Travail numérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le travail numérique (en anglais : digital labor ou digital labour), concept apparu à la fin des années 2000[1], désigne l'ensemble des pratiques liées au numérique qui produisent de la valeur, qui sont soumises à un encadrement contractuel et à des métriques de performance[2].

Le travail numérique regroupe toutes sortes de travail rémunéré, mal rémunéré ou non rémunéré, mais aussi d'activités non reconnues, de l'ombre, parfois atypiques ou anodines, ainsi que des activités assimilées à du loisir, du partage ou de la coopération[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Externalisation des processus d'affaires[modifier | modifier le code]

L'histoire du travail numérique est étroitement lié à l'histoire d'Internet et de l'externalisation (outsourcing) des processus d'affaires ou business process outsourcing (BPO)[4].

Au milieu du xxe siècle, les premières formes d'externalisation à l'étranger commencent à apparaître. Les maquiladoras, zones de traitement pour l'exportation qui ont apparu au Mexique après la fin du programme Bracero en 1964, produisaient des marchandises exonérées de droits de douane à finalité d'exportation.

Dans les années 1980, des entreprises telles que General Electric et American Express ont commencé à internationaliser leurs processus d'affaires en Inde[5].

L'externalisation de processus d'affaires via Internet s'est développé dans les années 1990 grâce à des changements technologiques et économiques, notamment la libéralisation des marchés et la croissante connectivité à Internet[6]. Cela a permis le support technique suffisant pour permettre des échanges transnationaux des flux de travail[7].

Plateformes de travail numérique[modifier | modifier le code]

La connectivité croissante à Internet dans les années 2000 et la popularisation des modèles d'externalisation par production participative ont encouragé le développement de plateformes de travail numérique (digital labour platforms).

Par exemple, sur certaines de ces plateformes, les clients peuvent désormais publier des appels d'offre destinés à des travailleurs externalisés[réf. souhaitée].

À la différence du travail à partir de l'externalisation des processus d'affaires, les plateformes de travail numérique permettent aux entreprises un accès direct à des travailleurs sans devoir faire appel à des organisations intermédiaires[8]. Ce faisant, le travail devient aussi un produit de base et les travailleurs équivalents à des « services de calcul »[9].

Diversité[modifier | modifier le code]

Le travail numérique est marqué par une grande diversité :

Travail immatériel
Les processus par lesquels les publics contribuent à la création de valeur, notamment dans les industries culturelles et de partage de connaissance.
Travail de recherche d'audience
Travaux se concentrant essentiellement, partage de vidéos sur plateforme de type YouTube, la télévision.
Travail Invisible
Par exemple, la mère au foyer, le travail féminin à la maison. Ces activités qui sont indispensables pour le bon fonctionnement du capitalisme. C'est un domaine de recherche apparaissant dans les années 1960 sur les activités productives réalisées en dehors des lieux de production[10]. Actuellement, les services tels Facebook, Amazon, Google… ont créé une « économie du clic », associé à un travail invisible[11].
Travail des clients
Pour le travail du consommateur, on peut citer l'exemple du déploiement dans les grandes surfaces de caisses en libre-service où le client passe lui-même les articles en caisse. Ce travail fait partie de ce que Ivan Illich a appelé le travail fantôme.

Services[modifier | modifier le code]

Le travail numérique se situe principalement dans le domaine des services s'appuyant ou non sur des produits physiques.

Les services de partage
Ils font partie de L'économie collaborative qui vise à produire de la valeur en commun et qui repose sur de nouvelles formes d'organisation du travail et d'échanges. Elle repose sur une société du partage, qui passe par la mutualisation des biens, des espaces et des outils, des savoirs (l'usage plutôt que la possession). L'économie collaborative est plus large dans ses buts et ambitions que l'économie des plateformes[12].
Les services sur plateformes
Bases de l’intermédiation de l'économie des plateformes de marché (Uber, Airbnb, BlaBlaCaretc.). Ce secteur est caractérisé par des plateformes de coordination dont le fonctionnement repose sur des algorithmes qui font de la mise en relation entre différents acteurs sociaux. Les plateformes définissent leurs règles, la collaboration de ses utilisateurs, clients, fournisseurs de services se réduisent à accepter ses règles. Son modèle économique repose sur les commissions touchées par les plateformes pour prix de la mise en relation. Cette commission peut atteindre 25 % du prix du service rendu[13]. Dans ce cas, le travail numérique a pour particularité d'être à la fois en ligne et hors ligne. De plus, sur ces plateformes, les usagers se notent entre eux et ces notes sont très importantes. Ainsi, un chauffeur Uber dont la notation est inférieure à 4.5/5 court le risque de voir son compte désactivé par Uber[14]. De même, les passagers sont aussi notés par les chauffeurs et une note moyenne trop faible leur fait courir le risque de voir des chauffeurs refuser leurs courses[15].
Les services de micro-travail
Ces services fournissent à leurs utilisateurs des travaux non réalisables par des intelligences artificielles, payés à la tâche[16]. Ils sont proposés par exemple par Amazon Mechanical Turk, FouleFactory et Upwork.
Les service de réseaux sociaux
Ils s'appuient sur les médias sociaux interactifs déployés par les entreprises(Facebook, YouTube, Twitteretc.). Sur ces sites web, les internautes réalisent des activités de micro-production qui engendrent de la valeur sans la reconnaître et sans les rémunérer. Ainsi, tous les contenus (photos, vidéos...) postés sur les réseaux sociaux font la valeur de ceux-ci. De plus, les données des utilisateurs sont collectées par les plateformes, afin, par exemple, d'améliorer leurs algorithmes.
Les services de collecte de données
Tout à chacun « travaille » à son insu par l'intermédiaire des objets connectés IoT. Bien que ce secteur soit en devenir, tout ce qui auparavant était exclu de l’activité productrice de valeur commence à être quantifié et transformé en données. D'autres activités, parmi lesquelles celles des click-farmers (en) ou encore des reCAPTCHA participant à alimenter les algorithmes sont également considérées comme du travail numérique. Dans cette optique, une recherche sur le moteur de recherche de Google serait une forme de travail numérique.

On peut également assimiler au digital labor des activités qui ne sont pas accomplies en ligne[17]. Pour Christian Fuchs et Marisol Sandoval[18], la notion désigne ainsi tout « un réseau d'activités agricoles, industrielles et informationnelles qui permettent l'existence et l'utilisation des médias numériques ». Trebor Scholz[19] inclut lui dans le digital labor l'extraction des métaux rares nécessaires à la fabrication des smartphones ou encore l'assemblage des ordinateurs dans les usines chinoises.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Travail implicite[modifier | modifier le code]

Le travail numérique se situe au croisement de l'émergence de nouveaux usages en ligne et du changement du monde du travail[3]. Il s'agit d'un travail que l'on peut qualifier d'invisible ou d'implicite dans le sens ou c'est une production de valeur qui ne dit pas son nom : le travail gratuit des utilisateurs est la source de la valeur économique dans l'économie digitale[20]. En effet, les usagers, à travers leurs activités en ligne génèrent des contenus et des métadonnées. Cette agrégation de tâches et de pratiques parcellisées, non spécialisées, parfois micro-rémunérées à laquelle s'ajoute un ensemble de métadonnées est alors captée, puis extraite afin de produire de la valeur. Cette valeur est par ailleurs et de fait produite collectivement. Cette forme de captation de la valeur est davantage focalisée sur des activités accessoires que les internautes réalisent. À la fois qualitatives (comme en laissant un avis à propos d'un produit par exemple) mais aussi quantitatives (à travers la mise en chiffres de nos activités en ligne : likes, vues, commentaires, etc).

On observe ainsi trois changements :

  1. On passe de la création de valeur à la captation de valeur. Au sein même des plateformes qui captent et s'approprient la valeur produite par les utilisateurs ;
  2. On passe d'un Internet de publication via lequel l'utilisateur produit du contenu à un Internet d'émission au sein duquel les moindres traces et les données émises sont extraites ;
  3. On passe d'un emploi formel à un travail implicite. L’externalisation de la force de travail n'est plus reversée à des experts ou à des sous-traitants mais à des utilisateurs, et sans rémunération.

Certaines de ces nouvelles pratiques participent à une économie du partage. Néanmoins, une vision plus critique souligne que la participation des internautes tend à être encadrée et dirigée. Tout ceci n'est pas sans rappeler une forme d'exploitation non rémunérée participant à l'économie de marché[21]. L'activité en ligne crée du contenu qui est exploité par les plateformes du web pour générer du profit. Ainsi, le produit du travail est détourné des mains du travailleur. On arriverait ainsi à une nouvelle forme d'exploitation au sens marxiste du terme[22]. Selon Bruno Teboul, chercheur dans les enjeux du numérique, « des phénomènes pernicieux se sont développés à côté de cette évolution de l'emploi salarié précaire et du chômage de masse infligé par la computerisation : le tâcheronnage ou « microtasking », la freelancisation, l'intermittence généralisée des emplois enclin à la précarisation et à la paupérisation de nouveaux serviteurs volontaires du numérique[23] ».

Intermédiation[modifier | modifier le code]

La récupération de la plus-value est l'impératif le plus important des acteurs d'une chaîne de valeur[24]. Une partie significative de la plus-value est récupérée non par les producteurs de la valeur mais par des acteurs tiers. Ils profitent de leur avantage géographique et technologique pour servir d'intermédiaires entre les vendeurs et les acheteurs, contribuant ainsi à renforcer les inégalités économiques existantes[25].

Les plateformes de travail numérique permettent théoriquement aux travailleurs de ne plus avoir recours à des intermédiaires car ils sont directement mis en contact avec les acteurs qui proposent des tâches. Cependant, l'évidence empirique suggère que ces plateformes proposent des opportunités de ré-intermédiation. Il s'agit d'un comportement de recherche de rente où les travailleurs contractuels, qui ont déjà une réputation déjà établie auprès des clients, utilisent leur avantage afin de se positionner entre eux et les travailleurs à la tâche qui ont une réputation moins importante. Ces nouveaux intermédiaires ajoutent de la valeur à la chaîne en soumettant les travailleurs à la tâche à des métriques de performance[8].

Développement de compétences[modifier | modifier le code]

La désintermédiation permet aux producteurs dans une chaîne de valeur de réaliser des services d'une valeur ajoutée supérieure[26], ce qui pourrait s'appliquer théoriquement au contexte des plateformes de travail numérique[27],[28],[29].

Cependant, l’externalisation aidée par les technologies de l'information et de la communication écarte les travailleurs du cœur des processus d'affaires, empêchant le flux de connaissances et perpétuant les disparités de compétences[30]. Les travailleurs des plateformes numériques qui se trouvent dans cette situation ne peuvent pas connaître le but des tâches qu'ils réalisent ou à quoi elles vont être destinées[8].

Ces asymétries d'information ne produisent pas un espace propice pour que les travailleurs des plateformes numériques puissent développer leurs compétences ou changer de place dans les chaînes de valeurs auxquelles ils sont associés. De même, parfois ces travailleurs doivent accomplir des tâches qui ne correspondent pas à leur expérience professionnelle ou à leurs compétences initiales[8].

Pouvoir de négociation[modifier | modifier le code]

En économie, le pouvoir de négociation est défini comme la capacité d'une des deux parties dans une situation donnée d'exercer son influence sur l'autre. Si les deux parties ont le même dégrée d'influence, ils ont un pouvoir de négociation égal à zéro[31]. Dans le cas du travail par l'usage de plateformes numériques, la régulation extérieure entre employeur et employée est minimisée et ces derniers sont classés non comme des salariés mais comme des travailleurs contractuels ou bien des auto-entrepreneurs[32],[33]. Également, les lois de travail nationales sont rarement adaptées à ce contexte, spécialement dans le cas où les flux de travail transcendent les frontières nationales[8].

Le travail à la tâche est hyper-standardisé et désintégré, ce qui se rapproche de la vision du travail en miettes de Georges Friedmann[2] et devient une commodité qui peut être vendue ou achetée[8]. Ces caractéristiques suggèrent un marché dans lequel il y a une demande de travail plus importante que l'offre proposée et où les travailleurs à bas coût et à la tâche deviennent des preneurs de prix avec un pouvoir de négociation faible[34],[35].

La délocalisation du marché de travail numérique permet de réduire les limites géographiques qui restreignent traditionnellement les travailleurs, leur permettant ainsi de réaliser du travail partout dans le monde[36] ayant pour seul requis d'avoir un ordinateur et une connexion à Internet. Les travailleurs avec plus de compétences peuvent augmenter leur pouvoir de négociation dans ce contexte en offrant leur travail aux employeurs qui sont prêts à payer en ignorant leur localisation[8].

Recours contre une discrimination ?[modifier | modifier le code]

Dans le cas des marchés de travail délimités géographiquement, quelques segments de la population peuvent se voir exclus à cause de situations de discrimination ou de ségrégation professionnelle[37],[38].

Les plateformes de travail numérique peuvent permettre aux travailleurs d'accéder à des marchés éloignés géographiquement, où la discrimination et la ségrégation sont moins présentes, et ainsi profiter d'un certain anonymat qui pourrait masquer les caractéristiques qui sont à l'origine de cette discrimination[8].

Cependant, l'exclusion économique est présente, même de manière explicite, dans le marché global du travail numérique. Par exemple, une enquête réalisée par les chercheurs de l'Oxford Internet Institute a montré que quelques annonces publiées dans des plateformes de micro-travail interdisent explicitement des travailleurs venant de certains pays de répondre à leurs appels d'offre[39].

Statut de travailleur implicite ?[modifier | modifier le code]

Les individus concernés par cette forme de travail (digital labour), alternatif, sont des utilisateurs de plateformes qui créent de la valeur, dont la rémunération est assurée par un contrat commercial qui, plus qu’un véritable contrat de travail, contenant des garanties pour le travailleur, ressemble à un contrat de « termes et conditions » soussigné par un internaute.

Le travail numérique entre dans le cadre du travail, par plusieurs aspects :

Avec le travail numérique, on envisage donc le travail dans une perspective plus large, prenant des distances avec son sens commun[17].

Le cas des États-Unis[modifier | modifier le code]

Une étude menée par Oxford University’s Martin Programme on Technology and Employment a estimé qu’en 20 ans, 30 % des travaux aux États-Unis seront structurés selon les caractéristiques du digital labor. Ni employés, ni travailleurs indépendants, ces travaileurs alternatifs ont connu, depuis cinq années, une croissance très importante, qui représente en 2015 15,8 % de la force travail[40]. La cible sensible des travaux alternatifs est représentée surtout par les femmes et les minorités : les résultats de Katz et Krueger (2016) ont été confirmés lors d’une étude menée par M. L. Gray et B. Fellow[41], une enquête de deux ans aux États-Unis et en Inde, qui vise à la compréhension de la structure de ce nouveau secteur. Dans le cas des femmes, par exemple, elles se sentent gratifiées par ces travaux, car ils leur permettent de se poser comme contributrices de la subsistance économique de la famille. Néanmoins, il manque une quelconque forme de régulation, capable d’assurer un niveau minimal de tutelle à cette nouvelle catégorie de travailleurs, souvent exploités par les plateformes[42].

Nouvelle forme de travail ou évolution ?[modifier | modifier le code]

L’une des caractéristiques qui distingue le travail numérique d’autres formes de travail qui s’appuient sur l’accomplissement d’une tâche par des acteurs qui sont à l’extérieur du processus de production traditionnel, dont la production participative est un exemple, c’est la conscience qui investit les travailleurs. En effet, ils savent que leur travail sera rémunéré en fonction de la valeur qu’ils génèrent, rémunération normalement fixée à l’avance. Tel est le cas d'Amazon Mechanical Turk (AMturk), une plateforme qui demande l’accomplissement de certaines tâches, irréalisables par une machine, à des internautes contre une rémunération. Cette forme de travail se distingue par le morcellement des tâches à accomplir, structure qui rassemble à la division du travail décrit par Le travail en miettes de Friedmann (1956)[42]. C’est là qu’on peut interpréter le digital labour comme une évolution de l’aliénation d’un travail, qui ne trouve pas encore, au sein des institutions étatiques, une forme de reconnaissance et donc de protection. 

Luttes associées[modifier | modifier le code]

Le travail numérique provoque par ailleurs des tensions face auxquelles de nouveaux types de luttes s'organisent[43] :

  • recours collectifs face à la captation de données personnelles[44] ;
  • luttes centrées sur les plateformes collaboratives ou de micro-paiements (exemple : FairCrowdWork en Allemagne) ;
  • attention croissante portée aux travailleurs du clic (clickfarms) dans les pays émergents.

Développement[modifier | modifier le code]

L'emploi et le sous-emploi sont des enjeux socio-économiques majeurs des décideurs politiques et des travailleurs[45]. La croissance dans la connectivité d'usagers[46] a encouragé des millions de personnes à voir dans l'externalisation du travail via Internet une façon de surpasser les contraintes de leurs marchés de travail locaux[8]. Le marché du travail numérique est estimé de 4,4 milliards de dollars[47] et leur usage s'accroît à 25 % chaque année[48].

Les décideurs politiques qui encouragent ces pratiques considèrent que les personnes les moins favorisées économiquement peuvent profiter de cette connectivité et du croissant désir d'externalisation des processus d'affaires[8].

L’économie de plateformes génère de nouveaux emplois dans les villes. Uber a permis à des personnes souvent exclues du marché de l’emploi de trouver une activité rémunératrice. Beaucoup de chauffeurs Uber de la région parisienne habitent dans la Seine-Saint-Denis[49].

Dans le marché mondial du travail, la localisation réelle des travailleurs n'est plus cruciale, ce qui permet d'employer des personnes dans des régions du monde qui ont des problèmes de chômage[50]. Ainsi, la Fondation Rockefeller a créé le programme Digital Jobs Africa, le gouvernement de la Malaisie a développé la stratégie Digital Malaysia[51] et le Ministère des technologies de la communication du Nigéria a créé le programme Microwork for Job Creation – Naijacloud.

Critiques et limites[modifier | modifier le code]

On peut néanmoins se demander si toutes les contributions génératrices de valeur doivent être considérées comme du travail, surtout lorsque ceux qui s'y adonnent estiment qu'il s'agit de loisir[52], même lorsqu'ils sont conscients que leurs contributions génèrent des revenus pour certaines entreprises[17]. Le travail numérique peut donc être perçu comme un choix théorique ou politique visant à porter une critique sur l'économie numérique et les modèles économiques qui la sous-tendent.

En France, depuis la loi Travail de 2016, les salariés français ont acquis un droit à la déconnexion. Celui-ci leur permet de ne pas répondre aux sollicitations professionnelles, comme des e-mails et appels, et d'être déconnectés du réseau informatique de leurs entreprises, hors de leur temps de travail. Cette loi permet de regagner du temps libre dégagé des contraintes du travail qui s'étaient renforcées avec la possibilité d'être joignable et mobilisable à tout moment.

Cette loi, qui a des équivalents dans le monde, en Corée du Sud, aux Philippines et potentiellement en Allemagne, ne s'applique pas aux autoentrepreneurs et microtravailleurs[53],[50], qui sont très concernés par le travail numérique. Ils sont considérés comme des travailleurs indépendants. Et que gagneront les salariés avec ce droit à la déconnexion s'ils passent plus de temps sur des réseaux sociaux tels Facebook ou Twitter, fournissant un travail transparent à nos "employeurs informels" par la génération de données et de contenus aux médias sociaux et autre GAFAM[53],[54] ?[style à revoir] Ce travail invisible est souligné par Antonio Casilli, sociologue à l'École des hautes études en sciences sociales, et Dominique Cardon dans leur ouvrage Qu’est-ce que le Digital Labor ?[55].[passage promotionnel]

Selon l'Organisation internationale du travail, il faut atténuer les pressions qu’engendre « une démarcation de plus en plus floue entre temps de travail et temps consacré à la vie privée »[56].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antonio Casilli et Dominique Cardon, Qu'est-ce que le Digital Labor ?, Paris, INA, .
  • (en) Niel M. Coe et Henry Wai-chung Yeung, Global Production Networks: Theorizing Economic Development in an Interconnected World, Oxford, Oxford University Press, .
  • (en) Olivier Frayssé et Mathieu O'Neil, Digital Labour and Prosumer Capitalism The US Matrix, Londres, Palgrave Macmillan UK,
  • Georges Friedmann, Le Travail en miettes : Spécialisation et loisirs, Bruxelles, Éditions de l'Université de Bruxelles,
  • (en) Christian Fuchs et Sebastian Sevignani, « What is Digital Labour? What is Digital Work What’s their Difference? And why do these Questions Matter for Understanding Social Media? », TripleC, vol. 11, no 2,‎ , p. 237-293 (lire en ligne)
  • (en) Christian Fuchs, Digital Labour and Karl Marx, New York, Routledge,
  • (en) Mark Graham, Isis Hjorth et Vili Lehdonvirta, « Digital labour and development: impacts of global digital labour platforms and the gig economy on worker livelihoods », Transfer, vol. XX, no X,‎ , p. 1-28
  • (en) Mark Graham, Vili Lehdonvirta, Alex Wood, Helena Barnard, Isis Hjorth et Simon David Peter, The Risks and Rewards of Online Gig Work At the Global Margins, Oxford, Oxford Internet Institute,
  • (en) John Horton, « Online labor markets » (acte de conférence), Internet and Network Economics, 6th International Workshop,‎ (lire en ligne, consulté le 21 décembre 2016).
  • (en) Ray Hudson, Producing Places, New York, Guilford Press,
  • (en) Organisation internationale du travail, World Employment Social Outlook, Genève,
  • (en) Lilly Irani, « Difference and dependence among digital workers: the case of Amazon Mechanical Turk », South Atlantic Quarterly, vol. 114, no 1,‎ , p. 225–234
  • (en) Union internationale des télécommunications, ICT Facts and Figures 2016, Genève, (lire en ligne)
  • (en) Raphael Kaplinsky et Mike Morris, A Handbook for Value Chain Analysis, Ottawa, International Development Research Centre,
  • (en) Otto Kassi et Vili Lehdonvirta, « Online labour index: measuring the online gig economy for policy and research » (acte de conférence), Internet, Politics & Policy 2016,‎ , p. 225–234 (lire en ligne, consulté le 21 décembre 2016)
  • (en) Kaoru Kimura et Duncan Wambogo Omole, « ICT in sub-Saharan Africa: Success stories », Yes Africa Can, no 339,‎
  • (en) Siou Chew Kuek, Cecilia Paradi-Guilford, Toks Fayomi, Saori Imaizumi et Panos Ipeirotis, The Global Opportunity in Online Outsourcing, Washington, World Bank,
  • (en) Alan Manning, Monopsony in Motion: Imperfect Competition in Labor Markets, Princeton, Princeton University Press,
  • (en) David J. Maume, « Glass ceilings and glass escalators: occupational segregation and race and sex differences in managerial promotions », Work and Occupations, no 26,‎ , p. 483–509
  • (en) Olivier Frayssé et Mathieu O'Neil, « Algorithms That Divide and Unite: Delocalization, Identity, and Collective Action in 'Microwork' », Space, place and global digital work,‎ , p. 1‑26
  • (en) Vili Lehdonvirta, Isis Hjorth, Mark Graham et Helena Barnard, « Online Labour Markets and the Persistence of Personal Networks: Evidence From Workers in Southeast Asia » (acte de conférence), The Changing Nature of Work in the Twenty-First Century,‎ , p. 225–234 (lire en ligne, consulté le 21 décembre 2016)
  • (en) Michael A. Peters et Ergin Bulut, Cognitive Capitalism, Education and Digital Labor, New York, Peter Lang,
  • (en) Carlo Pietrobelli et Federica Saliola, Power relationships along the value chain: multinational firms, global buyers and performance of local suppliers, , 947–962 p., chap. 32
  • (en) Barbara F. Reskin, « The proximate causes of employment discrimination », Contemporary Sociology, no 29,‎ , p. 319–328
  • (en) Trebor Scholz (dir.), Digital Labor: The Internet as Playground and Factory, New York, Routledge,
  • (en) Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, Information Economy Report, New York, United Nations Conference on Trade and Development,
  • (en) Alex J. Wood et Vili Lehdonvirta, « Virtual Production Networks: Fixing Commodification and Disembeddedness », The Internet, Policy & Politics Conference, Oxford Internet Institute,‎

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Digital labor : portrait de l'internaute en travailleur exploité », sur France Culture (consulté le 14 juin 2016).
  2. a et b Casilli et Cardon 2015
  3. a et b « Le digital labor : une question de société », sur InaGlobal, (consulté le 20 juin 2016)
  4. Graham et al. 2017.
  5. (en-GB) « Special report: Outsourcing and offshoring. Here, there and everywhere », sur The Economist (consulté le 14 avril 2017)
  6. Kimura 2010
  7. UNCTAD 2009
  8. a b c d e f g h i et j Graham, Hjorth et Lehdonvirta 2017.
  9. Irani 2015.
  10. (en-US) Soraya Chemaly, « At work as at home, men reap the benefits of women’s “invisible labor” », sur Quartz, (consulté le 20 juin 2016)
  11. Grégoire Orain et Antonio Casilli, « Sur Internet, nous travaillons tous, et la pénibilité de ce travail est invisible », Le Monde, (consulté le 10 mai 2020).
  12. « L'économie des plateformes », Ministère du Travail, (consulté le 7 mai 2020)
  13. « Uber, «c'est pas la belle vie», témoigne un chauffeur », sur leparisien.fr, (consulté le 7 mai 2020)
  14. Francetvinfo, « Un chauffeur de VTC témoigne : "J'étais noté 4,1 sur 5 et Uber m'a désactivé mon compte" », sur francetvinfo.fr
  15. RTL, « Uber : comment savoir quelle note les chauffeurs vous ont attribué », sur rtl.fr
  16. (en-US) Mary L. Gray, « Your job is about to get 'taskified' », sur latimes.com, (consulté le 20 juin 2016).
  17. a b et c Sébastien Broca, « Le digital labor est-il vraiment du travail ? », sur www.inaglobal.fr, (consulté le 20 juin 2016).
  18. (en) Christian Fuchs et Marisol Sandoval, « Digital Workers of the World Unite! A Framework for Critically Theorising and Analysing Digital Labour », tripleC: Communication, Capitalism & Critique. Open Access Journal for a Global Sustainable Information Society, vol. 12,‎ , p. 486–563 (ISSN 1726-670X, lire en ligne, consulté le 20 juin 2016)
  19. (en-US) Trebor Scholtz, « Think Outside the Boss », sur Public Seminar, (consulté le 20 juin 2016)
  20. Voir en particulier les travaux de Tiziana Terranova sur le travail gratuit.
  21. « Digital labor : portrait de l'internaute en travailleur exploité », sur France Culture, (consulté le 14 juin 2016).
  22. Fuchs et Sevignani 2013.
  23. Bruno Teboul, Robotariat. Critique de l'automatisation de la société, éditions Kawa.
  24. Coe 2015.
  25. Pietrobelli 2008.
  26. Kaplinsky 2001
  27. Beerepoot 2013
  28. Graham 2013
  29. Lehdonvirta 2011
  30. Pietrobelli 2001
  31. Kuhn 1983
  32. Lehdonvirta 2016
  33. Wood 2016
  34. Kaplinsky 2004
  35. Manning 2003
  36. Horton 2010
  37. Reskin 2000.
  38. Maume 1999.
  39. Lehdonvirta et al. 2015
  40. (en) Katz, L. F., & Krueger, A. B, « The rise and nature of alternative work arrangements in the United States, 1995-2015 », National Bureau of Economic Research,‎ .
  41. (en) Alek Felstiner, « Working the Crowd: Employment and Labor Law in the Crowdsourcing Industry », Berkeley Journal of Employment and Labor Law,‎
  42. a et b Cardon, D., & Casilli, A. A., « Qu'est-ce que le digital labor ? », INA,‎ .
  43. « Antonio Casilli -- Digital labor studies : Antécédents théoriques et nouvelles tendances », (consulté le 20 juin 2016).
  44. « europe-v-facebook.org | EUROPE versus FACEBOOK », sur europe-v-facebook.org (consulté le 20 juin 2016).
  45. ILO 2015.
  46. ITU 2016.
  47. Kuek 2015.
  48. Kassi 2016.
  49. « La smart city dessine une ville à plusieurs vitesses », Le Monde, (consulté le 16 mai 2020).
  50. a et b Catherine Quignon, « Microtravail et microsalaire pour experts ou tâcheron », Le Monde, .
  51. (en-GB) « National Digital Economy Initiative » [PDF], sur Digital Malaysia (consulté le 14 avril 2017).
  52. Sebastien Broca, Les deux critiques du capitalisme numérique, 2015, (hal-01137521).
  53. a et b Evgeny Morozov, « Le prix de la déconnexion », sur blog.mondediplo.net, Le Monde diplomatique,
  54. Dominique Karadjian, « Le droit à la déconnexion, une vraie-fausse bonne idée », imaginer-demain.fr,
  55. Farid Gueham, « Le digital labor : ce travail qui ne dit pas son nom », Contrepoints, Trop Libre, .
  56. « L’OIT esquisse des pistes pour l’avenir du monde du travail », Le Monde, .