Transport ferroviaire en Suède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Transport ferroviaire en Suède
Description de cette image, également commentée ci-après
L'ancienne gare centrale de Jönköping, en 1969.
Caractéristiques du réseau
Longueur du réseau 13388 km[réf. nécessaire]
dont électrifiés 7918 km[réf. nécessaire]
Écartement 1435mm
891mm

Plan

Description de cette image, également commentée ci-après
Carte du réseau ferré de Suède

Cet article décrit le réseau ferroviaire de Suède ainsi que les principaux acteurs impliqués dans l'exploitation et la gestion de ce réseau.

Longtemps réputé pour être l'un des plus fiables et égalitaires d'Europe, le système ferroviaire est progressivement privatisé à partir de 2001. La concurrence a cependant générée certains désagréments pour les usagers : le réseau est devenu cher, compliqué et peu ponctuel. La privatisation a été si mal réalisée que le journalise Mikael Nyberg la qualifiée de « grand brigandage ». En 2014, 70 % des Suédois se prononcent pour la nationalisation du réseau[1]. La situation s'améliore dans la seconde moitié de la décennie, où l'on constate une augmentation de la fréquentation du réseau ferroviaire, couplée à une baisse du prix moyen du prix du billet.[2]

Le réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le réseau ferroviaire principal comprend 13 388 km de lignes à voie normale (écartement 1,435 m) dont 11 842 km de lignes principales. 7 918 km sont électrifiés en courant alternatif 15 kV 16 2/3 Hz (norme germanique).

Il existe 221 km de chemin de fer à voie étroite (écartement 0,891 m).

Le réseau appartenant à l'État (9 792 km dont 7 190 km électrifiés) est géré par Banverket, administration d'État. 3 596 km de lignes ont un statut privé.

Il n'existe pas de ligne à grande vitesse, mais les villes principales (Stockholm, Göteborg, Malmö, Östersund ainsi que Copenhague) sont reliées entre elles par le X2000, train pendulaire roulant sur ligne classique, et géré par les Statens Järnvägar (SJ).

La Suède a mis fin au monopole de l'opérateur SJ sur le transport de passagers en 2010[3]. Les rails restent propriété de l'État et leur exploitation est gérée par l'Administration nationale suédoise des Transports.

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Voiture pilote d'une rame X2000.
  • Fret
La photo représente une locomotive triple attelée à un convoi de minerai.
Dm3 en gare de Abisko.

Gestionnaires d'infrastructure[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Julian Mischi et Valérie Solano, « Accélération de la privatisation du rail en Europe », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  2. Eve-Marie Morgo, « European rail deregulation: UK and Sweden examples », Amadeus,‎ (lire en ligne)
  3. Sweden to end passenger rail monopoly in 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]