Transport en Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Réseau des routes et autoroutes en Belgique.

Cet article présente les infrastructures de transport en Belgique.

Chemins de fer[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transport ferroviaire en Belgique.

Total : 3 437 km

    • 2 563 km à double voie
    • 2 701 km électrifiés
    • 2 627 km en courant continu 3 kV
    • 74 km en courant alternatif 25 kV 50 Hz - (ligne à grande vitesse).

La Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) est la compagnie nationale de chemin de fer.

Autre entreprise ferroviaire : Dillen et Le Jeune Cargo (DLC) ainsi que Trainsport[1]; fret.

Les trains circulent à gauche.

Plusieurs services de trains à grande vitesse desservent la Belgique :

Ville dotée d'un réseau de métro :

Villes dotés d'un réseau de tramway :

Certaines infrastructures de type prémétro, utilisées par les tramways, ont été construites à Anvers et Charleroi et dans leurs banlieues dans la perspective de la création d'un métro lourd, mais la conversion n'est pas à l'ordre du jour, faute de financement.

Un tramway, la ligne de la Côte (Kustlijn en neérlandais) parcourt le littoral belge, de La Panne à Knokke-Heist.

Routes[modifier | modifier le code]

Mortalité du transport routier par 100 000 habitants.
  •      < 6
  •      < 8
  •      < 10
  •      *
Sources:
  • Pour la France: calculé par l'ONISR, sur la mortalité de la période 2012-2016 et la population INSEE 2016, Site ONISR[2],[3]
  • Pour l'Andorre, source: estimation OMS sur l'année 2013[4]
  • Pour les régions de Suisse et de l'UE, hors France, source: EUROSTAT (Victimes dans les accidents de la route par région NUTS 2 [tran_r_acci]) pour les années 2012-2016[5],[6].
v · m


  • Total : 145 850 km
  • Revêtues : 117 701 km, dont 1 682 km d'autoroutes
  • Non revêtues : 28 149 km

Types de routes :

En 2016, La mortalité routière la plus forte en Belgique se trouve en province de Luxembourg, qui avec 39 tués sur la route pour 283 000 habitants atteint un taux de 13,8 décès pour 100 000 habitants ce qui en fait la troisième région la plus mortelle de l'Union européenne, après les régions de Severozapaden en Bulgarie (15,3) et Alentejo au Portugal (14,2)[7]

La région de Namur est dotée d'une mortalité de 10 morts pour 100 000 habitants[8]

Les autres provinces belges ont une mortalité comprise entre 1,4 5 (Bruxelles) et 7,8 (Hainaut) tués par 100 000 habitants[9].


Le Belgique, au 31 décembre 2016, compte 5 730 974 voitures, d'un âge moyen de 8,9 années, et d'un kilométrage compteur moyen de 103 901 kilomètres, ce qui représente d'une moyenne de 14 999 kilomètres annuels. Il est estimé que le total de kilomètres parcourus en 2016 est de 84 millards 306 millions de kilomètres[10].

Comparaison internationales des kilomètres parcourus par carburant
Source Belgium.be [10]

La Flandre a entrepris une politique de baisse de la vitesse maximale autorisée de 90 km/h à 70 km/h, basée sur une idée d'Elvik. Ceci a conduit à une réduction des accidents de 5% (avec marge d'erreur: entre -3% et +12%) et à une réduction des blessés grièvement et des tués 33% (avec marge d'erreur: entre 21% et 43%)[11].

Voies navigables[modifier | modifier le code]

2 043 km, dont 1 532 km ouverts au service.

Le canal le plus important est le canal Albert qui relie le Port autonome de Liège au port d'Anvers.

Le réseau fluvial belge est très dense et entièrement au grand gabarit (norme européenne classe IV).

À noter, sur le canal de Charleroi à Bruxelles, le plan incliné de Ronquières et, sur le vieux canal du centre, les ascenseurs hydrauliques de la Louvière et, sur la nouvelle dérivation, l'ascenseur funiculaire géant de Strépy-Thieu, inauguré en 2002, haut de 73 m.

Ports maritimes et fluviaux[modifier | modifier le code]

Maritimes
Fluviaux

Ferries[modifier | modifier le code]

Des Services de ferries sont assurés au départ d'Ostende et Zeebruges à destination du Royaume-Uni, notamment vers Douvres.

Marine marchande[modifier | modifier le code]

Le 10 mai 1940, au déclenchement de la campagne des 18 jours, la flotte marchande belge compte environ 100 navires dont 46 de moins de 4 000 t et 45 qui ont plus de vingt ans.

En 1999, on estime celle-ci à 22 navires (de 1000 tonneaux de jauge brute ou plus) totalisant 35 075 tonneaux (57 347 tonnes de port en lourd) réparti ainsi :

Aéroports[modifier | modifier le code]

  • 42 (1999 est.)

Aéroports, avec pistes en dur[modifier | modifier le code]

  • Total : 24
  • De plus de 3 000 m : 6, dont les trois principaux sont les aéroports de Bruxelles, de Charleroi Bruxelles-Sud et de Liège.
  • De 2500 à 3 000 m : 8
  • De 1500 à 2 500 m : 3
  • De 1000 à 1 500 m : 1
  • De moins de 1 000 m : 6

(1999 est.)

Aéroports, avec pistes en terre[modifier | modifier le code]

  • Total : 18
  • De 1000 à 1 500 m : 2
  • De moins de 1 000 m : 16

(1999 est.)

Héliports[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]