Transthyrétine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir TTR.

La transthyrétine (TTR), ou préalbumine, est une protéine très présente dans le plasma et le liquide cérébro-spinal. Elle est synthétisée par le foie et les plexus choroïdes notamment.

L'ancien nom de la TTR (préalbumine) provient du fait qu'elle se déplace plus vite que l'albumine lors d'une électrophorèse.

Génétique[modifier | modifier le code]

Le gène TTR est situé sur le chromosome 8[1].

Plusieurs mutations ont été décrites. La plus fréquente entraîne la substitution d'un isoleucine par une valine en position 122. Cette mutation est présente à l'état hétérozygote dans un peu moins de 4 % des afro-américains[2], avec un risque augmenté[3], mais de manière faible[4], de survenue d'une atteinte cardiaque.

Structure et rôle[modifier | modifier le code]

La transthyrétine normale est une protéine tétramérique[5] qui possède quatre sous-unités identiques.

D'un poids de 55 kDa, elle constitue une des protéines de liaison de la thyroxine (T4), une hormone thyroïdienne, et de la vitamine A.

En médecine[modifier | modifier le code]

D'une demi-vie de 2 à 4 jours, elle constitue un marqueur précoce de la dénutrition (la normale est supérieure à 200 mg/L). Son taux diminue en cas d'insuffisance hépatocellulaire, de syndrome inflammatoire et augmente en cas d'insuffisance rénale chronique.

Amylose à transthyrétine (ATTR)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Amylose de la transthyrétine.

Des monomères variants instables de la transthyrétine sont produits par la substitution d’un acide aminé. Ils permettent des précipitations de la protéine en cas de stimuli physiques ou chimiques, comme le pH local de surface, le champ électrique. Ces stimuli sont responsables des dépôts amyloïdes (amylose ATTR). Ils peuvent expliquer la spécificité d’organes des dépôts amyloides.

L'âge joue un rôle dans la formation des fibrilles amyloïdes de l'ATTR. En effet, les patients porteurs d’un variant transthyrétine n’ont pas de signes cliniques apparents jusqu’à la moitié de la vie, malgré la présence de transthyrétine anormale depuis le début de la vie.

Lorsque les symptômes débutent, la progression est ensuite rapide, suggérant un effet d’âge.

L'amylose cardiaque sénile est due aux dépôts de fibrilles dérivées de transthyrétine normale est spécifiquement observée chez des sujets âgés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wallace MR, Naylor SL, Kluve-Beckerman B, Long GL, McDonald L, Shows TB, Benson MD, Localization of the human prealbumin gene to chromosome 18, Biochem Biophys Res Commun, 1985;129:753–758
  2. Jacobson DR, Pastore RD, Yaghoubian R et al. Variant-sequence transthyretin (isoleucine 122) in late-onset cardiac amyloidosis in black Americans, N Engl J Med, 1997;336:466-473
  3. Jacobson D, Tagoe C, Schwartzbard A, Shah A, Koziol J, Buxbaum J, Relation of clinical, echocardiographic and electrocardiographic features of cardiac amyloidosis to the presence of the transthyretin V122I allele in older African-American men, Am J Cardiol, 2011;108:440-444
  4. Quarta CC, Buxbaum JN, Shah AM et al. The amyloidogenic V122I transthyretin variant in elderly black americans, N Engl J Med, 2015; 372:21-29
  5. Klabunde T, Petrassi HM, Oza VB, Raman P, Kelly JW, Sacchettini JC, Rational design of potent human transthyretin amyloid disease inhibitors, Nat Struct Biol, 2000;7:312–321