formes plus grandes (20 à 40 cm). Des fossiles datant du carbonifère[2] et du paléozoïque ont été trouvés.

C'est une espèce européenne devenue rare[3], qu'on trouve notamment en France (Corse comprise[3]), là où elle n'a pas disparu de son aire de répartition. En raison de la fragmentation, raréfaction (à cause du drainage agricole et de la canalisation des cours d'eau), destruction (comblement) ou pollution (par les pesticides notamment) de ses habitats éphémères liés aux pluies ou aux inondations temporaires, répartis dans les vastes plaines inondables d'Europe. Cette espèce est considérée comme « en voie de disparition dans toute son aire de distribution »[4].

Comme les autres espèces de Triops, les triops crancriformis sont considérés comme fossiles vivants (c'est-à-dire appartenant à une espèce dite « panchronique »). La présence de l'espèce vivante ou fossile donne des indications sur le milieu (actuel ou paléopaysage[5])

Habitat, répartition[modifier | modifier le code]

C'est une espèce européenne[6] devenue rare et menacée, qu'on trouve encore par exemple en Autriche dans le camp militaire d'Allentsteig[7]. Comme d'autres crustacés (daphnies, copépodes), elle survit facilement dans les mares temporaires grâce à des œufs très résistants[8].

La dynamique de populations de cette espèce est mal connue en Europe, mais a été localement étudiée, par exemple dans des mares temporaires près d'Espolla (Nord-Est de l'Espagne) de 1996 à 1997 sur une période comprenant six périodes d'inondation, avec mesure de la taille, du sexe de chaque individu, et pour les femelles du nombre d'œufs portés dans les oostegopodes. Les variations de sex-ratio et de fécondité ont semblé étroitement liés à la durée de l'hydropériode (période d'inondation), la mortalité des femelles semblant plus élevée durant les périodes de sécheresse. Deux hypothèses ont été émises afin d'expliquer cette mortalité : un effort reproductif différentiel et une prédation sélective selon la taille (par les hérons notamment). Par rapport à d'autres populations connues de notostracés, cette population espagnole était caractérisée par de faibles densités maximales et par des densités plus élevées en printemps-été qu'en hiver (durant l'hydropériode).

Statut, menaces[modifier | modifier le code]

L'espèce et considérée comme en voie de disparition au Royaume-Uni et dans la plupart des pays européens[9], sans doute en raison de la destruction de ses habitats, mais plus probablement d'une dégradation de la qualité de l'eau, par les pesticides ou eutrophisants, car ses œufs sont particulièrement résistants à l'exondation, et les triops dans le monde ont mieux survécu dans les zones épargnées par l'agriculture intensive.

La vente d’œufs et des prélèvements dans la nature pour en faire des NAC (Nouveaux animaux de compagnie) est une cause possible de régression. En captivité ils n'atteignent généralement que 5 ou 6 cm de long, mais dans la nature, on en a trouvé mesurant jusqu'à 11 cm[9].

Les œufs hors de l'eau font preuve d'une grande résistance, mais sont néanmoins sensibles aux conditions thermohygrométriques[10],[11].

Reproduction, dispersion[modifier | modifier le code]

Ses stratégies de dispersion sont mal connues, le transport d'œufs ou de propagules par les oiseaux, constaté pour d'autres crustacés plus petits, pourrait être un des moyens[12], mais à démontrer.

On a montré à la fin des années 1990 que selon les données disponibles, pour les populations étudiées, et d'après des études en microscopie de gonades mâles et femelles, le mode de reproduction est parthénogénétique et/ou bisexuelle et non basé sur l'hermaphroditisme[13].

Chaque follicule ovarien de la femelle de Triops cancriformis est formé de quatre cellules (un ovocyte et trois cellules nourricières) reliées entre elles par des ponts cytoplasmiques[14]. Lors de l'ovogenèse, au cours de la différenciation cellulaire, les cellules nourricières sont très tôt reconnaissables, elles deviennent rapidement plus grosses que l'ovocyte et leurs noyaux contiennent de nombreux nucléoles[14].

Pour la première fois chez des arthropodes, des « globules jaunes » ont été découverts dans le cytoplasme des cellules nourricières, ils proviennent du réticulum endoplasmique lisse. La signification fonctionnelle des ponts intercellulaires comme du rôle trophique des cellules nourricières ont fait l'objet d'études [14],[15].

Génétique et taxonomie[modifier | modifier le code]

En tant qu'espèce très ancienne[16] d'arthropode crustacé, Triops cancriformis intéresse fortement les biologistes et les généticiens.

  • Le sex-ratio[17] ou le développement larvaire de cette espèce ont été étudiés, dont aux premiers stades à partir d'œufs desséchés mais encore vivant[18]
  • La formation morphogénétiques de l'œil de ce triops, par association d'ommatidies (unités fonctionnelles photoréceptrices de l'œil composé issue d'un recrutement de cellules indifférenciées, sous le contrôle de facteurs de signalisation, avec passage par un stade "préclusters") est comparable à celle des insectes[19]. Et les cellules individuelles et des paires de cellules qui construisent une ommatidie chez cette espèce, semble également identique à ce qu'on observe chez les insectes.
  • La formation de la carapace de ce Triops a été étudiée aux échelles microscopiques[20], ainsi que la relation entre cette formation et la biologie des populations[20].
  • Au début des années 2000, l'ADN mitochondrial complet (mtNDA) d'un Triops cancriformis a été séquencé[21]. L'espèce possède 15 101 paires de bases avec un contenu en A+T de 69 %[21].
    L'arrangement des gènes était proche de celui de la puce d'eau (Daphnia pulex, premier crustacé au génome séquencé, qui compte 31 000 gènes contre 23 000 pour l'homme[22], ce qui fait de cette puce d'eau un organisme modèle pour la génomique comparative et environnementale[23]) et de celui de (Penaeus monodon), mais différait de celui d'une crevette (artemie) des eaux saumâtres Artemia franciscana. Phylogénétiquement, l'espèce semble plus étroitement liée à la puce d'eau au Québec de la crevette de Saumure et crevette géante tigrée[21].
    Ce génome a été comparé à des séquences d'ARNr 16S prélevés sur des individus provenant de cinq zones différentes et conservés dans des musées d'histoire naturelle, la divergence n'était que de 0 à 1,51 % ce qui suggère que ces individus appartenaient à des populations génétiquement apparentées[21].
  • Des marqueurs génétiques (locus microsatellites) [24] ont également été étudiés dans les années 2000 en Italie.
  • L'étude des variations morphologiques et génétiques des individus observés dans les populations européennes laisse penser que bien que cette espèce soit réputée très ancienne, l'apparition de sous-espèces de T. cancriformis a été entravée par des phénomènes à mieux comprendre (glaciations, avec populations relictuelles ayant trouvé refuge en Espagne[25] ?, stratégie de reproduction ?) ou qu'il serait nécessité d'envisager une révision de la classification pour cette espèce. Une autre hypothèse ; que l'analyse de l'ADN mitochondrial suggère, est que l'espèce n'a recolonisé la plupart des régions d'Europe que très récemment (après la dernière glaciation. La stratégie de reproduction de T. cancriformis est encore mal connue, mais les marqueurs de l'ADN nucléaire utilisés pour étudier la structure des populations laisse penser de la diversité allélique est faible entre et au sein des populations (par rapport aux autres Branchiopodes (daphnies par exemple), ce qui fait dire aux spécialistes que l'espèce est en situation de grande vulnérabilité et que la conservation et restauration d'habitats éphémères[26] appropriés aux conditions de vie de cette espèce est une priorité si l'on veut la protéger.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Wingstrand KG (1978) Comparative spermatology of the Crustacea Entomostraca. 1. Subclass Branchiopoda. Det Kongelige Danske Videnskarbernes Selskab Biologiske Skrifter , 22 , 1–66
  • Zaffagnini F, Trentini M (1980) The distribution and reproduction of Triops cancriformis (Bosc) in Europe (Crustacea, Notostraca). Monitore Zoologico Italiano, 14, 1–8.
  • Brendonck, L. (1996) Diapause, quiescence, hatching requirements: What we can learn from large branchiopods (Crustacea: Branchiopoda: Anostraca, Notostraca, Conchostraca). Hydrobiologia 320: 85-97
  • Brtek, J. & Thiery, A. (1995) The geographic distribution of European branchipods (Anostraca, Notostraca, Spinicaudata, Laevicaudata). Hydrobiologia 298:263-280.
  • Hempel-Zawitkowska, J. (1967) Natural history of Triops cancriformis (Bosc). Zool. Poloniae 17: 173-239.
  • Hotovy, R. (1937) Zur Kopulation von Triops cancriformis BOSC . Zool. Anz. 120:29-32.
  • Hughes, I. (1997a) Management guidelines for the welfare of zoo animals - Tadpole shrimp Triops cancriformis . 1 edn. Dudley: The federation of Zoological Gardens of Great Britain and Ireland - Fish & Aqatic Invertebrate Taxon Advisory Group.
  • Hughes, I. (1997) Conservation breeding of the tadpole shrimp Triops cancriformis in Britain . Aqu. Sci. Cons. 1: 5-18.
  • Jeffries, M.J. (2001) Modelling the incidence of temporary pond microcrustacea: The importance of dry phase and linkage between ponds . Israel J. Zool. 47: 445-458.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://planetearth.nerc.ac.uk/features/story.aspx?id=212
  2. P. Guthörl, Die Arthropoden aus dem Carbon und Perm des Saar-Nahe-Pfalz-Gebietes. PreussGeologische Landesanstalt Abhandlungen NF 164 (1934)
  3. a et b Culioli, J.-L. Mori, C. Orsini, A. Marchand, B. Distribution and status of the large Branchiopoda (Crustacea) in Corsica, France  ; Environment Identities and Mediterranean Area, 2006. ISEIMA '06. First international Symposium on Issue Date: 9-12 July 2006 On page(s): 271 - 273 Location: Corte-Ajaccio Print (ISBN 1-4244-0231-X) ; DOI: 10.1109/ISEIMA.2006.344960 ; 10 avril 2007
  4. Thorid Zierold, Morphological variation and genetic diversity of Triops cancriformis (Crustacea: Notostraca) and their potential for understanding the influence of postglacial distribution and habitat fragmentation, Thèse, en allemand, Fakultät für Chemie und Physik ; Technischen Universität Bergakademie Freiberg eingereichte, Freiberg, den 7. April 2006, PDF, 234 pages
  5. Fryer, G. (1985) Structure and habitats of living branchiopod crustceans and their bearing on the interpretation of fossil forms. Trans. R. Soc. Edinb. 76: 103- 113.
  6. Zaffagnini F., Trentini M. ; The distribution and reproduction of Triops cancriformis (Bosc) in Europe (Crustacea, Notostraca) ; Monitore zoologico italiano (N.S.) 1980 ; 14(-):1-8.
  7. Allentsteig, camp d'entraînement militaire, Documentaire ARTE / ORF, 2010, 79 min ; 1re diffusion : Ven., 13. mai 2011, 23 h 02
  8. Dexter, R.W. (1973) Persistence of viability in the eggs of certain phyllopod Crustacea and its ecological significance. Am. Zool. 13: 1341-1342
  9. a et b Tadpole shrimp - Triops cancriformis, consulté 2009/04/20
  10. Hempel-Zawitkowska, J. & Klekowski, R.Z. (1968) The influence of desiccation at different air humidities on hatchability of Triops cancriformis (BOSC) eggs. Pol. Arch. Hydrobiol. 15 (28): 183-189.
  11. Fumiki Takahashi, Pioneer life of the tadpole shrimps, Triops spp.(Notostraca: Triopsidae) [PDF], Applied Entomology and zoology, 12(2), p. 104-117, 1977
  12. Green, A.J. & Figuerola, J. (2005) Recent advances in the study of long-distance dispersal of aquatic invertebrates via birds. Diversity and Distributions 11: 149-156.
  13. M. Engelmann, T. Hahn and Georg Hoheisel, Ultrastructural characterization of the gonads of Triops cancriformis (Crustacea, Notostraca) from populations containing both females and males: no evidence for hermaphroditic reproduction ; Zoomorphology Volume 117, Number 3, 175-180, DOI: 10.1007/s004350050042 ([Résumé], en anglais)
  14. a, b et c (en) Massimo Trentini et Franca Sabelli Scanabissi, « Ultrastructural observations on the oogenesis of Triops cancriformis (Crustacea, Notostraca) : I. Origin and differentiation of nurse cells », Cell and Tissue Research, vol. 194, no 1,‎ , p. 71-77 (DOI 10.1007/BF00209234, résumé)
  15. (en) Franca Sabelli Scanabissi et Massimo Trentini, « Ultrastructural observations on the oogenesis of Triops cancriformis (Crustacea, Notostraca) : II. Early developmental stages of the oocyte », Cell and Tissue Research, vol. 201, no 3,‎ , p. 361-368 (DOI 10.1007/BF00236996, résumé)
  16. Trusheim F (1938) Triopsiden aus dem Keuper-Frankens. Palaeontologische Zeitschrift , 19 , 198–216
  17. Scanabissi F, Eder E, Cesari M. Male occurrence in Austrian Triops cancriformis (Crustacea Branchiopoda) populations and ultrastructure observations of the male gonad. Invertebrate Biology, in press.
  18. Møller, J Olesen…, SEM studies on the early larval development of Triops cancriformis (Bosc)(Crustacea: Branchiopoda, Notostraca), Acta Zoologica, 2003 - Wiley Online Library
  19. (en) R.R. Melzer, Clemens Michalke et Ulrich Smola, « Walking on insect paths? Early ommatidial development in the compound eye of the ancestral crustacean, Triops cancriformis », Naturwissenschaften, vol. 87, no 7,‎ , p. 308-311 (DOI 10.1007/s001140050727, résumé)
  20. a et b (en) Massimo Trentini et Franca Sabelli Scanabissi, « Follicle duct cell ultrastructure and eggshell formation in Triops cancriformis (crustacea, notostraca) », Journal of Morphology, vol. 172, no 1,‎ , p. 113–121 (DOI 10.1002/jmor.1051720110, résumé)
  21. a, b, c et d Kazuo Umetsu1, Naruki Iwabuchi, Isao Yuasa, Naruya Saitou, Paul F. Clark, Geoff Boxshall, Motoki Osawa et Keiji Igarashi (2002), Complete mitochondrial DNA sequence of a tadpole shrimp (Triops cancriformis) and analysis of museum sample ; Revue : Electrophoresis, Volume 23, Issue 24, pages 4080–4084, No. 24 December 2002 (Résumé, en anglais)
  22. (en) John Kenneth Colbourne et coll, « The Ecoresponsive Genome of Daphnia pulex », Science,‎
  23. (en) Daphnia genomics Consortium Collaboration Wiki
  24. Michele Cesari, loris Mularoni, Franca Scanabissi et Barbara Mantovani ( 2004), Characterization of dinucleotide microsatellite loci in the living fossil tadpole shrimp Triops cancriformis (Crustacea Branchiopoda Notostrace), Molecular Ecology Notes (2004) 4 , 733–735 doi:10.1111/j.1471-8286.2004.00807.x (Article complet, en anglais (PDF))
  25. Gómez, A. & Lunt, D.H. (2006) Refugia within refugia: patterns of phylogeographic concordance in the Iberian Peninsula. In: Weiss, S. & Ferrad, D. (eds.) Phylogeography in Southern European Refugia: Evolutionary Perspectives on the origins and conservation of European Biodiversity. Chapter IV. Dordrecht, The Netherlands. In press: Kluwer Academic Publishers
  26. Biebighauser, T.R. (2005) A guide to creating vernal ponds. South Morehead: USDA Forest Service.