Péribus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Le Péribus
Image illustrative de l'article Péribus

Image illustrative de l'article Péribus
MAN Lion's City hybride sur la ligne NSe.

Situation Périgueux (Dordogne)
Type Bus
Entrée en service 1987
Longueur du réseau 222 km
Lignes 25
Fréquentation 2 258 365 voyageurs par an
Propriétaire Le Grand Périgueux
Exploitant Régie Péribus
Site internet peribus.agglo-perigueux.fr
Vitesse maximale 90 km/h
Lignes du réseau
Grande Boucle et Nord Sud Express
 GB  NSe 
Lignes 3 à 9
  3    4    5    6    7    8   8b   9  
Lignes 10 à 14
 10  11  12  13  14 
Lignes de rabattement
à Boulazac   B   B2 
à Chancelade
 C1  C2  C3  C4 
à Marsac-sur-l'Isle
 M1  M2 
à Trélissac  T1  T2 
Réseaux connexes TER Aquitaine, Intercités, Transpérigord

Image illustrative de l'article Péribus

Le Péribus est le réseau de transport en commun desservant Périgueux et son agglomération.

Ce réseau appartient au Grand Périgueux depuis le 1er janvier 2014, date de création de l'intercommunalité, en lieu place de l'ancien syndicat mixte Péribus. Il est exploité en régie publique par un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), nommé « Régie Péribus » depuis le 1er juillet 2013.

Le réseau est composé, depuis janvier 2012, de onze lignes principales d'autobus, dont la « Grande Boucle » et la ligne « Nord Sud express » (NSe), ainsi que de quinze lignes secondaires à basse fréquence depuis l'ouverture de la ligne B2, qui dessert Bassillac, le 5 janvier 2015, puis 25 lignes scolaires suburbaines. Elles desservent une partie des communes du Grand Périgueux, la communauté d'agglomération formée autour de Périgueux, qui compte en tout 33 communes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant Péribus[modifier | modifier le code]

En 1888, la Société des chemins de fer du Périgord, ayant son siège social à Périgueux[1], exploite un réseau de chemins de fer secondaires à voie métrique, sur lequel circulent des lignes urbaines dans le département de la Dordogne, jusqu'à sa disparition en 1921[2]. Au début du XXe siècle, les chefs-lieux de la région de la Double se différencient petit à petit des communes rurales, notamment par le développement de nouveaux moyens de transport : l'Isle est utilisée comme axe fluvial et, depuis la création de la ligne Bordeaux-Coutras-Périgueux, le nombre de voyageurs dans les trains augmente progressivement, notamment dans les années 1920[3]. Ces derniers sont fréquentés par les pêcheurs arrivant de Périgueux, de nouveau comme des navettes à travers le département[3]. Entre 1911 et 1921, la Société des Tramways de la Dordogne (TD) exploite un nouveau réseau de tramway à voie métrique dans le département[2].

En 1921, les concessions de la Société des chemins de fer du Périgord et des Tramways de la Dordogne sont rachetées par le département de la Dordogne, qui en confie l'exploitation à la Compagnie de chemins de fer départementaux (CFD), un important groupe d'exploitation de chemins de fer secondaires[4]. Les premières lignes d'autobus urbains apparaissent seulement dans les années 1930[3].

Années 1980 et 1990[modifier | modifier le code]

Le réseau de transports urbains Péribus est créé en 1987 pour desservir les communes membres du syndicat de communes[5], composé des communes d'Atur, Boulazac, Champcevinel, Chancelade, Coulounieix-Chamiers, Marsac-sur-l'Isle, Notre-Dame-de-Sanilhac, Périgueux et Trélissac[6]. Le syndicat de communes devient le district de l'agglomération périgourdine en 1994, le réseau desservant toujours les communes d'Atur et de Boulazac bien qu'elles ne fassent pas partie du district. Créé le 31 janvier 1994 par arrêté préfectoral, le « syndicat mixte Péribus » rassemble la communauté d'agglomération périgourdine (CAP) et la commune de Boulazac. Il est l'autorité organisatrice de transport urbain (OATU) sur le périmètre des quatorze communes concernées, qui constitue le périmètre de transport urbain (PTU)[7].

En 1999, ce dernier est transformé en communauté d'agglomération périgourdine (CAP)[8].

Années 2000[modifier | modifier le code]

Un des autobus de Péribus devant le palais de Justice de Périgueux.
Irisbus Citelis de la ligne intérieure en avril 2013.

En 1991, le réseau est entièrement restructuré pour la première fois et un espace Péribus* est construit cette même année, afin d'accueillir et de renseigner les usagers. En 1996, le réseau est de nouveau restructuré. En 2004 sont créées les lignes 1 et 2, qui forment le « Grand Huit », et trois pôles d'échanges dans les villes de Boulazac, Marsac-sur-l'Isle et Trélissac, qui visent à mieux connecter l'ensemble du réseau. Cette même année sont mises en service des navettes reliant les pôles d'échanges à six nouvelles communes : Antonne-et-Trigonant, Château-l'Évêque, Coursac, Escoire, La Chapelle-Gonaguet et Razac-sur-l'Isle[6], qui ont rejoint la communauté d'agglomération périgourdine fin 2002.

Le , la desserte des communes de Chancelade, Marsac-sur-l'Isle et Boulazac est modifiée à la suite de la création des lignes de rabattement C1 à C3, M1 et M2 et B1 et B2, qui remplacent les anciens « circuits à la carte » composés des zones C, M et B, suivi de la zone T transformée en ligne T la même année[9].

Le 16 janvier 2009, à la suite de la décision du comité syndical, Péribus fait l'acquisition de bus standards urbains accessibles aux personnes à mobilité réduite[10].

Années 2010[modifier | modifier le code]

L'Espace Transport en 2014.

Le 2 janvier 2012, une restructuration du réseau, préparée depuis plusieurs années, est effectuée afin d'améliorer la desserte[11] :

Les lignes 1 et 2, formant le « Grand Huit », disparaissent au profit de la « Grande Boucle ». La principale nouveauté est la suppression de la rupture de charge entre les deux lignes aux pôles de Trélissac et de Marsac. Les bus qui précédemment faisaient demi-tour aux deux terminus ne font désormais que se croiser, en sens intérieur ou en sens extérieur, et assurent une boucle complète[12].

La Grande Boucle remplace le Grand Huit qui a vu le jour en 2004, lors de la précédente grande restructuration du réseau. Le Grand Huit formait le lien entre les lignes 1 et 2, alors qu’auparavant, ces deux lignes étaient distinctes. Le « G8 » avait pour but de renforcer les fréquences de ces deux lignes : toutes les 15 minutes en période scolaire et toutes les 35 minutes en période de vacances à partir de 2004. Les tracés connurent alors une modification : la ligne 1 qui avait pour pôle de terminus « Agora », du côté est de l'agglomération, finissait par aller jusqu'à « Trélissac les Garennes » comme la ligne 2 qui, elle, ne dépassait pas « La Feuilleraie ». La ligne 1 fut remplacée par la ligne C2 du côté du « Bois de Terrassonnie ». Les deux lignes alternaient à « Trélissac les Garennes » et « ZAE de Marsac ».

Les autres lignes principales sont toutes liées à la Grande Boucle. La ligne « Nord Sud express » (NSe) est aussi créée, avec cinq ans d'avance sur le calendrier d'origine, et permet de circuler rapidement entre la ZAE de Cré@vallée et le centre hospitalier, grâce à sa fréquence d'environ 15 à 20 minutes aux heures de pointe[13].

Pour certains utilisateurs, quinze jours après les changements réalisés sur le réseau, les bus de la ligne sont trop lents et mettent « une heure pour faire cinq kilomètres »[14]. La ligne 3 est séparée en deux lignes, une qui garde cette numérotation et dessert principalement la commune de Notre-Dame-de-Sanilhac, et une deuxième numérotée 8 reliant Périgueux à Coulounieix-Chamiers. La ligne 4 permet de relier le parc de logements sociaux situé à Coulounieix-Chamiers, soit au dojo départemental, soit au bourg de Coulounieix. La ligne 5 permet de faire des liaisons entre la gare SNCF, le pôle universitaire et le centre-ville. La ligne 6 garde l'intégralité de son tracé lors de la refonte de janvier 2012, avec seulement une modification de ses horaires. Côté Champcevinel, la ligne 7 a perdu une partie de sa fréquentation à la suite de cette restructuration ; côté Boulazac, la boucle sur « Boisserie — Les Jaures » est elle aussi supprimée en raison du faible niveau de fréquentation. Cette ligne se prolonge jusqu'à l'agora dans le centre-ville de Boulazac. La ligne 9 ne subit pas de grands changements, et priorise la liaison directe vers les arrêts « Les Jaures » et « Peyrinet », où la population y est dense et la demande de transport forte[12].

Les lignes B1 et B2 sont regroupées au sein d'une ligne B, élargie par un parcours dans le quartier Bauchaud de Boulazac, à la suite d'une demande des riverains. À Chancelade, les boucles C1, C2 et C3 sont actuellement des tracés directs et permettent des voyages de courte durée. La ligne C4 est créée pour optimiser ces trajets. Les lignes de Marsac-sur-l'Isle M1 et M2 n'ont pas connu de changements d'itinéraires mais d'horaires, améliorant ainsi le service durant les vacances scolaires. À Trélissac, la ligne T qui formait une boucle, est scindée en deux lignes T1 et T2 depuis début janvier 2012[11], ce qui améliore également la desserte[12].

Le 19 septembre 2012, Péribus organise une flash mob à l'occasion de la Journée nationale des transports publics[15].

Le 16 novembre 2012, les élus du syndicat mixte ont voté la fin de la gestion déléguée de l'exploitation du réseau Péribus et sa reprise en gestion publique, pour des raisons économique et politique[16],[17],[18].

En effet, la précédente délégation de service public avec Pub Gonthier Nouhaud, filiale de Veolia Transdev, se terminait à la fin de l'année 2012 ; ce groupe, ainsi que « RATP Dev », une filiale de la RATP, avaient chacun répondu à l'appel d'offre pour reprendre l'exploitation, mais aucune des deux n'a été acceptée par le syndicat mixte[19],[20].

Toutefois, selon Jacques Auzou, maire de Boulazac, la création de la nouvelle structure, un EPIC, devrait coûter 860 000 € au lieu d'économiser 88 000 € comme annoncé par la majorité[21].

Depuis le 1er juillet 2013, le réseau de transport Péribus est donc opéré en régie par un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) créé par le syndicat mixte[22],[23], après que le contrat avec la société Périgourdine Urbaine de Bus (PUB) qui exploitait Péribus a été prolongé de six mois[24] pour permettre la transition entre les deux gestions. L'EPIC, dénommé Régie Péribus[25], dispose d'un conseil d'administration qui regroupe des élus du syndicat mixte Péribus, des représentants du personnel et des experts. Son président est Michel Moyrand, maire de Périgueux de 2008 à 2014, assisté de Michel Testut, maire de Chancelade et vice-président de l'EPIC. L'entreprise publique est dirigée par Ronan Goalen, ancien responsable d’exploitation des transports en commun de La Rochelle[26].

En 2013, la communauté d'agglomération périgourdine élabore le projet de plan de déplacements urbains (PDU)[7],[27], dont le réseau de bus est l'outil de mise en œuvre[28]. L'itinéraire d'une future ligne, qui reliera Coulounieix-Chamiers et Boulazac, est encore en préparation[29]. Validé en novembre 2013, le PDU prévoit des couloirs réservés aux autobus pour améliorer la fréquence et la vitesse de ses véhicules pour en faire des bus à haut niveau de service (BHNS) et la création en périphérie de quatre parkings-relais. Les mises en service seront progressives, en fonction des travaux, qui s'étaleront de 2016 à 2020[30].

La création au 1er janvier 2014 de la structure intercommunale nommée « Le Grand Périgueux » modifie le périmètre de transport urbain, mais à cause de soucis économiques, Péribus risque de ne pas s'étendre à l'échelle de ce nouveau territoire. Les trente-trois communes membres étudient une éventuelle extension du réseau actuel[31]. Le « Syndicat mixte Péribus » est alors supprimé.

L'espace Péribus devient « Espace Transport » et change de local à partir du 18 août 2014[32]. À partir de septembre 2014, Péribus met en place un réseau de lignes scolaires[33] assurées par des entreprises privées sous contrat avec l'intercommunalité[réf. nécessaire].

Plusieurs modifications sont effectives le janvier 2015[34] :

  • au niveau des lignes principales, la 3 débute route d'Atur au lieu de Notre-Dame-de-Sanilhac, et dessert le bourg d'Atur ;
  • la ligne NSe est étendue jusqu'à Trélissac les Romains ;
  • changement des horaires et adaptation du tracé de la grande boucle ;
  • en deuxième couronne, la ligne 11, étendue à Cré@vallée Nord, passe de transport à la demande à un rythme de cinq allers-retours quotidiens dans la semaine, et deux le samedi ;
  • la ligne de rabattement T1 est aménagée pour desservir le quartier de la Petite Mothe à Trélissac ;
  • une nouvelle ligne de rabattement (B2) est créée entre Bassillac et le centre commercial de Boulazac, à raison de 2 à 3 dessertes par jour.

Le , 18 nouveaux bus entrent en service dans le cadre du renouvellement partiel du parc[35] : neuf autobus standards MAN Lion's City répondant à la norme Euro 6 dont deux hybrides, 10 midibus MAN Lion's City M et deux minibus destinés au transport de personnes en situation de handicap via le service Handibus. Ces véhicules inaugurent la nouvelle identité visuelle du réseau jaune et grise et le nouveau logo où le nom du réseau est désormais « Le Péribus ».

Le , la nouvelle billettique, représentée par des cartes magnétiques, remplacera les actuels tickets et cartes d'abonnements. Les tarifs et la palette d'abonnements restent inchangés, mais cette nouvelle billettique aura pour vocation de mieux cerner les secteurs les plus demandeurs en matière de dessertes afin de les prendre en compte pour la prochaine refonte du réseau.

En 2017 aura lieu une étude pour une refonte complète du réseau en 2018, et des bus à technologie innovante (bus électriques, bus à hydrogène) seront testés sur les lignes de Péribus en vue de commander des bus propres dans les années à venir[36].

Autorité organisatrice[modifier | modifier le code]

Créé le 31 janvier 1994 par arrêté préfectoral, le « syndicat mixte Péribus » rassemble la communauté d'agglomération périgourdine (CAP) et la commune de Boulazac. Il est jusqu'à sa dissolution le 1er janvier 2014 l'autorité organisatrice de transport urbain (OATU) sur le périmètre des quatorze communes concernées, qui constitue le périmètre de transport urbain (PTU)[7].

Il a son siège dans les locaux de la CAP et est le propriétaire du réseau, dont il définit les lignes, les fréquences et assume le déficit. Depuis l'arrêté préfectoral du 5 décembre 2005, il gère également les « études générales relatives à l'organisation des transports, des déplacements, de la circulation, du stationnement dans le périmètre de transports urbains (PTU) et notamment, dans ce cadre, [à] l'élaboration d'un plan de déplacements urbains (PDU) ». Le syndicat n'a pas de salarié, mais, étant administré par la CAP depuis le 24 avril 1995, c'est elle qui met 1,5 à 2 agents pour le gérer, moyennant le remboursement de leur coût[37].

Les décisions de Péribus sont prises par son comité syndical, constitué d'élus de la communauté d'agglomération périgourdine (CAP) et du conseil municipal de Boulazac, et qui compte soixante conseillers en exercice[38].

Le syndicat mixte Péribus disparaît le 1er janvier 2014, lorsque les communes constituant l'ancienne communauté de communes Isle Manoire en Périgord ont rejoint la CAP pour former une nouvelle intercommunalité élargie, Le Grand Périgueux[39],[40] ; c'est cette dernière qui gère actuellement le réseau[41].

Réseau[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Le service du réseau commence à 6h14 et se termine vers 20 heures (à l'exception du samedi et des jours de vacances : fin de service à 20h16).

La « Grande Boucle »[modifier | modifier le code]

Ligne Caractéristiques
GB
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Grande Boucle - Sens intérieur (sens horaire)
Marsac-sur-l'IsleZAE de Marsac ↔ Trélissac — Les Garennes
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
Durée
100-120 min
Nb. d’arrêts
77
Matériel
Standards
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
  • Communes : Marsac-sur-l'Isle, Coulounieix-Chamiers, Périgueux, Boulazac Isle Manoire (Boulazac), Trélissac
  • Principaux arrêts desservis : ZAE de Marsac, Chancelade les Écoles, Salle omnisports, Gare SNCF, Jay de Beaufort, Station Centre ville, cancale, Médiathèque, École des Maurilloux, La Feuilleraie, Trélissac les Garennes, Centre Commercial Boulazac, Centres de Formation, Agora, Léon Blum, Maison Carrée, Pépinière, Pont de la Cité, Collège J. Moulin.
Autre : Horaires différents pendant les périodes de vacances scolaires. La durée ci-dessus correspond à une boucle complète. Disparition de l'arrêt St-Front.
GB
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Grande Boucle - Sens extérieur (sens anti-horaire)
Marsac-sur-l'IsleZAE de Marsac ↔ Trélissac — Les Garennes
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
Durée
100-120 min
Nb. d’arrêts
77
Matériel
Standards
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
  • Communes : Marsac-sur-l'Isle, Périgueux, Trélissac, Boulazac Isle Manoire (Boulazac), Coulounieix-Chamiers
  • Principaux arrêts desservis : ZAE de Marsac, Collège J. Moulin, Pont de la Cité, Gare SNCF, Jay de Beaufort, Station Centre ville, Place Hoche , Pépinière, Maison Carrée, Léon Blum, Agora, Centre Commercial Boulazac, Centres de Formation, Trélissac les Garennes, La Feuilleraie, École des Maurilloux, Médiathèque, Salle omnisports, Chancelade les Écoles.
Autre : Horaires différents pendant les périodes de vacances scolaires. La durée ci-dessus correspond à une boucle complète. Suppression de l'arrêt St-Front.

La « Nord Sud Express »[modifier | modifier le code]

Ligne Caractéristiques
NSe
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Nord Sud Express
Notre-Dame-de-Sanilhac — Cré@vallée Sud ↔ Trélissac — Barberousse
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
Durée
35-40 min
Nb. d’arrêts
14
Matériel
Standards
Jours de fonctionnement
LMaMeJV
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
  • Communes : Notre-Dame-de-Sanilhac, Coulounieix-Chamiers, Périgueux
  • Principaux arrêts desservis : Cré@vallée Sud, Centre commercial, Cré@vallée Nord, Les Crouchaux, Coulounieix Bourg, Dojo, Lycée Agricole, Pont de la Cité, Gare SNCF, Jay de Beaufort, Station Centre Ville, Hôpital-Lilas, Centre hospitalier, Trélissac les Romains, Trélissac Barberousse.
Autre : Pas de fonctionnement le samedi.

Lignes 3 à 9[modifier | modifier le code]

Ligne Caractéristiques
3 Périgueux — Route d'Atur ↔ Périgueux — Station Centre Ville
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
31-36 min
Nb. d’arrêts
24
Matériel
Minibus
Taxi
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
  • Communes : Périgueux, Boulazac Isle Manoire (Atur)
  • Principaux arrêts desservis : Route d'Atur, Henry Wallon, Jean Racine, Héliodore, Atur Bourg, Guillaume Appolinaire, Le Lac Blanc, Les Hauts de Pommier, Les Bois, St.-Georges, Centre de communication, Station Centre Ville.
Autre : Un aller-retour régulier du lundi au vendredi en période scolaire. Deux services TAD du lundi au samedi.
4
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Champcevinel — Champcevinel Bourg ↔ Coulounieix-Chamiers —Coulounieix Bourg
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
45-50 min
Nb. d’arrêts
54
Matériel
Midibus
Minibus
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
  • Communes : Champcevinel, Périgueux, Coulounieix-Chamiers
  • Principaux arrêts desservis : Champcevinel Bourg, Majoulet, Les Mazades, Trélissac les Romains, Centre hospitalier, Station Centre Ville, Jay de Beaufort, Gare SNCF, Pont de la Cité, Hôtel de Ville, Les Frères Marty, Pagot, Dojo départemental, Coulounieix Bourg.
Autre : Dessert à tout moment Coulounieix bourg depuis le 1er septembre 2016.
5
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Champcevinel — Les Mazades ↔ Périgueux — Station Centre Ville ou Gare SNCF
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
12-16 min
Nb. d’arrêts
11 ou 13
Matériel
Midibus
Minibus
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
  • Communes : Périgueux, Champcevinel
  • Principaux arrêts desservis : Les Mazades, Pôle Universitaire Grenadière, Beaulieu, Station Centre Ville ou Plumancy, Gare SNCF.
Autre : Le terminus « Gare SNCF » n'est pas desservi le samedi.
6
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Champcevinel — Pouyaud ou Centre Aquatique ↔ Périgueux — Campniac
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
23-36 min
Nb. d’arrêts
37 ou 34
Matériel
Midibus
Minibus
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
  • Communes : Champcevinel, Périgueux
  • Principaux arrêts desservis : Pouyaud, Centre Aquatique, Trélissac les Romains, Les roses, Centre Hospitalier, Clinique du Parc, Station Centre Ville, Jay de Beaufort, Cité Administrative, Siegfried, Campniac, Bertran de Born, Vésone.
Autre : Le départ ou le terminus côté Champcevinel s'effectue soit à « Pouyaud », soit au « Centre Aquatique ».
7
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Champcevinel — Borie Brut ou Les Granges ↔ Boulazac — Agora
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
31-48 min
Nb. d’arrêts
37 ou 40
Matériel
Standards
Midibus
Minibus
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
  • Communes : Champcevinel, Périgueux, Boulazac Isle Manoire (Boulazac)
  • Principaux arrêts desservis : Borie Brut ou Les Granges, Salle Omnisports, Église du Toulon, Verdun, Station Centre Ville, Centre de communication, Gare St.-Georges, Pey Harry, Les Grands Chênes, Boulazac Bonnabeau, Agora.
Autre : Côté Champcevinel, la plupart des départs ou des terminus s'effectuent à l'arrêt « Les Granges ». Seules deux liaisons par jour ont lieu au départ ou à destination de Borie Brut.
8 Coulounieix-Chamiers — Stade Pareau ↔ Coulounieix-Chamiers — Bas Chamiers
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
Durée
12 min
Nb. d’arrêts
14
Matériel
Minibus
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
  • Communes : Coulounieix-Chamiers
  • Principaux arrêts desservis : Stade Pareau, Barbette, Jean Vallès, Saint-Augutre, Joliot Curie, Hôtel de Ville, Romain Rolland, Bas Chamiers.
Autre : Horaires différents pendant les périodes de vacances scolaires. Certains départs et terminus s'effectuent à « Hôtel de Ville » en correspondance avec la Grande Boucle.
8b Castel Fadèze
Coulounieix-Chamiers — Pont de la Cité ↔ Coulounieix-Chamiers — Jean Jaurès
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
Durée
2-4 min
Nb. d’arrêts
5
Matériel
Minibus
Taxi
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
  • Communes : Coulounieix-Chamiers
  • Principaux arrêts desservis : Jean Jaurès, Lamartine, Paul Mangin, Fournier Sarlovèze, Pont de la Cité
Autre : Horaires différents pendant les périodes de vacances scolaires et fonctionne en service TAD à certains moments.
9 Périgueux — Maison Rouge ↔ Périgueux — Gay-Lussac
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
28-41 min
Nb. d’arrêts
40
Matériel
Midibus
Minibus
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
  • Communes : Périgueux
  • Principaux arrêts desservis : Maison Rouge, Puyrousseau, Restaurant Universitaire, Clos-Chassaing, Station Centre Ville, Centre de Communication, Église St.-Georges, Les Mondoux, John Kennedy, Maison Carrée, Gay Lussac.
Autre : L'arrêt « Pôle Universitaire » n'est desservi qu'en période de fonctionnement du Pôle universitaire. Lorsque l'arrêt « Pôle Universitaire » est desservi, « Puyrousseau » ne l'est pas.

Navette électrique[modifier | modifier le code]

Depuis le 17 décembre 2011, une navette électrique gratuite fonctionne en centre-ville les mercredis et samedis, jours de marché[42]. Selon le rapport du comité syndical, le véhicule, un Gépébus Oréos 2X, a coûté lors de son achat 194 000 € HT, plus les 1 500 € HT mensuels pour la location des batteries[43].

Lignes 10 à 14[modifier | modifier le code]

Les lignes numérotées de 10 à 14 sont toutes connectées à la Grande Boucle et sont actuellement desservies par un système de navettes effectuant chacune un aller-retour journalier supplémentaire lors des heures de pointe[12].

Ligne Caractéristiques
10 Escoire — Place de la Mairie ↔ Trélissac — Trélissac les Garennes
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
12-18 min
Nb. d’arrêts
9
Matériel
Midibus
minibus
Taxi
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
  • Communes : Escoire, Antonne-et-Trigonant, Trélissac.
  • Principaux arrêts desservis : Place de la Mairie, Le Château, Jean Jaurés, ESAT, Charriéras, Montignac, Chancel, Trélissac les Garennes, Centre Hospitalier Lanmary.
Autre : Bus ou TAD. Dessert le Centre hospitalier Lanmary depuis le 1er septembre 2016 à hauteur de deux allers-retours par jour en TAD.
11 Notre-Dame-de-Sanilhac — Cré@vallée Nord ↔ Périgueux — Station Centre Ville
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
30 min
Nb. d’arrêts
25
Matériel
Midibus
Minibus
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
  • Communes : Notre-Dame-de-Sanilhac, Coulounieix-Chamiers, Périgueux.
  • Principaux arrêts desservis : Cré@vallée Nord, Centre Commercial, Cré@vallée Sud, La Croix de Cholet, La Poste, Joseph Kessel, La Guillaumie, Sansonnet, Grégaudie, N-D de Sanilhac Mairie, Hoche, Bugeaud, Station Centre Ville.
Autre : Service totalement régulier assuré en minibus ou en midibus depuis le 5 janvier 2015.
12 Coursac — Route de Blanquet ↔ Marsac-sur-l'IsleZAE de Marsac
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
23 min
Nb. d’arrêts
22
Matériel
Minibus
Taxi
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
  • Communes : Coursac, Razac-sur-l'Isle, Marsac-sur-l'Isle.
  • Principaux arrêts desservis : Route de Blanquet, Les Privats, Le Bourg, Beleycout, Le Gros Caillou, Razac Bourg, Les Moulineaux, Marsac la Cave, Route de Payenché, Marsac commerces, ZAE de Marsac.
Autre : Horaires différents pendant les périodes de vacances scolaires. Bus ou TAD.
13 La Chapelle-Gonaguet — École ↔ Marsac-sur-l'IsleZAE de Marsac
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
17 min
Nb. d’arrêts
13
Matériel
Taxi
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
Autre : Horaires différents pendant les périodes de vacances scolaires. TAD.
14 Château-l'Évêque — La Croix ou Le Château ↔ Périgueux — Salle Omnisports
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
16 min
Nb. d’arrêts
17
Matériel
Minibus
Taxi
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
EPIC
Desserte :
Autre : Horaires différents pendant les périodes de vacances scolaires. Bus ou TAD.

Lignes de rabattement[modifier | modifier le code]

Lignes scolaires[modifier | modifier le code]

Les lignes dédiées aux scolaires sont créées par la communauté d'agglomération du Grand Périgueux, Péribus et ses partenaires privés qui sont chargés d'assurer ces lignes. Pour utiliser ces lignes, l'élève ayant la nécessité de les fréquenter doit se munir d'un abonnement scolaire trimestriel ou annuel[44].

Handibus[modifier | modifier le code]

Logo d'Handibus.
Logo d'Handibus.

Les personnes à mobilité réduite peuvent bénéficier du service « Handibus », spécialement adapté, fonctionnant pendant la semaine[45].


Arrêts[modifier | modifier le code]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Logos[modifier | modifier le code]

Livrée des véhicules[modifier | modifier le code]

  • 1987 à 1995 : deux bandes vert clair sur fond blanc ;
  • 1996 à 2003 : deux bandes vert foncé sur fond blanc ;
  • 2004 à 2011 : relifting de la livrée précédente, ainsi que du logo qui du tout vert passe au vert et bleu ;
  • 2011 à 2013 : livrée de couleur jaune sable de rivière sans découpe spécifique ;
  • 2015 : livrée grise, en forme de courbes, sur fond jaune.

Le Gépébus Oréos 2X, minibus électrique qui assure la navette du centre-ville de Périgueux, dispose quant à lui d'une livrée spécifique représentant des bulles multicolores.

Exploitation[modifier | modifier le code]

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Midibus Heuliez GX117 no 710.

En 2015, des autobus de la marque MAN de technologie hybride (moteur thermique mais énergie récupérée lors du freinage, et stockée pour alimenter un moteur électrique) sont utilisés sur la ligne NSe[46].

Le Grand Périgueux a acheté vingt-et-un nouveaux bus en 2015, dont deux hybrides, pour une mise en service en 2016 pour la plupart[47],[35] : deux MAN Lion's City Hybride, sept MAN Lion's City Euro 6 Diesel, dix MAN Lion's City M Euro 6 Diesel et deux Renault Master III destinés à Handibus.

Un Safra Businova, midibus tri-hybride de 90 places, est en essai sur la ligne 9 du 19 au 23 mai 2015. Le Businova est le premier bus tri-hybride, doté d'une motorisation électrique-hydraulique-diesel ; s'il coûte plus cher à l'achat qu'un bus classique (400 000 euros contre 220 000), les économies de carburant rendent son amortissement plus rapide[48].

MAN Lion's City standard hybride
Évolution du nombre de bus en service entre 1987 et 2014[6],[49],[50],[51]
1987 1996 2010 2012 2013 2014
22 36 50 54 60 61

Ci-dessous, le parc au 20 décembre 2015.

Standards[modifier | modifier le code]

Constructeur(s) Modèle(s) Nombre Année(s) Numéros de parc Commentaires
Heuliez Bus GX 317 1 2003 601
Irisbus Citelis 12 Accessible aux personnes handicapées 16 2008 à 2011 et 2013 605 à 620
MAN Truck & Bus Lion's City Accessible aux personnes handicapées 8 2007 pour le 604, 2016 pour les autres 604 et 623 à 629
MAN Truck & Bus Lion's City Hybride Accessible aux personnes handicapées 2 2015 621 et 622 Ex-TCL (Lyon) de 2013
Van Hool New A330 2 2004 602 et 603

Midibus[modifier | modifier le code]

Constructeur(s) Modèle(s) Nombre Année(s) Numéros de parc Commentaires
Heuliez Bus GX 117 5 2001 et 2003 705 à 707, 710 et 711
MAN Truck & Bus Lion's City M Accessible aux personnes handicapées 10 2016 712 à 721
Van Hool New A308 2 2004 et 2006 708 et 709
Safra Businova 4 2016 inconnus (722 à 725 ?) En attente de livraison.

Minibus[modifier | modifier le code]

Constructeur(s) Modèle(s) Nombre Année(s) Numéros de parc Commentaires
Dietrich Noventis 220 8  ? 823 à 828, 830 et 831 Carrossés sur un châssis de Citroën Jumper I. Réforme à venir.
Durisotti Novibus Accessible aux personnes handicapées 11  ? 832 à 842 Carrossés sur un châssis de Renault Master II.
PVI Gépébus Oréos 2X Accessible aux personnes handicapées 1 2011 Pas de numéro de parc. Affecté à la navette gratuite.
Renault Master II Accessible aux personnes handicapées 2  ? 901 et 902 Service Handibus
Renault Master III Accessible aux personnes handicapées 2 2015 903 et 904 Service Handibus

Dépôt[modifier | modifier le code]

Le dépôt de Péribus est situé dans l'ancienne caserne du 5e régiment de chasseurs à cheval dissous en 1994, le remisage des bus s'effectuant dans les garages des chars d'assaut, où l'on compte une soixantaine de véhicules stationnés, dont une trentaine d'autobus standards, une douzaine de midibus ainsi qu'une vingtaine de minibus[23],[52]. En janvier 2016, l'EPIC Péribus rachète le site à la ville de Périgueux pour un montant de 525 000 euros, avec pour projet la démolition/reconstruction des installations qui ne sont pas adaptées à un dépôt de bus[52].

Accidents[modifier | modifier le code]

2015 : Incendie du Van Hool A600 no 683 sur la ligne M1 le 28 mai à Marsac-sur-l'Isle.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Personnel d'exploitation[modifier | modifier le code]

À sa création en 2013, l'EPIC emploie 89 salariés[50], correspondant à la reprise des effectifs du précédent exploitant du réseau de bus et de ceux du service de transport de personnes handicapées[25].

Information aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Tarification[modifier | modifier le code]

Le réseau Péribus est payant. Le ticket, en papier, est vendu à l'unité dans les autobus (1,25 € en 2013), et par carnets de dix (8,10 € en 2013) à l'Espace Transport, chez les dépositaires, et dans les mairies des communes desservies, sauf celles de Champcevinel et de Périgueux. Le ticket est valable une heure après son compostage[53].

Le prix de l'abonnement mensuel, fixé à 25 euros au plein tarif, est dégressif en fonction des revenus[54]. Depuis avril 2013, le réseau applique la réduction de 50 % minimum pour les personnes dont les ressources sont inférieures ou égales au plafond donnant droit à la CMUC prévue par la loi SRU[55].

D'autres formules d'abonnement à tarif préférentiel sont proposées aux élèves et aux étudiants de l'agglomération et à ceux fréquentant l'un de ses établissements scolaires[56], aux familles nombreuses et aux personnes âgées[53]. Avec la carte de car du conseil général de la Dordogne ou l'abonnement scolaire, l'accès à Péribus est gratuit pour ceux qui prennent en plus le TER Aquitaine ou l'autocar[57].

Un système de billettique devrait remplacer les tickets et abonnements actuels dès 2015[58],[47].

Des élus PCF et EÉLV à la communauté d'agglomération périgourdine proposent en 2013 d'instaurer la gratuité des autobus, pour des raisons sociales et environnementales[54].

Financement[modifier | modifier le code]

Le service est financé par le versement transport, des recettes de billetterie et des subventions payées essentiellement par le Grand Périgueux.

Le taux de cette taxe payée par les entreprises de plus de neuf salariés[59] implantées dans les communes du périmètre de transport urbain au bénéfice de la communauté d'agglomération a été porté le 1er mars 2012 de 0,60 à 0,90 %[60]. La recette escomptée en 2012 s'élève à 5,6 millions d'euros[61].

Le chiffre d'affaires de Péribus est évalué pour 2013 à 6 500 000 €[50], alors qu'il s'élevait à 6 283 000 € en 2011[62].

En 2014, Péribus fait partie des cinq budgets du Grand Périgueux. Les transports Péribus représentent 10 130 000 € du budget total de l'intercommunalité, comprenant 9 050 000 € pour son développement et son fonctionnement, et 1 080 000 € pour renouveler le parc des véhicules[63]. Cette somme comprend le reversement des recettes du versement transport perçues par l'agglomération.

L'évolution des recettes et des coûts du service entre 2005 et 2006[37]
Nature des produits et des charges 2005 2006
Commune de Boulazac — participation aux transports scolaires 113 €
Commune de Coulounieix-Chamiers — participation aux transports scolaires 57 816 € 48 609 €
Recettes publicitaires Abribus 48 878 € 119 396 €
Solde restitué par la société délégataire (2002 et 2003) 148 803 €
Produits reversés par la société délégataire 0 € 994 739 €
Total produits commerciaux 255 610 € 1 162 744 €
Versement de recettes garanties à la société délégataire de service public au titre de 2005 3 638 974 €
Rappels de recettes garanties et primes d'intéressement au titre de 2003 et 2004 (en 2005) et de 2005 (en 2006) 110 997 € 13 302 €
Transports scolaires 165 941 € 143 682 €
Transports Handibus 110 930 €
Contrats de prestations de service avec la société titulaire du marché et ses sous-traitants 4 704 689 €
Total charges 4 026 842 € 4 861 672 €
Coût net restant à la charge du Syndicat mixte 3 771 232 € 3 698 929 €
Coût net hors opérations sur exercices antérieurs 3 809 038 € 3 685 627 €

Impact socio-économique[modifier | modifier le code]

Trafic[modifier | modifier le code]

Évolution de la longueur du réseau entre 1987 et 2013[6],[49],[51]
1987 1991 1994 1996 2001 2013
106 km 136 km 200 km 167 km 180 km 222 km
Évolution du nombre de kilomètres parcourus par les bus par an entre 1987 et 2013[6],[49],[51]
1987 1991 2001 2013
480 000 613 000 1 220 000 1 513 413
Évolution du nombre de voyageurs par an entre 1987 et 2013[6],[49],[51]
1987 1996 2010 2013
773 000 2 257 000 2 034 000 2 258 365

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [image] « Société des Tramways de la Dordogne - Emprunt », sur numistoria.com (consulté le 9 août 2013).
  2. a et b « Les Chemins de Fer Secondaires de France - Département de la Dordogne », sur www.trains-fr.org (consulté le 9 août 2013).
  3. a, b et c Corinne Marache, Les métamorphoses du rural : l'exemple de la Double en Périgord, 1830-1939, vol. 23, Éditions du CTHS, coll. « Histoire », , 562 p. (ISBN 2735506231 et 9782735506231), p. 17, 401, 448.
  4. C. Béranger, La Vie technique et industrielle, vol. 4, , p. 111.
  5. Sud-Ouest européen : revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, Presses Université du Mirail, 93 p. (ISSN 1276-4930, présentation en ligne, lire en ligne), p. 40.
  6. a, b, c, d, e et f « Qui sommes-nous ? - Le syndicat Mixte », sur le site de Péribus (consulté le 1er mars 2013).
  7. a, b et c [PDF] erea-conseil, « Préambule », Projet de PDU, sur le site de la communauté d'agglomération périgourdine, Syndicat mixte Péribus,‎ (consulté le 9 août 2013).
  8. Guy Penaud, Le Grand Livre de Périgueux, éditions la Lauze, , 601 p. (ISBN 2-912032-50-4), p. 178-179.
  9. [PDF]« Horaires 2007/2008 du Grand Huit », sur http://www.agglo-perigueux.fr (consulté le 19 décembre 2015).
  10. [PDF] « Achat de deux autobus standars urbains et de deux autres en tranche conditionnelle (communiqué officiel du comité syndical) », sur le site de Péribus (consulté le 29 mars 2013).
  11. a et b Raymond Mehl, « Péribus : des changements », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  12. a, b, c et d « Utiliser le réseau - Réorganisation du réseau », sur le site de Péribus (consulté le 3 mars 2013).
  13. Hervé Chassain, « Les transports en ville à l'horizon 2020 », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  14. Marie Gasc, « Périgueux : que pensez-vous de ces nouvelles lignes Péribus ? », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  15. Adrien Vergnolle, « Ils ont dansé pour faire aimer les bus », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  16. Arnaud Loth, « Périgueux : les bus vont passer en régie publique », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  17. Hervé Chassain, « Un choix politique et économique », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  18. Arnaud Loth, « Bus à Périgueux : la CAP confirme la régie », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  19. Robert Viennet, « Périgueux en route vers la régie », sur MobiliCités,‎ (consulté le 7 août 2013).
  20. « Périgueux passe ses transports en régie », Ville, rail & transports,‎ (lire en ligne).
  21. Hervé Chassain, « Grand Périgueux : la fusion se prépare en faisant des étincelles », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  22. [PDF] « Exploitation du réseau Péribus (décision de le gérer par un EPIC) », Délibération du comité syndical, sur le site de Péribus,‎ (consulté le 10 août 2013).
  23. a et b Hervé Chassain, « Péribus est repris en régie, mais rien ne change », Sud Ouest,‎ , p. 15 (lire en ligne).
  24. [PDF] « Avenant au marché d'exploitation du réseau Péribus (prorogation de 6 mois du marché) », Délibération du comité syndical, sur le site de Péribus,‎ (consulté le 10 août 2013).
  25. a et b C. Wanaverbecq, « L’agglomération périgourdine lance une régie des bus », La Gazette des communes,‎ (lire en ligne).
  26. « Péribus », Actualités, sur le site de Péribus,‎ (consulté le 9 août 2013).
  27. [PDF] erea-conseil, « Projet : programme d'actions », Projet de PDU, sur le site de la communauté d'agglomération périgourdine, Syndicat mixte Péribus,‎ (consulté le 9 août 2013).
  28. [PDF] « Avis d'enquête publique », sur le site de la communauté d'agglomération périgourdine (consulté le 8 août 2013).
  29. « Un bus à haut niveau de service, oui mais où ? », Dordogne libre, no 26014,‎ , X.
  30. Adrien Vergnolle, « Plan de déplacements : en attendant l'an 2020 », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  31. « Péribus desservira-t-il l'ensemble du Grand Périgueux ? », CAP Forum, no 46,‎ , p. 14.
  32. Thomas Mankowski, « Nouveau local et réflexion globale », Sud Ouest,‎ , p. 17 (lire en ligne).
  33. Le transport scolaire sur le site de la communauté d'agglomération, consulté le 15 janvier 2015
  34. Péribus évolue sur le site de la communauté d'agglomération, consulté le 15 janvier 2015.
  35. a et b « 21 nouveaux bus circuleront dès le 4 janvier 2016 sur les lignes régulières du réseau Péribus », sur http://peribus.agglo-perigueux.fr (consulté le 18 décembre 2015).
  36. Anne-Marie Siméon, « Périgueux : quatre pistes pour désengorger l’agglo d’ici 2020 », sur http://www.sudouest.fr,‎ (consulté le 21 novembre 2016).
  37. a et b [PDF] « Rapport d'observations définitives - Syndicat mixte des transports urbains de l’agglomération périgourdine (Péribus) », sur le site de la chambre régionale des comptes d'Aquitaine,‎ (consulté le 7 août 2013).
  38. [PDF] « Délibération du conseil de la communauté d'agglomération - Création d'un poste de directeur et d'un poste de comptable public pour la future structure porteuse de la régie de transport public », sur le site de la communauté d'agglomération périgourdine,‎ (consulté le 9 août 2013).
  39. Arrêté no 121329 du 6 décembre 2012 portant projet de périmètre d’un établissement public de coopération intercommunale issu de la fusion de la communauté d’agglomération périgourdine (CAP) et de la communauté de communes Isle Manoire en Périgord, publié dans le recueil des actes administratifs de la préfecture de la Dordogne [PDF], p. 9-10.
  40. [PDF] « Fusion de la Communauté d'Agglomération Périgourdine et de la communauté de communes Isle Manoire en Périgord : avis de la CAP sur le projet d'arrêté préfectoral du nouveau périmètre », Délibérations du Conseil communautaire, sur le site de la communauté d'agglomération périgourdine,‎ (consulté le 9 août 2013).
  41. Hervé Chassain, « L'avenir du Sernam », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  42. « Une navette électrique gratuite en centre ville », sur le site de Péribus (consulté le 20 décembre 2011).
  43. [PDF] « Achat d'un minibus urbain électrique : avenant au marché no 11-049 (communiqué officiel du comité syndical) », sur le site de Péribus (consulté le 29 mars 2013).
  44. Transports scolaires sur le site de Péribus, consulté le 15 août 2014.
  45. « Handibus », sur le site de Péribus (consulté le 3 mars 2013).
  46. Grégoire Morizet Les transports en commun sont sur les rails, Sud Ouest édition Périgueux du 3 février 2015, p. 14.
  47. a et b « Les principaux projets d'investissement pour 2015 », Le Grand Périgueux Forum, no 51,‎ , p. 11.
  48. Hervé Chassain, « De l'innovation pour des bus plus propres », Sud Ouest édition Périgueux, 19 mai 2015, p. 15.
  49. a, b, c et d « Qui sommes-nous ? - Péribus en quelques chiffres », sur le site de Péribus (consulté le 2 mars 2013).
  50. a, b et c [PDF] « Un Directeur d'un EPIC », sur le site de Péribus (consulté le 29 mars 2013).
  51. a, b, c et d Alain Bernard, « Le ruban rouge épinglé à « Madame Péribus » », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  52. a et b Hervé Chassain, « Péribus rachète ses garages à la Ville de Périgueux », sur http://www.sudouest.fr,‎ (consulté le 15 janvier 2016).
  53. a et b « Les titres - Les tarifs », sur le site de Péribus (consulté le 9 mars 2013).
  54. a et b Marie Gasc, « Et si le bus était gratuit à Périgueux ? », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  55. « Péribus, nouvelle tarification sociale », CAP Forum, no 44,‎ , p. 3.
  56. « Actualités - L'abonnement scolaire Peris'Cool », sur le site de Péribus (consulté le 3 mars 2013).
  57. « Le transport scolaire - Le CG24 subventionne le transport scolaire de la maternelle au lycée », sur le site du conseil général de la Dordogne (consulté le 8 août 2013).
  58. Grégoire Morizet, Les transports en commun sont sur les rails, Sud Ouest du 3 février 2015.
  59. [PDF] « Le versement transport (VT) », Dossiers réglementaires, sur le site de l'URSSAF,‎ (consulté le 18 août 2013), p. 1.
  60. [PDF] ACOSS, « Lettre circulaire no 2012-0000021 - Modification du taux de versement transport », sur le site de l'URSSAF,‎ (consulté le 7 août 2013).
  61. « Spécial budget 2012 », CAP Forum, no 40,‎ , p. 6-7 (lire en ligne).
  62. P.-M. R., « Transports à Périgueux : quelle gestion pour Péribus en 2013 ? », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  63. « À quoi sert le budget du Grand Périgueux ? », Le Grand Périgueux Forum, no 48,‎ , p. 11.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 2 septembre 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.