Trimécaïne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trimécaïne
Trimécaïne
Identification
Nom UICPA 2-diéthylamino-N-(2,4,6-triméthylphényl)acétamide
No CAS 616-68-2
PubChem 12028
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C15H24N2O  [Isomères]
Masse molaire[1] 248,3639 ± 0,0144 g/mol
C 72,54 %, H 9,74 %, N 11,28 %, O 6,44 %,
Données pharmacocinétiques
Demi-vie d’élim. 90 minutes
Considérations thérapeutiques
Classe thérapeutique Anesthésique local ; Antiarythmique cardiaque
Voie d’administration Topique ; Infiltration ; Intraveineuse ; Inhalation
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La trimécaïne est une molécule organique utilisée en tant qu'anesthésique local et antiarythmique cardiaque. Il s'agit d'une poudre cristalline blanche, facilement soluble dans l'eau et l'éthanol.

Histoire[modifier | modifier le code]

La trimécaïne est probablement une découverte tchèque (à la vue des études pharmacologique et cliniques pratiquées) bien que son élaboration ait été publiée par Nils Löfgren en 1946.

Indication[modifier | modifier le code]

Anesthésie local[modifier | modifier le code]

La trimécaïne peut être utilisée en infiltration, en injection intraveineuse, par inhalation ou par application locale, dans des concentrations de 0.4 à 4 %, et dans quelques cas en mélange avec de l'adrénaline (comme par exemple en stomatologie).

Antiarythmie[modifier | modifier le code]

Dans ce cas, on l'utilise en prophylaxie et en thérapie, en cas d'arythmie cardiaque et de crise cardiaque, et de manière prophylactique lors de chirurgie cardiaque et pour la prévention d'une réponse sympathique lors d'une intubation.

Contre-indication[modifier | modifier le code]

La trimécaïne ne doit pas être utilisée en cas d'hypersensibilité aux anesthésiques amidés, d'hypervolémie, d'hypotension, d'asystolie et de forte hyperthermie.

Effets secondaires indésirables[modifier | modifier le code]

Rarement, il peut survenir des réactions allergiques (allant de symptômes cutanés et des muqueuses au choc anaphylactique). En cas de surdosage, il peut survenir une réaction toxique : excitation, agitation, défauts visuels, bourdonnement dans les oreilles, frisson musculaire voir tremblement, et dans les cas les plus sévères : somnolence, baisse des réflexes, passage de la respiration par l'apnée, convulsions.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.