Transport au Luxembourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le transport au Luxembourg est assuré essentiellement par voie terrestre ou aérienne, bien que la Moselle, qui forme la frontière avec l'Allemagne soit aussi un axe important. Le réseau routier a été considérablement modernisé et développé en direction des pays frontaliers et la mise en place de liaisons en TGV depuis Paris a amené à la modernisation de la gare de Luxembourg, tandis que l'aérogare de l'aéroport de Luxembourg-Findel a été modernisé.

Le pays est couvert par trois réseaux de transport en commun en autobus et autocars et le tramway de Luxembourg.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Chemins de fer[modifier | modifier le code]

Le réseau ferroviaire luxembourgeois est l'épine dorsale des transports en commun du grand-duché. Le réseau est constitué en étoile autour de la gare de Luxembourg, la plus importante gare du pays et la longueur totale de l'installation ferroviaire luxembourgeoise est de 274 km dont 230 km électrifiés. 201 km en courant alternatif 25 kV 50 Hz (norme française) et 19 km en courant continu 3 000 V (norme belge).

Le réseau est exploité par la société nationale des chemins de fer luxembourgeois (CFL) qui exploite des lignes régulières vers Ettelbruck, Esch-sur-Alzette, Wasserbillig et Kleinbettingen notamment. La situation du Luxembourg fait que de nombreuses liaisons internationales exploitées par les compagnies des pays voisins desservent le pays, comme le TGV Est européen depuis , qui relie Paris à Luxembourg en h 5.

Tramways et funiculaires[modifier | modifier le code]

Entre le XIXe siècle et le milieu du XXe siècle, le pays compta deux réseaux de tramways, un à Luxembourg et un dans le canton d'Esch-sur-Alzette, qui furent démantelés au profit du développement des autobus et de la voiture individuelle. Le nouveau tramway de Luxembourg est mis en service en et contribue à décongestionner la capitale ; d'abord mis en service au Kirchberg, en lien avec le funiculaire Pfaffenthal-Kirchberg, le premier du pays, la ligne reliera à l'horizon 2021 l'aéroport de Luxembourg-Findel au stade national du Luxembourg en desservant notamment le Kirchberg, la Ville-Haute et la gare de Luxembourg.

Cette mise en place de tramway modifie certaines lignes d'autobus et en supprimera d'autres, afin d'éviter le surplus d'affluence sur le réseau routier.

Transport routier[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

En dépit de sa faible superficie, le pays dispose d'un réseau routier dense, totalisant 5 189 km dont 2 965 km de routes gérées par l'État. Ce dernier est composé de six autoroutes représentant un réseau de 159 km, toutes gratuites, formant le réseau le plus dense d'Europe[1]. Viennent ensuite un réseau de routes nationales de 798 km et enfin un réseau secondaire, les "chemin repris", totalisant 2 022 km. Le reste est composé de voiries communes.

Par autobus et autocars[modifier | modifier le code]

Le Luxembourg est desservi par un important réseau de bus régional couvrant la totalité du pays et organisé par le Régime général des transports routiers (RGTR), qui sous-traite l'exploitation à des transporteurs privés ainsi qu'aux CFL qui disposent aussi d'autobus, placé sous l'autorité du Ministère du Développement durable et des Infrastructures.

En outre, on retrouve deux réseaux urbains :

Ces trois réseaux ainsi que le tramway et le réseau ferroviaire sont coordonnées par le Verkéiersverbond et disposent d'une tarification unifiée et d'un titre de transport unique, la mKaart. En outre, certaines villes comme Differdange ou Wiltz disposent de leur propre service urbain, non accessible avec la tarification nationale, ces réseaux sont appelés de façon générale des « City-Bus ».

Transport par conduites[modifier | modifier le code]

En 2007, le Luxembourg comptait 155 km de gazoducs, reliés à l'Allemagne, la Belgique et la France, et importe essentiellement du gaz en provenance de Russie et de Norvège[2],[3].

Transport fluvial[modifier | modifier le code]

Ports et voies navigables[modifier | modifier le code]

La Moselle, ici vue sur Machtum (Luxembourg) et Nittel (Allemagne).

Le Luxembourg ne compte qu'une voie navigable, la Moselle et ce sur 37 km, la rivière forme la frontière entre l'Allemagne et le Luxembourg. Le pays ne compte qu'un seul port fluvial, celui de Mertert, ouvert en 1964, qui transborda 1,6 million de tonnes de marchandises en 2001[4]. En été, des bateaux assurent des liaisons touristiques[5].

Marine marchande[modifier | modifier le code]

En débit du fait que le pays ne soit pas relié à aucun océan ou mer, le grand-duché dispose, en 2012, d'une marine marchande de 103 navires de 1 000 tonneaux ou plus - jauge brute, totalisant 1 507 258 tonneaux (ou 2 118 597 tonneaux de jauge nette), pour un total de 243 navires, fret et passagers, battant le pavillon luxembourgeois.

Le pavillon luxembourgeois est géré par le Commissariat aux Affaires Maritimes.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Note : Le code entre parenthèses est le code OACI.

Le grand-duché de Luxembourg ne possède qu'un seul aéroport international accueillant des vols commerciaux, l'aéroport de Luxembourg-Findel (ELLX).

Il possède en outre trois aérodromes :

Le pays dispose de cinq héliports, tous liés aux centres hospitaliers du pays.

Le pays dispose d'une compagnie aérienne nationale, Luxair, créée en 1961, et dont 42 % du capital est détenu par l'État. Elle possède une filiale destinée au transport de fret, Cargolux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]