Travailler plus pour gagner plus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicolas Sarkozy

Travailler plus pour gagner plus est un slogan de la campagne présidentielle française de 2007 lancé par Nicolas Sarkozy. Elle symbolise la volonté du candidat de critiquer les 35 heures instituées par le gouvernement socialiste quelques années plus tôt, qui visaient plutôt à un partage du temps de travail. En effet, un argument de Nicolas Sarkozy pour recueillir les suffrages des salariés était de « libérer » leur travail en leur proposant de faire davantage d'heures supplémentaires, défiscalisées et mieux payées que les heures contractuelles[réf. souhaitée]. Des syndicats comme la CGT se sont opposés à cette idée, arguant que c'était une « provocation » envers les nombreux chômeurs français[réf. souhaitée]. De son côté, le MEDEF, alors dirigé par Laurence Parisot, était également contre, au motif qu'il s'agit d'une mesure de relance par la consommation[1].

Origines[modifier | modifier le code]

Lors de la campagne présidentielle de 2002, Jean-François Copé, secrétaire national chargé du projet du RPR, emploie en décembre 2001, à propos de l'assouplissement de la loi sur les 35 heures et le déplafonnement du contingent d'heures supplémentaires demandé par le patronat l'expression : « Il s'agit de donner aux salariés qui le souhaitent la possibilité de gagner plus en travaillant davantage »[2].

Louis Lambel, président fondateur des Créateurs d'emplois et de richesse de France (CERF), emploie l'expression le 15 janvier 2003 à l'occasion du lancement du CERF, pour illustrer sa proposition d'exonération et de défiscalisation des heures supplémentaires.[3].

Reprenant cette proposition, Nicolas Sarkozy, ministre de l'Economie, emploie l'expression et annonce son intention d'exonérer et défiscaliser les heures supplémentaires à l'occasion de Planète PME, la Journée nationale de la CGPME, le 30 juin 2004.

Jacques Chirac fait usage de la phrase pour promouvoir ses réformes, lorsqu'il est interrogé traditionnellement le quatorze juillet 2004[4].

Nicolas Miguet, qui a échoué pour la même campagne à recueillir les 500 parrainages requis, en fait son principal thème de campagne en 2007[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe-J Maarek, La communication politique de la présidentielle de 2007 : Participation ou représentation ?, L'Harmattan, 2009

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parisot, Laurence, 1959- ..., Besoin d'air, Seuil, (ISBN 9782020942843, OCLC 421762147, lire en ligne), page 95
  2. Sophie Roquelle, « Le RPR s'engage, en cas d'alternance, à rendre « facultatives » les 35 heures », Le Figaro, 13 novembre 2001.
  3. Archives du Cerf
  4. Allocution télévisée du 14 juillet 2004, archives de l'INA
  5. Judith Duportail, « Sarkozy : son slogan est déjà pris ! », sur http://lelab.europe1.fr, (consulté le 15 avril 2012) : « Nicolas Miguet arborait sur ses affiches de campagne « Travailler plus et gagner plus » qui n'est pas sans rappeler le "Travailler plus pour gagner plus" de Nicolas Sarkozy. »