Trifluorure de thiazyle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trifluorure de thiazyle
Thiazyl-trifluoride-2D-dimensions.png   Thiazyl-trifluoride-3D-vdW.png
Structure du trifluorure de thiazyle
Identification
Nom UICPA azanylidyne(trifluoro)-λ6-sulfane
Synonymes

trifluoridonitridosulfure

No CAS 15930-75-3
PubChem 140008
ChEBI 30507
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute F3NS
Masse molaire[1] 103,067 ± 0,005 g/mol
F 55,3 %, N 13,59 %, S 31,11 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le trifluorure de thiazyle est un composé chimique de formule NSF3. Il s'agit d'un gaz incolore stable précurseur important d'autres composés de soufre, azote et fluor[2]. Il possède une géométrie tétraédrique autour de l'atome de soufre et est bon exemple de composé ayant une triple liaison azotesoufre[3].

Il peut être produit par fluoration du fluorure de thiazyle NSF par le difluorure d'argent AgF2 :

NSF + 2 AgF2 → NSF3 + 2 AgF.

Il peut également être produit par décomposition oxydative du difluorure de fluoroformyliminosulfure FC(O)NSF2 par le difluorure d'argent AgF2[4] :

FC(O)NSF2 + 2 AgF2 → NSF3 + 2 AgF + COF2.

Il est également issu de l'oxydation de l'ammoniac NH3 par le décafluorure de disoufre S2F10.

Il réagit avec le fluorure de carbonyle COF2 en présence de fluorure d'hydrogène HF pour former de l'isocyanate de pentafluorosulfanyle SF5NCO.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) Oskar Glemser et Rüdiger Mews, « Chemistry of Thiazyl Fluoride (NSF) and Thiazyl Trifluoride (NSF3): A Quarter Century of Sulfur-Nitrogen-Fluorine Chemistry », Angewandte Chemie International Edition in English, vol. 19, no 11,‎ novembre 1980, p. 883-899 (lire en ligne) DOI:10.1002/anie.198008831
  3. (en) Tobias Borrmann, Enno Lork, Rüdiger Mews, Simon Parsons, Jan Petersen, Wolf-Dieter Stohrer et Paul G. Watson, « The crystal structures of NSF3 and (NSF2N(CH3)CH2)2: How short is the ‘Crystallographic’ N≡S triple bond », Inorganica Chimica Acta, vol. 361, no 2,‎ 15 janvier 2008, p. 479–486 (lire en ligne) DOI:10.1016/j.ica.2007.05.016
  4. (en) Tristram Chivers et Risto S. Laitinen, « Chalcogen–Nitrogen Chemistry », Handbook of Chalcogen Chemistry: New Perspectives in Sulfur, Selenium and Tellurium,‎ 2007, p. 238 (lire en ligne) DOI:10.1039/9781847557575